Les ventes de logements neufs plongent au premier trimestre 2020
Entre le 1er janvier et le 31 mars 2020, les mises en vente de logements neufs sont passées sous la barre des 20 000 unités, le plus mauvais résultat depuis 2016, selon le Service Données et études statistiques (Sdes) du Ministère de la transition écologique et solidaire. - © Sdes. Ministère de la transition écologique et solidaire

Les ventes de logements neufs plongent au premier trimestre 2020

Marie-Noëlle Frison |  le 10/06/2020  |  LogementFrance Logement neufMaisons individuelles

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Logement
France
Logement neuf
Maisons individuelles
Valider

La commercialisation des logements neufs accuse un recul de plus de 24 % au premier trimestre 2020, selon les dernières statistiques du ministère de la Transition écologique et solidaire. Si les appartements ne sont pas épargnés, les maisons individuelles sont particulièrement touchées avec des mises en vente en repli de plus de 40 %. 

C’est la douche froide pour les promoteurs immobiliers. Entre le 1er janvier et le 31 mars 2020, les mises en vente de logements neufs sont passées sous la barre des 20 000 unités, le plus mauvais résultat depuis 2016, selon les derniers chiffres du Service Données et études statistiques (Sdes) du Ministère de la transition écologique et solidaire. 

Durant cette période, 18 900 logements ont été mis en vente, soit 7300 logements de moins qu’au premier trimestre 2019, l’équivalent d’un recul de 27,9 %.

Moins de réservations, plus d'annulations

Les réservations de logements suivent également cette tendance à la baisse. Ainsi, au cours du premier trimestre 2020, 24 000 logements ont été réservés à la vente en France métropolitaine, soit un repli de 24,2 %.

Les annulations enregistrées au cours du premier trimestre 2020 ont légèrement progressé (+1,5 %). Leur niveau représente l’équivalent de 16,5 % de celui des réservations, soit quatre points de plus qu’au premier trimestre 2019.

« Le confinement, instauré le 17 mars 2020 dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, a fortement impacté la commercialisation de logements neufs au cours des deux dernière semaines du trimestre, et explique en grande partie le repli observé pour les réservations », indique le Sdes.

Cette baisse observée au premier trimestre n’est pas seulement imputable à la crise du covid-19. Elle s’inscrit dans une tendance baissière observée depuis le quatrième trimestre 2018. En rythme annuel, le repli des ventes se chiffre à -13,9 % (sur les 12 derniers mois, entre avril 2019 et mars 2020) par rapport aux douze mois précédents.

Les maisons individuelles frappées de plein fouet

Sur ce premier trimestre 2020, aucun bien n’est épargné par la baisse de la demande. Sur les appartements, les réservations et les mises en vente accusent respectivement une baisse de 23,9 % et de 26,8 %.

Quant aux maisons individuelles, le marché s’est considérablement rétréci. Un peu plus de 1500 unités ont été réservées (soit -29,3 % de moins que sur les trois premiers mois de 2019) et moins de 1200 ont été mises en vente, soit un très fort repli de 41,7 %. « En rythme annuel, la baisse reste très forte (-28,4 %). Près de 6700 maisons ont été mises en vente entre avril 2019 et mars 2020, contre 9300 au cours des douze mois précédents », précise le Sdes.

Conséquence : la part des maisons dans la commercialisation de logements neufs recule. Le logement individuel représente désormais 6,2 % des commercialisations de logements neufs, contre 7,6 % un an plus tôt.

Zone C : l'exception qui confirme la règle


Sur le plan géographique, les commercialisations de logements neufs sont en forte baisse dans les zones A et A bis (Paris, une grande partie de l’Ile-de-France, la Côte d’Azur et la zone frontalière avec la Suisse), B1 (qui regroupent les agglomérations de plus de 250 000 habitants) et B2 (communes entre 50 000 et 250 000 habitants).

Seule la zone C, qui regroupe les territoires les moins tendus mais ne concentre que 5 % de l’offre et 4 % de la demande, affiche des réservations en progression (+8,2 % au premier trimestre).

Baisse des stocks et hausse des prix : ça continue


Enfin, les stocks de logements neufs sont toujours en baisse. « Le niveau de l’offre étant plus faible que celui de la demande, l’encours des logements proposés à la vente en fin de trimestre se réduit. Il baisse presque sans interruption depuis le troisième trimestre 2018, passant de 117 800 unités à moins de 99 100 (-15,9%) », note le Sdes.

Résultats : malgré le rétrécissement de la demande, le prix moyen des logements neufs a continué de croître au premier trimestre 2020 : + 3,4 % de hausse pour le collectif et +4,2 % pour l’individuel.

Commentaires

Les ventes de logements neufs plongent au premier trimestre 2020

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur