En direct

Les ennemis du bois (1/3) : à la découverte des termites
Termites en action - © © Dyrup

Les ennemis du bois (1/3) : à la découverte des termites

Jean Didier |  le 21/03/2012  |  BoisFrance ImmobilierTechniqueHygiène

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Qualité
Bois
France
Immobilier
Technique
Hygiène
Valider

Loading the player ...

Les termites sont certainement les plus redoutables ennemis du bois. Malgré une législation contraignante, les termites ne cessent de s’étendre. Récemment, un nouvel arrêté applicable depuis le 1er janvier 2012 encadre les modalités de mise en œuvre des résines.

54 départements environ sont infestés par les termites, et dans  les zones les plus touchées, l’ouest et le sud de la France, l’expansion des termites ne cesse de se développer, et ce, malgré une réglementation exigeante dans ce domaine. La loi Termite n°99-471 du 8 juin 1999 a instauré des  nouvelles mesures de lutte, concrètes et efficaces, contre les termites et insectes à larve xylophage.

Loading the player ...

Plusieurs décrets ont précisé ou renforcé la loi. Le décret du 27 juin 2006 est le plus important en rendant obligatoire la mise en œuvre d’une barrière de protection entre le sol et le bâtiment dans les départements classés « termités ». Il oblige aussi à utiliser des bois naturellement durables où la durabilité  a été renforcée par un traitement adapté à la résistance contre les termites. La durabilité minimale d’efficacité doit être de dix ans dans les départements classés termités.


« Bien qu’il date de 2006, on constate que ce décret commence seulement à être pris en compte, depuis 2 à 3 ans, par les professionnels. Cette implication tardive des entreprises est liée à une mauvaise connaissance de la réglementation et des techniques d’application», souligneFrédéric Langaud, responsable du centre de formation PPG-Dyrup. Les demandes de formation deviennent plus nombreuses. « Un traitement préventif est davantage maîtrisé par les artisans qu’une action curative », explique Frédéric Langaud. Et récemment la législation s’est renforcée au niveau du traitement. Depuis le 1er janvier 2012 (voir encadré), un arrêté encadre les conditions d’utilisation des barrières anti-termites physico-chimiques de type résines.

 Si les produits de traitement sont encore en majorité solvantés ou en phase aqueuse, une nouvelle génération à base d’huiles essentielles sous forme de gel voient le jour. Certes plus chers, ces produits ont un pouvoir de pénétration supérieur, améliorant ainsi la qualité du traitement.

Un arrêté définit les conditions d’application des produits de lutte contre les termites

Publié le 7 décembre dernier au Journal Officiel, cet arrêté définit les conditions d'application des  barrières anti-termites de type résine physico-chimique (résine contenant une ou plusieurs substances actives insecticides qui durcissent après application par pulvérisation) et  « permet ainsi de réduire de façon significative les  impacts environnementaux liés à leur application », indique le ministère de l'Ecologie. Il fixe en particulier le temps de séchage minimal (12 heures en l'absence de dispositif de séchage, 6 heures avec) à respecter et l'interdiction d'application par temps de pluie.

Arrêté du 21 octobre 2011 fixant les conditions d’utilisations de certains produits de lutte contre les termites comme produits mentionnés à l’article L. 522-1 du code de l’environnement

Zoom sur les termites souterrains

Il existe dans le monde près de 2700 espèces de termites dont la grande majorité vit dans les régions chaudes, équatoriales ou tropicales. En France, Il existe sur le territoire métropolitain trois espèces de termites présentes de façon endémique dans l'Ouest et le Sud du pays. Parmi ces espèces, celles qui provoquent des dégâts sont les termites souterrains appelés "Reticulitermes", formant des  colonies diffuses dans le sol. Leur aliment de prédilection est le bois mort, mais ils peuvent s'attaquer à tout matériau contenant de la cellulose. Les reproducteurs ainsi que leur couvain (œufs d’insectes) peuvent s'installer directement dans le support qui fait office de source de nourriture. Plusieurs sites de nourrissage peuvent être exploités, bûchers, souches, clôtures, maisons, communiquant entre eux par un réseau de galeries. La présence d´eau est obligatoire pour le développement des colonies. La présence de termites dans les régions méridionales de la France démontre la préférence de cet insecte pour des températures ambiantes élevées.

Les principaux indices de présence de termites souterrains

- L'existence de vides sous une pellicule de surface (ex : peinture) ou de galeries étroites sans sciure.
- Des galeries-tunnels ou cordonnets en terre verticaux construits sur les matériaux durs
- Des ponts en forme de stalactites ou stalagmites, construits pour atteindre l'aliment éloigné,
- La présence de petits trous de 2 mm environ, visibles sur les plâtres de plafond ou les murs tapissés ou non
- Essaimage : envol simultané des termites reproducteurs (noirs avec des ailes) pour fonder de nouvelles colonies

(source FCBA)

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur