En direct

Les drones au service du BTP
Drone en action - © © Studiofly

Les drones au service du BTP

JULIE NICOLAS |  le 05/06/2014  |  EntreprisesTechniqueEuropeEducationSecond œuvre

Sommaire du dossier

  1. « Le risque de piratage dans la maquette numérique existe »
  2. « La mission de l’architecte ne doit plus s’achever à la livraison du bâtiment »
  3. La maquette numérique à l'ère du BIM
  4. BIM : simple outil ou révolution dans l’organisation ?
  5. Des architectes férus de BIM
  6. La maquette numérique s’invite au Havre
  7. La construction numérique se dessine
  8. Bouygues Construction fait la promotion du BIM
  9. Quand Bouygues nous plonge dans la réalité immersive
  10. Le BIM fait une entrée remarquée au salon Innovative City
  11. Thales exploite ses nouveaux locaux à l'aide du BIM
  12. Plan transition numérique et Pacte avancent main dans la main
  13. Le BIM dope le coût global
  14. Transition numérique : mobilisation générale !
  15. Les aventures du Mastère BIM
  16. Le BIM au service de la gestion de l'existant
  17. « Une masse critique d’utilisateurs est nécessaire afin de développer le BIM en France »
  18. Rapport sur la Mission numérique du bâtiment
  19. Maquette numérique : entretenir les bases de données d'un bâtiment
  20. La transition numérique, c’est maintenant
  21. « Le BIM doit évoluer pour susciter l’adhésion de tous »
  22. Numérique dans le bâtiment : Bertrand Delcambre attend le budget public pour dégainer
  23. Le BIM en exécution : les questions et les tâtonnements de trois partenaires
  24. « Il est de notre devoir d’aider à l’appropriation du BIM », Bruno Leboullenger (DGCIS)
  25. Projeteur BIM « Le BIM nous facilite le travail »
  26. BIM : gérer de l’information, oui, mais des formats, non !
  27. BIM : les Anglais ont tiré les premiers
  28. L’association BIM France vient de naître
  29. BIM/Maquette numérique : simple outil de travail ou révolution dans l'organisation ?
  30. BIM d'Or 2015 : l’Ecole normale supérieure à Paris-Saclay
  31. BIM d'Or 2015 : le palmarès complet
  32. BIM d'Or 2015 : découvrez les projets en compétition
  33. Les BIM d’Or récompensent des projets d’une grande diversité
  34. L’Ecole normale supérieure à Paris-Saclay en tout BIM
  35. Une Cité des civilisations du vin bien charpentée
  36. L’Arena 92 passe au BIM par étapes
  37. Siège à énergie positive bâti en un temps record
  38. Maquette numérique : l’ESITC Caen accueille les premières journées dédiées à l’enseignement du BIM
  39. Innovation Bienvenue dans les TP du futur
  40. Un chantier autoroutier expérimente le BIM
  41. Marseille : la rocade L2 existe déjà en BIM
  42. Comment adapter les contrats de construction au BIM
  43. « La loi MOP et le BIM ne sont pas incompatibles »
  44. Maquette numérique - Le BIM intègre les produits du bâtiment
  45. Il numérise les produits du bâtiment en BIM
  46. Du nuage de points aux données de la maquette numérique
  47. L’AIMCC définit sa position sur le BIM
  48. La salle de bains s’invite dans le BIM
  49. Les objets BIM des industriels sont-ils opérationnels ?
  50. Le BIM en formation professionnelle
  51. Formation : vers une mobilisation générale en faveur du BIM
  52. Super rénovation pour Super-Montparnasse
  53. Les drones au service du BTP
  54. Bergerat Monnoyeur s’intéresse aux drones
  55. Trimble veut apporter le BIM sur les chantiers
  56. Trimble et Nemetschek s'allient sur le BIM pour peser face à Autodesk
  57. BIM/Maquette numérique Contenu et niveaux de développement
  58. BIM (Building information modeling)
  59. Maquette 3D et ville numérique
  60. Des logiciels qui bouleversent la conception des bâtiments
  61. La maquette numérique, avatar virtuel du bâtiment
  62. Les métalliers se préparent, à moyen terme, à la maquette numérique
  63. Un outil fédérateur de la conception à l’exploitation
  64. Vers une fusion du BIM et des systèmes d'information géographique (SIG)
  65. Le BIM donne une nouvelle dimension aux projets
  66. "L'industrie du béton est en avance sur le BIM", assure Philippe Gruat, président de la FIB
  67. Le BIM, c'est maintenant, ou presque...

Qu'ils soient équipés d'appareil photo haute définition ou de caméra thermique, les drones viennent en renfort des professionnels des travaux publics et du bâtiment. Connaître l'état d'une charpente ou réaliser un bilan thermique devient un jeu d'enfant.

Les drones sont partout et ils arrivent à grands pas au service des métiers du bâtiment, comme des travaux publics. Mardi 2 juin, ce sont les experts en assurances du groupe CEA qui s’intéressaient à cette technologie lors d’une conférence parisienne. Sur l’estrade, Philippe Gourdain, directeur de Studiofly, présente l’un des drones de son parc : une machine de 8 kg, constituée presque exclusivement de carbone et d’aluminium qui se divise en trois parties : le cerveau où l’électronique embarque GPS, altimètre et capteurs, les moteurs brushless qui grâce aux frottements réduits affichent un rendement de 92 % et surtout la nacelle gyrostabilisée qui va accueillir les différents capteurs : appareil photo haute définition, caméra ou caméra thermique. « Grâce à son gyroscope la nacelle garde toujours l’horizontale, y compris en cas de coup de vent. Il est aussi possible de modifier son assiette afin d’aller chercher une information particulière », explique Philippe Gourdain. L’ensemble est piloté à distance par une télécommande dont la portée atteint 4 km, alors que la Direction générale de l’aviation civile limite la distance entre le drone et son opérateur à 150 m. La France est en effet le premier pays à avoir réglementé l’usage de ces aéronefs particuliers. L’arrêté du 11 avril 2012 servira d’ailleurs de base à la réglementation européenne en cours d’élaboration.

Etat des lieux des zones inaccessibles

« Si l’appareil offre de multiples possibilités, il est important de savoir quelles informations on veut aller capter », souligne le directeur de la start-up, avant de donner quelques exemples de missions : sur la cathédrale de Vienne, 165 photos en très haute définition ont servi aux architectes pour connaître l’état de la toiture et de certaines gargouilles en vue de la rénovation de l’ensemble. De même, le Parlement européen présente de nombreuses zones inaccessibles. C’est donc un drone équipé de capteurs qui est allé photographier ces zones afin d’y repérer d’éventuelles attaques du temps. « La thermographie infrarouge a également été utilisée sur des centrales photovoltaïques afin de repérer les panneaux défaillants », poursuit Philippe Gourdain. Plus petit qu’un hélicoptère, le drone peut survoler une toiture à très faible distance et récupérer ainsi des informations de grande précision. La mairie du XIVe arrondissement de Paris a ainsi utilisé un drone pour connaître l’état des lieux de sa toiture.

Enfin, cerise sur le gâteau, le coût des missions de captation reste abordable. Une mission d’une ou deux heures représente un budget hors taxe compris entre 500 et 1000 euros, tandis qu’une journée est facturée entre 2000 et 4000 euros. La prestation comprend la préparation de la mission et les nécessaires repérages (topographie, aérologie…), les demandes de dérogation éventuelles, les frais de déplacements, la captation proprement dite, puis la finalisation des rapports, la pré-analyse et la restitution.

Une nouvelle méthode de cartographie en 3 dimensions

« Un drone, c’est un aéronef, un capteur et des logiciels de traitement d’informations », résume Emmanuel de Maistre, directeur général de Redbird, un gros opérateur de drone. Bien sûr c’est l’objet volant qui retient d’abord l’attention mais ce n’est pas le plus important. La véritable révolution se situe dans une nouvelle technique de cartographie en trois dimensions : la photogrammétrie. « Le drone est équipé d’un appareil photo numérique qui prend un cliché toute les secondes. En mesurant la taille du pixel au sol, on déduit l’altitude du point photographié ». Chaque point étant photographié plusieurs fois, cette altitude est affinée par trigonométrie. Il en ressort une carte numérique en trois dimensions d’une précision de 6 cm. C’est bien moins que la précision submillimétrique des scans 3D, ces appareils qui cartographient un volume à l’aide de lasers rotatifs. Mais cela a l’avantage de pouvoir couvrir des hectares entiers. « 6 cm c’est largement suffisant pour les terrassiers », estime Grégoire Arranz, directeur général de Sitech France, le représentant des appareils de mesure Trimble. La carte en trois dimensions est ensuite traitée par ordinateur. « C’est là que nous apportons de la valeur ajoutée », souligne Emmanuel de Maistre. En faisant quoi ? « On peut évaluer des cubatures, mesurer l’inclinaison d’une piste, la largeur d’une trace, la hauteur d’un gradin, etc. ». Les applications restent à inventer mais faisons confiance aux terrassiers : proposez-leur une carte numérique en 3D de leur chantier et ils sauront quoi en faire…

Commentaires

Les drones au service du BTP

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX