Environnement

Les déchets inertes de chantier sont désormais valorisés à 61 %

Mots clés : Administrations, banques, bureaux ouverts au public - Démarche environnementale - Entreprise du BTP - Travaux publics

Les entreprises du bâtiment et des travaux publics ont réutilisé ou valorisé via le recyclage ou le remblaiement de carrières, 61% des déchets inertes de leurs chantiers en 2014, contre 49% en 2008, selon une étude du Commissariat général au développement durable.

Les déchets inertes (essentiellement les terres excavées) représentent 80% des 227,5 millions de tonnes de déchets produites en 2014 par les entreprises de BTP – en baisse de 10 % par rapport à 2008, selon des chiffres mis en ligne par le Commissariat général au développement durable (CGDD).

Les entreprises des travaux publics, pour qui ces déchets inertes représentent la quasi totalité (93 %) de la production, en valorisent ou en réutilisent 63% dès la sortie du chantier.

Dans le bâtiment, qui génère des déchets inertes à 75%, la valorisation dès la sortie de chantier est moitié moindre (46%), les entreprises ayant souvent recours à un collecteur de déchets.

Globalement, le CGDD note que ces déchets inertes sont réutilisés ou valorisés via le recyclage ou le remblaiement de carrières, à 61%.

Restent donc les déchets « non inertes non dangereux » (13,2 millions de tonnes soit 6% du total) et les « déchets dangereux » (2,8 millions de tonnes, environ 1%).

Au sein des déchets dangereux, les déchets amiantés montent en puissance avec 570.000 tonnes (1/5e des déchets dangereux) en 2014, dont plus des deux tiers sont des matériaux de construction contenant de l’amiante. Ces déchets dangereux sont peu valorisés en sortie de chantier, avec seulement 7% recyclés ou réutilisés, et moins de 2% « exploités en valorisation énergétique ». Si les terres et cailloux pollués, qui représentent la moitié de ces déchets, sont stockés à 50% dès la sortie de chantier, ce n’est « pratiquement jamais le cas » pour le bois, le verre et le plastique contenant des substances dangereuses, les ampoules, néons, ou les piles.

Le secteur de la dépollution a représenté quant à lui 4,7 millions de tonnes de déchets produits en 2014, à 70% des déchets inertes et environ 20%, des déchets dangereux, selon le CGDD.

Une directive européenne impose de valoriser à 70% d’ici 2020 les déchets du BTP, qui, en France, représentent 70% de l’ensemble des déchets produits chaque année, loin devant les déchets ménagers (moins de 10%) ou ceux de l’industrie par exemple.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Les articles les plus lus
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X