En direct

«Les directives de sécurité sanitaire sur les chantiers sont intenables», Jean-Pierre Lévêque, architecte
Pour Jean-Pierre Lévêque, architecte associé chez Brenac & Gonzalez et Associés, demander aux ouvriers de reprendre le travail est «scandaleux». - © Stefan Tuchila
Interview

«Les directives de sécurité sanitaire sur les chantiers sont intenables», Jean-Pierre Lévêque, architecte

Propos recueillis par Marie-Douce Albert |  le 01/04/2020  |  ArchitectesCoronavirusFrance Artisans

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architectes
Profession
Coronavirus
France
Artisans
Valider

Pour cet architecte associé de l’agence Brenac & Gonzalez, envisager une reprise des chantiers de BTP est en décalage avec la réalité de la crise du coronavirus.

Comment analysez-vous la volonté de relancer les chantiers ?

Je suis assez sidéré parce que nous sommes en train de nous demander si nous devons, ou non, reprendre les travaux alors qu’on voit que l’Italie est à l’arrêt total et que l’épidémie continue d’y progresser. Nous avons déjà pu constater que ce qui se passe là-bas finit par survenir chez nous une semaine plus tard. On a donc le sentiment que nos préoccupations sont en total décalage avec la réalité de la crise et que rien n’est fait pour anticiper.

Les préconisations établies pour assurer la sécurité sanitaire sont-elles, selon vous applicables ?

Ces directives sont parfaitement intenables et donnent l’impression d’avoir été rédigées par des personnes qui ne mettent jamais les pieds sur les chantiers. Parmi les mesures barrières préconisées, il est ainsi recommandé de se laver les mains régulièrement. Mais qui va aller chronométrer les gens pour vérifier s'ils l’ont fait ou qu’ils ont utilisé du gel hydroalcoolique depuis une demi-heure ?

Logistique coûteuse



Et comment doivent-ils procéder quand ils portent des gants ? Là, on nous répond : il faut laver les gants, puis les mains ! Tout ceci demande, aux entreprises, une logistique énorme et coûteuse alors que nous sommes sûrement à la veille de tout devoir stopper.

Et qu’en est-il de la limitation de la coactivité ?

La coactivité est le propre d’un chantier. Prenons l’exemple d’un menuisier et d’un plombier qui installent une vasque de lavabo sur un plan de travail, dans des sanitaires. Comment peuvent-ils garder leurs distances dans un espace qui doit faire 5 m² ? De même, quand il s’agit d’installer des éléments de façade qui font plusieurs centaines de kilos, les trois ouvriers qui sont dans une nacelle pour le faire ne peuvent pas être à un mètre de distance les uns des autres.

Tâche collective

Cette question de coactivité ne concerne pas que l’exécution des tâches, mais aussi les échanges autour du projet qui est en train de se construire. Tout ça ne peut pas se faire à distance et c’est pour cette raison que nous, maîtres d’œuvre, nous déplaçons habituellement sur site. D’ailleurs, il est effarant de voir que les accords récents ont été négociés entre le gouvernement et les entreprises. La construction est une tâche collective et enracinée dans un lieu qui n’a rien de virtuel. Elle ne peut être accomplie sans prendre en compte toute la chaîne du bâtiment.

Y a-t-il néanmoins des chantiers qu’il est envisageable de remettre en route ?

Il faut faire preuve d’un discernement hiérarchisé. Notamment, il faut analyser la situation des territoires. Le risque de redémarrer un chantier dans l’Ariège n’est sans doute aujourd’hui pas le même qu’en Ile-de-France. Par ailleurs, il faut étudier finement les micro-tâches qui peuvent parfaitement être organisées sans risques. Par exemple, sur un de nos chantiers, l’ascensoriste se dit prêt à intervenir, avec quatre personnes capables de travailler en autonomie. L’idée n’est pas non plus de pénaliser des entreprises en les empêchant de procéder et donc, de facturer.

Vous constatez également un problème dans la chaîne de responsabilités…

Face à un ennemi mal connu, avec des directives du gouvernement qui manquent de clarté, chacun est renvoyé à ses responsabilités contractuelles. Par exemple, nous ne savons toujours pas ce qu’il en sera des pénalités en cas de report des délais inscrits dans les contrats. Alors nous ne savons pas bien quoi faire. Nous sommes démunis.

Mais au-delà, il y a une question sociale majeure. Nous, maîtres d’œuvre, maîtres d’ouvrage, OPC, qui nous sommes retrouvés en télétravail, de quel droit pouvons-nous dire à des ouvriers, dont le métier est déjà difficile en temps normal, de retrousser leurs manches et de retourner sur les chantiers ? Leur demander cet effort est scandaleux. Cela laissera des traces.

Commentaires

«Les directives de sécurité sanitaire sur les chantiers sont intenables», Jean-Pierre Lévêque, architecte

Votre e-mail ne sera pas publié

Philmous

02/04/2020 13h:12

Bonjour Je suis tout à fait d’accord avec le propos tenu par Mr l’Architecte. Que des incohérences, effectivement encore une fois les rédacteurs ne connaissent pas les situations de co-activités qui règnent sur un chantier.

Votre e-mail ne sera pas publié

EPURE31

04/04/2020 17h:48

Enfin des paroles censées. Que ça fait plaisir d’entendre les vrais professionnels. Je suis responsable d'une entreprise de charpente couverture et nous sommes obligé pour des question de sécurité d'être en binôme sur les chantiers. Nous sommes en permanence à proximité les uns des autres, nous nous faisons passer les outils toujours dans un soucis de sécurité (l'encombrement sur un toit est accidentogène) et on nous explique qu'il va falloir désinfecter les outils avant de ce les passer, désinfecter les pièces dans lesquelles nous auront travaillé, j'en passe et des meilleurs... Je regardais hier et avant hier 2 ouvriers tiré la fibre dans mon village, avant hier épaule contre épaule, hier mieux encore penchés tous les 2 au dessus d'un trou front contre front...venez vous rendre compte sur site messieurs les intellectuels, venez expliquer les consignes à toutes ces personnes (certaines ne parlent même pas français). Je ne pense pas que ces mesures aient été prises pour le bien des ouvriers....pour qui alors ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur