En direct

En Nouvelle-Aquitaine, les collectivités passent à l'action contre l'érosion
Sur la plage de Lacanau (Gironde), un enrochement de 800 m a été créé. Il a permis de fixer 1 km du rivage. - © OBSERVATOIRE DE LA CÔTE AQUITAINE / COM BY A VM

En Nouvelle-Aquitaine, les collectivités passent à l'action contre l'érosion

Orianne Dupont |  le 25/01/2019  |  GirondeLittoralNouvelle-AquitaineVie du BTP

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Gironde
Littoral
Nouvelle-Aquitaine
Vie du BTP
Valider

Depuis 2012 et la validation de la stratégie régionale de lutte contre l'érosion en Aquitaine, les 20 communes du littoral concernées ont mis en place une stratégie locale adaptée, accompagnée par le groupement d'intérêt public (GIP) Littoral aquitain, animateur de cette démarche.

Après plusieurs années d'études, certaines se lancent dans la phase opérationnelle avec la création ou le renforcement d'ouvrages de protection, le réensablement des plages ou le repli des activités et des biens. Des scénarios pour lesquels les élus ne disposent pas toujours des outils juridiques. « Les villes ont démarré entre 2012 et 2014 et achèvent aujourd'hui l'élaboration de la stratégie », indique Camille André, chargé de mission pour la gestion des risques littoraux au GIP. « Des solutions adaptées doivent être trouvées… rapidement », ajoute-t-il. Et pour cause, les derniers chiffres de l'Observatoire de la côte aquitaine, qui datent de 2016, estiment l'érosion chronique sur la côte sableuse (de la Pointe du Médoc à l'embouchure de l'Adour) à 20 m pour 2025 et 50 m pour 2050, à laquelle s'ajoute un recul lié à un éventuel événement majeur de 20 m. Sur la côte rocheuse (de l'embouchure de l'Adour à celle de la Bidassoa), les reculs s'élèvent en moyenne à 25 cm par an.

Lutte ou repli. A Lacanau (Gironde), la stratégie en place depuis 2016 consiste à protéger les activités et les habitants, mais la commune se laisse la possibilité d'opter pour une relocalisation entre 2020 et 2050 ; deux scénarios qui ne s'opposent pas. Un enrochement de 800 m créé à l'issue d'une forte tempête en 2014 a permis de fixer 1 km du rivage, créant une presqu'île. D'ici à 2100, deux autres kilomètres devraient l'être. Des opérations coûteuses pour les communes puisque les 800 m d'enrochements se sont élevés à 3 M€, et les travaux de confortement en cours pour pérenniser les ouvrages jusqu'en 2050 sont chiffrés à 1,5 M€. Des travaux de rehaussement des ouvrages sont programmés fin 2020. La commune a calculé que, d'ici à 2050, l'érosion lui aura coûté 25 M€ en études, essais, travaux, etc. Un montant qui pourrait s'élever à 100 M€ à l'horizon 2100. Une relocalisation des activités et biens menacés serait cinq fois plus onéreuse… Pour le volet aménagement du territoire, des zones ont été déterminées. Sur celles-ci, seules les constructions temporaires, réversibles et précaires sont autorisées.

« La RD218 devra être déplacée car, d'ici à 2030, elle aura disparu sous le sable. »

A La Teste-de-Buch, dans le bassin d'Arcachon, l'équipe municipale s'apprête à valider sa stratégie. Elle varie en fonction des secteurs : végétalisation au nord de la dune du Pilat, renforcement des perrés, mise en place de boudins géotextiles semi- perméables pour conforter le pied de la dune… Mais c'est surtout l'adaptation qui pourrait primer ici. Ou la résignation. « Les campings de la dune vont devoir réduire leur surface, puis partir à l'horizon 2030-2040. Les parkings vont s'éloigner des plages dans les trois ou quatre ans, et la route entre Pyla-sur-Mer et Biscarosse (RD218) devra être déplacée car, d'ici à 2030, elle aura disparu sous le sable », liste Dominique Ducasse, adjoint au maire chargé de l'environnement. Parallèlement à ces aménagements, des projets municipaux ont été annulés par la préfecture de Gironde, comme un village répit famille près de l'hôpital ou des logements sur un terrain appartenant à la commune. La gestion de l'érosion représente des « coûts monumentaux », commente l'élu de La Teste-de-Buch : 121 M€ d'entretien des ouvrages de protection d'ici à 2045, et 735 M€ si rien n'est fait. Une somme correspondant à la valeur des activités et biens menacés.

La gestion du phénomène reste complexe en raison du manque d'outils à disposition des élus. C'est un point sur lequel la députée LREM de la 8e circonscription (bassin d'Arcachon et Sud Gironde), Sophie Panonacle, travaille : « La proposition de loi que je déposerai à la fin du premier semestre intègre, notamment, l'érosion dans le code de l'environnement, établit les permis de construire à durée déterminée, prévoit un transfert de droit à construire avec la possibilité de céder le terrain à la commune, en échange d'un terrain avec un bail à construire plus élevé et le droit à l'indemnisation. »

Les propriétaires du Signal indemnisés

Les députés ont voté un amendement, le 19 décembre, ouvrant le droit à l'indemnisation des propriétaires du Signal, à Soulac-sur-Mer (Gironde), bâtiment symbole de l'érosion. Construit à 200 m de la plage dans les années 1970, il n'est plus qu'à une dizaine de mètres de l'océan. Les 78 propriétaires qui ont dû évacuer les lieux depuis 2014 percevront 7 M€. L'immeuble, dont le désamiantage a été pris en charge par l'Etat, pourra ainsi être démoli. Une décision de dédommagement que l'Etat redoutait de prendre craignant d'ouvrir les vannes car, selon l'observatoire de la Côte Aquitaine, 5 400 bâtiments seraient menacés à l'horizon 2050… « Cette situation imposait une réponse urgente, mais c'est un cas unique qui ne doit pas faire jurisprudence, estime la députée LREM Sophie Panonacle. La solidarité nationale doit-elle jouer pour des biens privés ? »

Commentaires

En Nouvelle-Aquitaine, les collectivités passent à l'action contre l'érosion

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur