En direct

Les conseils de l’AQC pour prévenir les désordres dans la construction bois
Les poteaux bois sont protégés contre les chocs. - © AQC

Les conseils de l’AQC pour prévenir les désordres dans la construction bois

Amélie Luquain |  le 12/02/2020  |  France AQCConstruction boisSécurité incendieArtisans

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Technique
France
AQC
Construction bois
Sécurité incendie
Artisans
100 % gros œuvre
Artisan bois
Bois
Structure en bois
Ossature bois
Valider

C’est bien connu, la construction bois de grande hauteur implique une vigilance particulière vis-à-vis des risques incendie et des pathologies dues à l’humidité. Mais les bonnes pratiques ne sont pas toujours d’usage.

Les tours de grande hauteur comme Hypérion à Bordeaux et les ouvrages olympiques et paralympiques des JO 2024 à venir sont autant d’aubaines pour la construction bois, qui se démocratise.

Mais elle n’est pas toujours idéalement mise en œuvre.

L’Agence qualité construction (AQC), sur la base de constats dressés à partir de l'observation de ​25 opérations récentes en chantier ou en exploitation (qui resteront dans l’anonymat), propose, dans son rapport Constructions bois de plus de 8 m de hauteur – retours d’expérience, publié le 11 février 2020, plus de 70 bonnes pratiques à destination des professionnels de l’acte de construire. 

Cette étude, réalisée à la demande du CSF Bois, fait partie du dispositif REX Bâtiments performants de l’AQC et a été éditée avec le soutien financier du programme Pacte.

Appréhension vis-à-vis du risque incendie

Côté feu, « le bois étant un matériau combustible, il génère beaucoup d’appréhension vis-à-vis du risque incendie » rappelle Julien Herbert, responsable de projet à l’AQC.

Dès le chantier, la réglementation n’intégrant pas d’exigences spécifiques à ce moment-là, la vigilance est de mise au regard de toutes les sources chaudes, tels que les meulages, soudures, étanchéités bitumineuses à chaud, etc.

Les détails d’exécution des éléments d’ancrage doivent être soignés pour assurer la continuité de la performance de l’enveloppe.

Un espace entre deux éléments suffit pour perdre le degré pare-flamme ou coupe-feu d’une paroi. L’ensemble des jonctions (assemblages bois/métal, bois/béton, espaces entre panneaux bois, pénétrations des réseaux et des fluides) doivent être calfeutrées avec des produits dont les performances en situation incendie ont été validées.

Certains éléments devront être encoffrés, ce qu’il faut savoir en amont pour éviter les déconvenues, à l’heure où le bois se veut visible en intérieur.

Quant à la durée de résistance de la structure, elle dépend de l’épaisseur des éléments, qu’il faut donc optimiser pour éviter les surcoûts.

La flamme du chalumeau est positionnée de façon à ne pas détériorer les parois bois
La flamme du chalumeau est positionnée de façon à ne pas détériorer les parois bois - © AQC

Les effets de l’humidité mal maîtrisés

Côté hygrométrie, le taux d’humidité des bois peut varier entre l’atelier (12 – 13%), le chantier (15 à 20%) et durant l’exploitation du bâtiment (3 à 8%). « Si cette humidité n’est pas maîtrisée, le risque de fluage est important, d’autant plus critique que le bâtiment est haut en raison du cumul des déformations dans les derniers niveaux », explique Julien Herbert.

Là aussi, les jonctions entre éléments sont des points sensibles. Il faut éviter les infiltrations d’eau en protégeant les bois sur le chantier.

Des étanchéités à froid seront réalisées sur toutes les jonctions de panneaux, et des étanchéités complètes, provisoires ou perdues, à certains niveaux d’élévation avec installation de collecteurs d’eaux pluviale.

Quant aux ouvrages en filière humide, comme les chapes humides sur plancher bois, ils doivent être réalisés dans un bâtiment parfaitement ventilé. Des souffleries ou des déshumidificateurs peuvent être utilisés si nécessaire.

Le taux d’humidité des bois sera bien entendu contrôlé depuis la sortie d’usine jusqu’à l’état stabilisé en service.

Pour prévenir les dégâts des eaux, qui peuvent entraîner des pathologies importantes, les pièces humides seront superposées et les réseaux d’eau à proximité des gaines verticales.

Quant à la mise en œuvre des fameuses douches zéro ressaut, qu'un projet d’arrêté voudrait généraliser dans les logements neufs dits "évolutifs", elle devra être appréhendée très en amont !

Des sondes sont positionnées à différentes profondeurs d'une poutre en bois afin de contrôler l'évolution de son humidité
Des sondes sont positionnées à différentes profondeurs d'une poutre en bois afin de contrôler l'évolution de son humidité - © AQC

Ruptures avec les habitudes

Autant de recommandations que les afficionados de la filière bois connaissent bien, mais qui ne sont pas toujours d’usage et qui peuvent amener des déconvenues.

En effet, « ces pratiques rompent avec les habitudes constructives traditionnelles, et impliquent de maîtriser les interfaces entre matériaux et l’interopérabilité entre tous les corps d’état, pointe Philippe Estingoy, directeur général de l'AQC. C’est l’organisation du projet et du chantier qui nécessite un réel changement de pratique ».

A l’heure où la construction bois se démocratise très largement – « + 20% de logements collectifs en 2016, +9% d’extensions surélévations depuis 2016 également, et 1 150 000 m² de bâtiments tertiaires en bois livrés annuellement », détaille Luc Charmasson, président du Comité stratégique de la filière bois (CSF Bois) – ces recommandations font maintenant partie du rapport de l’AQC.

AQC
AQC - © AQC

Commentaires

Les conseils de l’AQC pour prévenir les désordres dans la construction bois

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur