Le moniteur
Les déchets verts, une espèce en voie de disparition
Sur le thème "déchets verts et économie circulaire", Pellenc a notamment réuni, de gauche à droite, Corinne Bougery (urbaniste), Sandrine Candelier (Ademe), Emmanuel Delannoy (consultant) et Quentin Lefaucheux (entreprise de paysage). - © laurent miguet

Les déchets verts, une espèce en voie de disparition

Laurent Miguet |  le 25/06/2019  |  Matériels de jardinage Déchets

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
Matériels de jardinage 
Déchets
Valider

Les déchets verts ne devraient plus exister. Les acteurs du paysage l’ont démontré le 24 juin à Aix-en-Provence, à l’occasion de la table ronde qui a précédé la proclamation de la seconde édition du palmarès des « paysagistes de l’environnement » organisé par le fabricant de matériels d’espaces verts Pellenc.

La révolution des mentalités s’est imposée en douceur dans le traitement des déchets verts de l’agglomération de Carpentras : « Quand j’y ai implanté mon entreprise voici 12 ans, des feux brûlaient en permanence dans les 25 communes. L’idée d’un broyage à domicile a fait son chemin : un atelier protégé assure désormais cette prestation, pour 60 euros la tonne », témoigne Quentin Lefaucheux, président régional de l’Union nationale des entreprises du paysage (Unep) pour la méditerranée.

Du déchet à la ressource

L’évolution des matériels et l’actualisation de la réglementation, en 2011, ont facilité la mutation bénéfique à la qualité de l’air et des sols, mais aussi à la réduction des coûts supportés aujourd’hui par les particuliers et autrefois par les contribuables : « Le traitement des déchets verts coûte 100 euros par tonne à la collectivité », rappelle Sandrine Candelier, représentante du pôle économie circulaire, secteur agriculture, à l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).
Au cours de la table ronde proposée par l’entreprise Pellenc sur les déchets verts, le 24 juin à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), les participants ont découvert le sens profond de cette mutation dans la traduction japonaise du mot déchet : « Le « Mouda », un mot qui s’applique aux produits qui mobilisent des ressources sans créer de valeur », décrypte Emmanuel Delannoy, consultant spécialisé en économie circulaire.
Vrais ou faux besoins

Comment tarir les sources de mouda ? La question conduit à des remises en cause profondes : « Cessons de nous laisser envahir par l’idée de la nécessité d’aménager, et reposons nous la question de la réalité du besoin, en gardant à l’esprit que moins on touche le végétal, mieux il se porte », plaide Corinne Bougery, ingénieure agronome et urbaniste.
Les citoyens suivront-ils ces positions de principe ? Chargé des espaces verts du Nord de Marseille et alors qu’une semaine de canicule débute dans tout l’Hexagone, Didier Vidal pose des limites : « Oui, l’arrosage des pelouses produit des déchets, mais il permet aussi de résister aux îlots de chaleur. Nous persistons et nous signons ».

Devoir de désobéir

D’autres plantations moins gourmandes en eau offriraient-elles un confort urbain comparable, comme le pense Corinne Bougery ? Sans trancher la question, les échanges du 24 juin allument une lueur d’espoir, résumée par Quentin Lefaucheux : « Quitte à perdre des marchés, l’entreprise de paysage a parfois un devoir de désobéir, lorsque des cahiers des charges préconisent l’arrosage pour éviter l’impact visuel de l’herbe sèche. Ce genre de démarche donne du sens à notre activité et contribue à motiver les salariés », insiste le patron de la Solev, engagée dans une démarche régionale de responsabilité sociétale de l’entreprise.

Trois trophées pour les paysagistes de l’environnement


Trois « paysagistes de l’environnement » ont reçu leur trophée le 24 juin à Aix-en-Provence, après la délibération du jury réuni par l’entreprise Pellenc sous la présidence d’Antoine Jacobsohn, jardinier en chef du Potager du roi à Versailles.

Le trophée « jardin public » récompense la communauté d’agglomération Villefranche Beaujolais Saône, pour la gestion écologique du cimetière paysager de Gleizé. « Quand les équipes ont changé leur pratique, nous les avons accompagnées avec des panneaux pédagogiques sur le thème du cimetière au fil des saisons », commente Catherine Rebaud, première adjointe et conseillère communautaire déléguée à la communication.

Le trophée « jardin privé » récompense les pratiques écologiques de la Scop Sicle d’Angers, créée en 2016 par trois paysagistes concepteurs : « Notre activité d’entretien de jardins repose sur une flotte de vélos à assistance électrique, deux remorques et des matériels d’entretien électrique », détaille Vincent Chevalier, l’un des fondateurs de la start-up active dans la création d’espaces publics et l’entretien de jardins privés.

Le trophée « Insolite » récompense Croq’Jardin, section de la fédération départementale des foyers ruraux des Bouches-du-Rhône à La Roque d’Anthéron : « Le jardin d’1 hectare offre un lieu d’accueil et de formation à la permaculture, pour des stagiaires et des jeunes en décrochage scolaire, tandis que l’espace de test d’1/2 hectare sert de couveuse à des entreprises de maraîchage », précise le président départemental Michel Gandolfi.

Pellenc offrira deux batteries et trois outils aux deux lauréats privés. L’agglomération de Villefranche Beaujolais Saône bénéficiera d’une prestation de conseil en gestion différenciée des espaces publics.

Commentaires

Les déchets verts, une espèce en voie de disparition

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur