Paysage

Les Dominicains de Paris réinventent le jardin de cloître

Mots clés : Architecte - Établissements de culte, funéraire - Information - communication - événementiel

Le jardin de cloître réinventé s’épanouit au 222 Faubourg Saint-Honoré à Paris, dans la foulée de la rénovation du couvent des Dominicains conduite par l’architecte Jean-Marie Duthilleul. Signé par Thierry Cardot, ce bijou paysager a réuni les invités de l’association des journalistes des jardins et de l’horticulture, le 21 février lors de la traditionnelle soirée annuaire.

L’architecture, le paysage et le sacré : ce triptyque a guidé la composition paysagère de Thierry Cardot au cloître du couvent de l’Annonciation, dans le 8e arrondissement de Paris. Deux ans de concertation et des compromis budgétaires ont précédé le lancement du chantier, en 2010, dans un rectangle de 15 m sur 20, un étage en-dessous de l’ancien jardin de curé, sous les murs blancs et les fenêtres noires dessinés par l’architecte Jean-Marie Duthilleul. « La fontaine centrale reprend la zinguerie du bâtiment », souligne Thierry Cardot. La modernité s’affiche également dans les pas en ardoise noire qui guident la déambulation.

 

Horticole et naturel

 

Point fort de la stratégie végétale, le mariage du structuré et des graminées relie le jardin contemporain au XIXe siècle : le couvent de l’Annonciation est né pendant cet âge d’or de l’art du paysage. Thierry Cardot réalise ce mixage en jouant sur le temps : un effet visuel immédiat se conjugue avec l’anticipation de la croissance des espèces qui viennent prendre le relais, y compris la végétation spontanée. Les visites régulières du concepteur lui permettent de maîtriser la maturation d’une composition inspirée par les idées de Gilles Clément, mais aussi par ses propres prestations d’enseignant spécialisé dans la gestation différenciée. La colonisation du site par les oiseaux de Paris récompense ses efforts.

 

Passeport pour l’autre monde

 

S’il a conçu le jardin d’un ordre prêchant ouvert sur le monde terrestre contemporain, Thierry Cardot n’en a pas pour autant oublié « le point de jonction vers l’autre monde »… Pour y conduire, les balises spirituelles ne manquent pas : l’emboîtement du carré et du cercle, les quatre fleuves de la Terre promise et les cerisiers, symboles des quatre évangélistes. La commande des Dominicains a révélé une vocation dont le concepteur suit le fil à Saint-Pierre de Montmartre : le curé de la plus vieille église de Paris a confié à Thierry Cardot les études pour le réaménagement de cet autre bijou méconnu du patrimoine catholique parisien.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X