En direct

«Les entreprises du bois doivent s'industrialiser sans devenir des industriels», Philippe Roux, président de l'Union charpente, menuiserie, parquet (FFB)
Philippe Roux, président de l'Union charpente, menuiserie, parquets (FFB) - © © FFB

«Les entreprises du bois doivent s'industrialiser sans devenir des industriels», Philippe Roux, président de l'Union charpente, menuiserie, parquet (FFB)

Jean Didier et Florent Lacas |  le 24/05/2012  |  rouxSecond œuvreBoisParquetFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
roux
Second œuvre
Bois
Parquet
France entière
Vosges
International
Loire-Atlantique
Immobilier
Hygiène
Revêtements de sol souples
Valider

Sommaire du dossier

  1. Appartements en balcon sur un vallon
  2. Villas urbaines pédagogiques
  3. Internat passif pour lycéens actifs
  4. Le navire de bois du lycée maritime de Saint-Malo
  5. Les derniers défis du bois en construction
  6. Une nouvelle union professionnelle pour développer la construction bois
  7. Le bois prend enfin son envol
  8. Du bois dans tous ses états pour l’extension d’un lycée agricole
  9. La filière bois-construction trouve son salut dans la rénovation et l'extension-surélévation
  10. Pour rebondir, la construction bois convoite de nouveaux espaces
  11. Un manifeste de la construction bois à Epinal
  12. Le décret bois finalement abrogé : et maintenant ?
  13. Un centre commercial tout en bois : une première en France
  14. Les derniers verrous à faire sauter
  15. Un lamellé-croisé de hêtre
  16. Quand le logement social s’essaie au bois
  17. Le bois norvégien atteint des sommets
  18. La construction en bois poursuit son ascension
  19. Resconstruction d’un collège vosgien
  20. Une association pour favoriser le développement du lamellé-croisé
  21. Construction d’une maison à ossature bois en 10 étapes
  22. La construction bois travaille d'arrache-pied pour asseoir son statut de "filière stratégique"
  23. Un ensemble bois à énergie positive
  24. Le bois au carrefour d’un nouveau développement
  25. Rougier regroupe ses activités d’importation
  26. Surélever et rénover en toute légèreté
  27. Quand le pin veut réhabiliter la campagne
  28. Un bâtiment manifeste en porte-à-faux
  29. Un groupe scolaire rhabillé d’une résille pliée
  30. Extension sur pilotis pour la Cité des machines
  31. « La filière bois entre dans une logique d’innovation »
  32. Première tour passive R+7 de logements en bois
  33. Un concept de maison en bois à coût réduit
  34. La filière bois a désormais son comité stratégique
  35. CLT : des panneaux structuraux adaptés à toute construction
  36. La filière bois construction se met en marche
  37. Quatre maisons individuelles en bois
  38. Innovation et savoir-faire avec le bois local
  39. Bois massif et toiture végétalisée sur le chemin des écoliers
  40. La construction bois résiste (mieux) à la crise
  41. Structure bois inédite pour un immeuble de 10 logements
  42. Bois à tous les étages pour un « bâtiment image »
  43. Quatre étages en bois massif contrecollé pour un lycée parisien
  44. Logements R 7 à ossature bois
  45. Un rapport pour relancer la filière bois
  46. Innover avec des bois locaux
  47. Utilisation du bois dans certaines constructions
  48. Construction / bois Quantité minimale de matériaux en bois dans certaines constructions nouvelles
  49. Une icône architecturale pour la filière bois en Pays de la Loire
  50. Le Conseil constitutionnel rend le décret « bois » inapplicable
  51. Mélèze et épicéa, bien entendu !
  52. L’Inra choisit la forêt des Vosges comme ressource locale
  53. A l’école des cinq essences
  54. Un bois structurel aux qualités proches du béton
  55. Préfabrication pour une enveloppe efficace
  56. Un travail de précision autour de l’étanchéité à l’air
  57. Une chaudière gaz à condensation économe
  58. Une ventilation double flux performante
  59. Menuiseries double ou triple vitrage selon l’orientation
  60. Un immeuble de quatre étages à structure en bois massif
  61. La construction bois : épicentre de l’innovation
  62. Construction BBC en bloc bois à montage rapide et simplifié
  63. L’Entrepreneur TV – juin 2012 – La construction bois
  64. Surélévation-extension bois : requalification d'un pavillon des années 70
  65. Le bois perce sur tous les marchés
  66. «Les entreprises du bois doivent s'industrialiser sans devenir des industriels», Philippe Roux, président de l'Union charpente, menuiserie, parquet (FFB)
  67. Veiller à l’isolation acoustique entre logements
  68. Construction bois : un Forum pour des majors de plus en plus impliqués
  69. Introduction
  70. Création de France bois industries entreprises (FBIE)
  71. Le bois certifié prend racine dans la construction
  72. Une résidence étudiante en bois massif
  73. Des maisons de gendarmes à ossature bois
  74. Une maison en bois à doubles murs
  75. 4 modules bois pour un logement
  76. Chaniters Loire-Atlantique Techniques ancestrales pour une maison passive ossature bois
  77. Une maison passive en bois testée, mesurée et contrôlée pendant 5 ans
  78. Feuilleton 3/9 Maisons passives à ossature bois
  79. Maisons en bois à géométrie variable
  80. Guide de l’achat public éco-responsable Le bois matériau de construction
  81. Vers une pénurie du bois dans la construction !
  82. Le bois français va-t-il servir à chauffer les Anglais ?
  83. La filière bois-énergie menace-t-elle l’industrie du bois ?
  84. Un décret multiplie par 10 la quantité de bois imposée dans les logements
  85. Méthode de calcul du volume de bois incorporé dans certaines constructions
  86. Méthode de calcul du volume de bois incorporé dans certaines constructions (rectificatif)
  87. Bois : nouvelle méthode de calcul du volume incorporé dans les constructions

L’assemblée générale de l’Union charpente, menuiserie, parquet (FFB-CMP) se tient les 24 et 25 mai à Saint-Rémy-Lès-Chevreuse. L'occasion pour Philippe Roux, son président, de faire le point sur la montée en puissance du matériau bois.

Quels seront les principaux sujets abordés lors de votre assemblée générale 2012 ?

Nous allons réunir nos trois commissions techniques (Charpente – construction bois / Menuiseries extérieures – enveloppe / Menuiserie intérieures – agencement)  et traiter des sujets relatifs à la normalisation, la réglementation et la recherche en matière de structure, enveloppe et aménagements intérieurs bois. Nous réunirons également notre commission économie et développement qui sera chargée des premières réflexions autour de la refonte des index BT bois avec, notamment, le projet de création d’un index BT spécifique pour la construction bois. Nous pourrons ainsi nous faire une meilleure idée de l’évolution des prix sur ce marché, chose indispensable en cas de révision lors d’un marché public. Par ailleurs, nous souhaitons également, pour répondre aux sollicitations d’un nombre croissant de  nos adhérents, leur apporter les outils qui leur permettront de travailler ensemble afin de gagner de nouveaux marchés.

Il s’agit d’entraîner les entreprises de bois à s’unir pour conquérir des marchés plus importants ?

 

Aujourd’hui, il n’est plus rare de trouver des opérations au sein desquelles le lot « bois » atteigne le million d’euros. Nous devons donc donner les moyens à nos entreprises, y compris les plus petites, de les prendre en charge. C’est pourquoi, nous profiterons de notre assemblée générale pour savoir où en sont nos adhérents, puis pour trouver des solutions ensemble. La Fédération régionale du bâtiment de Basse-Normandie réfléchi par exemple en ce moment à la mise en place d’une formation qui sera dédiée aux entreprises du secteur bois et qui leur permettra de répondre, seules ou en groupement, à des lots bois ou macro-lots (structure, isolation, étanchéité, parement extérieur…) avec, pour le client, un interlocuteur unique.

CONJONCTURE

 

Comment vos entreprises jugent-elles le climat économique en 2012 ?

 

Cette année, la situation est beaucoup plus nuancée qu’en 2011 qui fut un cru correct. Après un premier semestre pas trop mauvais, la plupart des entreprises s’inquiètent pour le second. Les entreprises sont plus ou moins touchées par le ralentissement, selon leur taille, leur zone géographique et leur activité. Si les constructeurs et les charpentiers profitent d’un marché en expansion, la situation est beaucoup plus tendue pour les agenceurs et les menuisiers. Néanmoins, les dernières études sur le marché de la fenêtre (BATIETUDE 2010), montrent que les fabricants de fenêtres bois engagés sur le terrain de la qualité et du haut de gamme sont moins impactés. Concernant les données chiffrées sur le marché de la construction bois, il est important de souligner la mise en place, par France bois forêt et les interprofessions bois, d’un observatoire national de la construction bois dont la FFB-CMP est partie prenante et qui permettra d’avoir, pour l’année 2011, des données précises. Les résultats de ce dernier seront dévoilés, début juin, lors du Carrefour international du bois à Nantes.

Le Grenelle de l’environnement est-il toujours un relais de croissance ?

 

Nous avons bien cru au Grenelle, mais il a un peu tourné court. Beaucoup de bonnes idées demandent à être remises en route. Mais il faudrait que chacun joue le jeu. Les maîtres d’ouvrage se focalisent sur le prix, n’exigent pas toujours les garanties de qualité et de respect de l’environnement, là où le bois a pourtant une carte majeure à jouer. L’éco-conditionnalité en 2014 des aides financières aux travaux de rénovation énergétique est une bonne idée ; reste à savoir ce qu’il restera alors de ces aides, déjà largement entamées par les plans de rigueur successifs.

Vos entreprises sont donc en attente d’une nouvelle dynamique du gouvernement autour du Grenelle ?

 

Oui, mais elles restent actives. Nous souhaitons ainsi former nos adhérents à la réalisation de bilans carbone à l’échelle d’une entreprise, puis d’un chantier. C’est en nous engageant de cette manière que nous montrerons que notre matériau est vertueux d’un point de vue environnemental et que notre profession participe  pleinement aux efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre fixés par le protocole de Kyoto. Nous voulons maintenant travailler avec les héritiers du Grenelle II.

LES FREINS AU DÉVELOPPEMENT DU BOIS

Le secteur du bois souffre-t-il toujours d’une atomisation trop forte de ses acteurs ?

 

Il est vrai qu’il n’y a pas encore de grande société pour tirer le marché. Mais nous comptons dans nos rangs de plus en plus d’entreprises structurées de 70, 80 salariés. Une prise de conscience s’opère, au vu de la concurrence croissante des majors et des industriels. Ces derniers proposent des solutions compétitives qui pourraient réduire nos entreprises à un rôle de poseur. Nous devons donc nous industrialiser sans pour autant devenir des industriels. Et ainsi continuer à concevoir, produire et mettre en œuvre nos propres produits. Nos entreprises sont d’ailleurs habituées à un haut niveau de technicité et d’ingénierie : dès 10-15 salariés, elles intègrent souvent un bureau d’études en interne.

La réglementation est-elle toujours un frein à la montée en puissance du bois ?

 

Une prise de conscience des freins normatifs et réglementaires est apparue au début des années 2000, puis le Grenelle de l’environnement a apporté un nouvel élan. S’en est suivi, en août 2009, la sortie d’un rapport (DHUP/FCBA/CSTB) sur ces freins à l’utilisation du bois dans la construction puis d’un programme d’actions. Ces travaux ont déjà permis d’obtenir des avancées importantes, par exemple en matière de sécurité incendie, mais l’essentiel des résultats est attendu fin 2012. Il débouchera sur la sortie d’un « catalogue » des solutions bois intégrant les niveaux d’exigences des réglementations en vigueur et qui permettra notamment aux maitres d’ouvrages et maitres d’œuvres de mieux connaitre les solutions bois.

Le décret de mars 2010 instaurant un seuil minimal d’utilisation du bois dans les constructions a-t-il eu des effets bénéfiques ?

 

Il a surtout eu le mérite de faire parler du bois, dans la mesure où les seuils qu’il visait n’étaient pas très élevés, et qu’il n’y avait aucun moyen de contrôle. Cela dit, ces dernières années, la cote du bois n’a cessé d’augmenter chez les maîtres d’ouvrage et les maîtres d’œuvre. Ils en sont de plus en plus friands pour des raisons technique et esthétique. Mais un important travail reste à réaliser au niveau de la formation initiale et continue des architectes et ingénieurs.

LE BOIS, MATÉRIAU HAUT DE GAMME ?

De quelle manière démocratiser l’usage du bois dans la construction, qui a une image de matériau cher ?

 

Quand on dit que le bois est un matériau cher, on ne compare pas ce qui est comparable. La plupart du temps, les projets de maisons individuelles en bois que l’on prend en exemple sont plutôt du haut de gamme avec recours à un architecte et équipements techniques de pointe (énergies renouvelables, VMC double-flux…). Mais des projets HLM en bois ont été réalisés, par exemple à Saint-Dié-des-Vosges. Cela dit, nous devons améliorer notre communication pour faire passer l’idée que le bois n’est pas un matériau cher. Car à bâtiment égal, le surcoût du bois par rapport à un autre matériau ne se fait que sur le prix des murs, qui représente autour de 10 % du coût total.

Estimez-vous que le passage à la RT 2012 avantage le bois, qui a la réputation d’être un matériau vertueux ?

La RT 2012 ne révolutionnera sans doute pas les systèmes constructifs, mais renforcera dans une logique de bon sens, les échanges entre maîtres d’ouvrages, architectes, bureaux d’études et entreprises. Il ne fait aucun doute l’ensemble des filières réussira à se positionner sur ces marchés.  Néanmoins, le bois a toujours été en avance sur ces sujets et la plupart de nos entreprises raisonnent déjà bâtiments à énergie positive. Par ailleurs, le bois possède également d’autres qualités qui pourraient continuer à contribuer au développement de son usage, vous avez cité ses atouts environnementaux mais l’on pourrait également mettre en avant ses qualités d’un point de vue sismique, sécurité incendie… Bref, nous avons toutes les raisons de rester optimiste !

La filière bois révise ses DTU

Pour répondre aux évolutions du marché, l’ensemble des DTU (documents techniques unifiés) lié au matériau bois est en révision, dont :

- DTU 31.1 (charpente bois) : réécriture terminée en fin d’année,

- DTU 31.2 (ossature bois), DTU 36.2 (menuiseries intérieures en bois) et DTU 36.3 (escaliers en bois)  : travaux de rédaction en cours

- DTU 41.2 (revêtements extérieurs en bois) : en dépouillement, publication avant la fin de l’année.

A noter :

- le lancement prochain d’un nouveau DTU sur les façades rideaux bois,

- un manuel simplifié sur l’eurocode5 pour les charpentiers et les constructeurs : sortie fin 2012,

- un guide pédagogique sur la mise en œuvre des parquets en intégrant les points essentiels des DTU 51.1 parquets cloués, 51.11 parquets flottants et 51.2 parquets collés : sortie fin 2012.

Les deux derniers ouvrages sont réalisés par l’Union de métiers charpente menuiserie parquets avec l’Institut de Recherches Appliquées au Bois (IRABOIS).

Commentaires

«Les entreprises du bois doivent s'industrialiser sans devenir des industriels», Philippe Roux, président de l'Union charpente, menuiserie, parquet (FFB)

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur