Les crédits immobiliers devraient rester stables

Defawe Philippe |  le 19/02/2008  |  France

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Immobilier
Valider

Les crédits immobiliers n'ont pas connu de baisse au quatrième trimestre 2007 en France contrairement aux craintes exprimées en raison de la crise financière, selon les chiffres de l'Observatoire du financement des marchés résidentiels, publiés mardi.
"L'activité du marché du crédit immobilier ne s'est pas ralentie, au contraire", a déclaré Michel Mouillart, professeur d'économie et rapporteur de l'étude réalisée par Crédit Logement et l'institut CSA.
"A fin décembre 2007, on ne peut pas prétendre qu'il y a des restrictions de l'offre de crédit en France", insiste-t-il.
Cependant, "on peut difficilement mesurer l'ampleur que la crise des subprime aura sur l'année à venir", commente Gabriel Benoin, directeur général de Crédit Logement.
Plus de 41,8 milliards d'euros de crédits ont été accordés les trois derniers mois de l'année, soit une hausse de 3,8% par rapport à la même période de l'année précédente, selon les chiffres de l'observatoire.
Selon M. Mouillart, l'une des explications se trouve dans le fait que "la hausse des taux s'est tassée à la fin de l'année". Au quatrième trimestre, les taux moyens étaient de 4,62%, contre 4,40% au trimestre précédent. "Une tendance qui se confirme au début de l'année avec des taux de 4,66% au mois de janvier 2008", précise-t-il.
Sur toute l'année 2007, les crédits ont représentés une somme globale de 170,7 milliards d'euros, en hausse de 2,7% par rapport à 2006, ce qui représente plus de 2,3 millions de prêts immobiliers accordés aux ménages.
Les crédits accordés sont en baisse pour le neuf (-1,8%), stables pour les travaux (+1,5%) et en hausse de 4,8% pour l'ancien.
Sur la même période, la durée moyenne des prêts s'est allongée de 8 mois, alors que l'accroissement avait été de 16 mois en 2006. En 2007, les acquéreurs empruntaient sur 219,5 mois au 1er trimestre, puis 225,1 mois au 4e.
Là aussi, la hausse s'est tassée et la durée redescend à 223 mois en janvier 2008.
Le montant moyen global emprunté est de 140.900 euros, avec une forte différence entre les ménages les plus modestes: ceux dont le revenu est inférieur à 3 Smic empruntent en moyenne 96.400 euros tandis que les foyers aux revenus plus élevés, 5 Smic et plus, empruntent 197.300 euros.
Pour autant, la part des ménages aux revenus les plus faibles, 3 Smic et moins, augmente avec 36,6% du marché, notamment sous l'effet du Prêt à taux zéro (PTZ). Les revenus entre 3 et 5 Smic représentent 39,6% des acquéreurs et au delà de 5 Smic, 23,8%.
Mais les premiers empruntent plus longtemps, en moyenne sur 234 mois pour une moyenne nationale de 223 mois, et leur acquisition représente 4,9 années de revenus contre 3,9 globalement. Pour les plus aisés, l'achat moyen coûte 2,9 années de revenus.
©AFP

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Traité des baux commerciaux

Traité des baux commerciaux

Date de parution : 12/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur