En direct

Les effets du réchauffement climatique difficiles à identifier en termes de consommation d'énergie

Guillaume Maincent |  le 23/11/2010  | 

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Valider

La table ronde finale préalable à l'élaboration du plan national d'adaptation au changement climatique (PNACC) s'est tenue le 23 novembre au ministère de l'Ecologie.

Prévu par la loi Grenelle 1 d'août 2009 dans son article 42, ce plan est attendu pour mai 2011. Il devrait comporter un volet énergie assez important, au regard
de ce qui est remonté de la consultation publique organisée sur Internet et en régions entre mi-septembre et mi-octobre. Cette consultation avait pour base un rapport de 202 recommandations élaboré par des groupes nationaux, et finalisé le 15 juin dernier. " L'énergie
est le thème qui a sollicité le plus de commentaires, devant l'eau et la biodiversité", a indiqué Pierre-Franck Chevet, directeur général de l'énergie et du climat
au ministère. La proposition d'engager une réflexion sur l'adaptation des rythmes de travail prenant en compte le changement climatique, par exemple, pose la question d'un éventuel déplacement de la pointe de consommation électrique de fin de journée l'été : si l'employé de 2050 travaille moins en début d'après-midi et plus le soir, pour échapper à la chaleur, le pic se déclenchera plus tard. A charge pour les réseaux de s'adapter.

Baisse de la consommation énergétique en hiver, hausse en été

Mais comme l'a montré le rapport du 15 juin, et notamment le groupe 2 - qui couvrait notamment l'énergie - du climatologue Jean Jouzel, les effets du réchauffement climatique, que la communauté internationale espère contenir à 2 °C d'ici 2050, sont difficiles à identifier en termes de consommation énergétique, car ils sont contradictoires. En effet, la hausse moyenne des
températures risque de réduire les besoins de chauffage, mais en même temps d'augmenter le recours à la climatisation. Un rapport antérieur, datant de
2009, prédit une "tendance aux économies d'énergie de l'ordre de 3% par effet d'un climat plus doux", mais aussi un "développement spontané de la climatisation qui amputerait de moitié ces économies".
En définitive, il faut s'attendre à une baisse de la consommation énergétique en hiver et une hausse en été, avec "multiplication des pics de demande en période chaude". A prévoir également, une baisse du productible hydroélectrique de l'ordre de 15%, du fait d'une moindre pluviométrie et de prélèvements d'eau de rivière accrus. Autant de scénarios utiles à la préparation du volet "adaptation" des futurs SRCAE, les schémas régionaux du climat, de l'air et de l'énergie.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur