En direct

Les échanges de données informatisées

le 28/05/1999  |  NumériqueCommunicationFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Numérique
Communication
France
Valider

Lancés il y a un peu plus de dix ans, les systèmes d'échanges de données informatisées entre les acteurs d'un chantier de construction se sont imposés. Réhabilitation de la chocolaterie Meunier à Noisiel, Grande Bibliothèque, hôpital Georges-Pompidou, Grand Stade, France Télévision, Technocentre de Renault, etc. Ce sont des références où ses systèmes dits d'armoires à plans ont été employés. Avec, certes, des déboires sur certains chantiers.

Le développement des EDI apparaît aujourd'hui sous un nouveau jour. Tout d'abord, le travail des différents intervenants semble s'harmoniser. En second lieu, les développeurs de logiciels dotent les outils de conception de moyens de communication simplifiés par Internet. De même, des outils tels que la gestion électronique de documents apparaît parfois parmi les solutions d'EDI. Ce qui contribue à créer le flou entre les notions d'échanges organisés à l'occasion d'un chantier et la communication de documents bruts entre acteurs d'un projet.

A quoi servent des échanges de documents informatisés ?

A accélérer et à fiabiliser la transmission d'informations entre les partenaires d'un projet. L'esprit de ce type d'échange repose sur la suppression d'une nouvelle saisie de l'information. Et cela vaut autant pour les plans que pour les pièces écrites. Ce qui signifie que les véritables SEDI (systèmes d'échange de documents informatisés) ne doivent prendre en compte que des fichiers numérisés réexploitables par des logiciels similaires ou compatibles. L'échange de documents scannés ne peut en soi constituer un SEDI.

En deuxième lieu, l'objectif des SEDI est d'organiser le classement des informations à délivrer aux destinataires autorisés, et cela, depuis les premières études de l'ouvrage jusqu'à sa réception. Un autre but étant d'améliorer son exploitation. Une telle organisation se retrouve dans les armoires à plans, structurées pour un tel usage. Elle peut aussi se mettre en oeuvre avec de simples outils de dessin entre quelques partenaires, mais avec un potentiel d'emploi plus limité et des risques plus importants liés à la gestion des versions de documents.

Comment organiser la mise en place d'un SEDI ?

Chaque projet est différent, tant par sa nature que par le nombre des intervenants, et il convient de poser noir sur blanc une méthode d'échange spécifique pour chacun.

On distingue généralement trois phases de mise en place :

avant la passation des marchés d'études où l'on configure les systèmes et où l'on rédige les pièces écrites informatiques annexées aux marchés d'études ;

en phase études et avant la passation des marchés de travaux où l'on précise la documentation à informatiser, la codification des documents, le paramétrage et la mise en service du SEDI, la formation des utilisateurs, etc. ;

en phase travaux où sont précisés la méthode de travail et les aménagements éventuels, où se poursuivent la formation et l'assistance et où l'on veille à la qualité informatique des documents pour la synthèse ou le dossier des ouvrages exécutés, etc.

Qui fournit ces services d'armoires à plans ?

Il existe actuellement en France trois fournisseurs intervenant essentiellement sur des chantiers conséquents : Edi Management (Coteba) avec l'outil Edis, Derbi (OTH) avec l'outil SGT, et Prosys avec Pro/G.

Selon les fournisseurs, il existe des outils d'échange sur site ou sur serveur.

Edis exploite Exchange de Microsoft et gère les envois de fichiers sur bordereaux sur un site local ou déporté.

SGT fonctionne surtout sur site déporté implanté chez Seres, une filiale de La Poste et Bull. Mais il est aussi possible, sur de très gros chantiers, d'implanter un serveur dédié sur un site. Celui-ci permet des envois unitaires ou groupés, instantanés ou paramétrés pour une communication de nuit afin de réduire les coûts.

Pro/G repose sur une application de communication Lotus Domino et les clients peuvent utiliser une application Lotus Notes ou un navigateur (Microsoft ou Netscape).

Sur quels types de réseaux de communication échanger ?

Prosys demande aux intervenants de travailler sur un réseau Extranet et transmet les informations par le Kiosque de France Télécom : une ligne spéciale est ouverte pour le projet qui permet une communication jusqu'à dix fois plus rapide que par Internet.

La solution de Derbi comprend l'installation d'une carte RNIS dans l'ordinateur dédié aux échanges et d'une ligne RNIS sans autocommutateur, ceci pour éviter les problèmes de transmission.

Qui gère les armoires à plans ?

Lors des tout premiers chantiers avec armoire à plans, on a souvent vu la fonction de synthèse cumuler celle d'administrateur de l'armoire à plan. Les acteurs ont tous évolués et c'est désormais un membre de la maîtrise d'oeuvre ou de la mission OPC qui gère cet outil.

Quelle évolution attendre de la part des fournisseurs de ce service ?

Conçues et développées sur de très grands chantiers, les armoires à plans sont maintenant appelées à se développer sur des projets plus modestes. Ainsi, leur orientation initiale d'aide à la fonction de synthèse laisse désormais le champ plus ouvert au stockage et au classement de la documentation. Le développement de ces fonctions plus simples permet de diminuer le coût de la prestation : si les missions exigeantes et lourdes sont évaluées à 0,5 % à 1 % du montant des travaux, une mission d'organisation des documents peut diminuer le coût à 0,3 % du montant du projet.

En second lieu, l'élargissement de la clientèle est attendu avec le transfert du mode de communication des réseaux téléphoniques au réseau Internet. Derbi prépare pour le mois de septembre une version de SGT à l'aide d'un site Web dont l'adresse reste encore à définir. L'objectif est de toucher les marchés de travaux même modestes (jusqu'à 2 millions de francs) où la gestion de documents en armoire ne porterait que sur les pièces administratives.

Quels matériels utiliser pour échanger ?

Un micro-ordinateur de type PC le plus récent possible, avec les cartes de communication idoines (Modem ou RNIS selon le fournisseur de service) et les applications recommandées ou fournies par le prestataire.

A RETENIR

Qu'est-ce qu'un système d'échange de données informatisées ?

Un équipement d'organisation et de distribution des documents techniques et administratifs pour les partenaires d'un projet.

Sur quoi repose son fonctionnement ?

Sur sa méthodologie d'organisation à toutes les étapes du projet.

Quelles sont les évolutions attendues ?

L'élargissement des potentialités d'organisation des documents et l'ouverture au réseau Internet.

POUR EN SAVOIR PLUS...

-Sur Internet, voir le site : http : //mediaconstruct.cstb.fr où l'on trouve l'actualité sur le sujet. En particulier sur l'Association internationale pour l'interopérabilité qui travaille à assurer la compatibilité entre les applications utilisables dans différents secteurs, dont la construction. D'autre part, le rapport remis par Derbi, Edi Management et Prosys au ministère de l'Equipement sur l'harmonisation et la normalisation des échanges graphiques informatisés dans les projets de construction (cliquez sur Librairie). Ce document contient la démarche de bonnes pratiques pour tous ceux qui veulent mettre en place une armoire à plans.

Cet article fait partie du dossier

Informatique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil