En direct

Les élus devront encore patienter

B. K. |  le 01/06/2018  |  ConjonctureArchitectureUrbanismeCôte d'OrFrance entière

Banlieues -

Pas de « plan banlieues », mais un rendez-vous fixé au mois de juillet. Comme prévu, Emmanuel Macron n'a pas fait d'annonces en faveur de la rénovation urbaine, le 22 mai. Pourtant, les associations d'élus, qui avaient fait monter la pression en lançant le pacte de Dijon et en soutenant le rapport Borloo, se disent satisfaites tout en restant sur leurs gardes.

Pour rappel, le pacte, signé par 75 présidents d'intercommunalités dont 22 présidents de métropole, se compose d'une série d'engagements de la part des élus locaux et de contreparties attendues par le gouvernement. Les signataires s'engagent, par exemple, à « relancer d'urgence les programmes de renouvellement et d'aménagement urbain dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville » si l'Etat simplifie « la tuyauterie administrative et financière » de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine et « revisite » son règlement général et financier.

Le pacte de Dijon reconnu. « En reconnaissant le pacte de Dijon dans son discours, l'exécutif fait un pas vers nous. Même si nous restons vigilants, c'est une première étape vers sa mise en œuvre », veut-on croire chez France urbaine. Emmanuel Macron a en effet annoncé un plan Cœur de quartier « d'ici à juillet » pour « définir clairement les priorités actuelles de la rénovation urbaine, le budget nécessaire, les actions et quartiers prioritaires ».

Autre annonce : la simplification des procédures à l'encontre des marchands de sommeil et l'accélération du traitement des copropriétés dégradées. Avant juillet, « une dizaine d'opérations de requalification à mener en priorité » seront déterminées. Or, le gouvernement estime lui-même à près de 100 000 le nombre de copropriétés dégradées. « Je crains que cette mesure n'apparaisse comme étant un peu gadget », lance Alain Cacheux, président de la Fédération des offices publics de l'habitat.

L'Association des maires de France (AMF), elle, enfonce le clou en réclamant « des réponses sur les moyens financiers mis au service de la reconquête des territoires ». Et prévient : « L'Agence de cohésion des territoires, proposée par l'AMF et dont la création a été confirmée par le président de la République, devra se voir affecter une part importante de ces moyens nouveaux. » Là encore, les élus devront attendre juillet.

PHOTO - 13265_806810_k2_k1_1902199.jpg
PHOTO - 13265_806810_k2_k1_1902199.jpg

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur