Energie

Les CEE sont connus mais peu utilisés par les collectivités

Mots clés : Etat et collectivités locales - Politique énergétique - Travail

78% des directeurs immobiliers connaissent le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie mais seulement 35% l’ont déjà utilisé d’après une étude de Nr-pro, développeur et gestionnaire d’un comparateur des offres de primes dans le cadre du dispositif des Certificats d’Economies d’Energie, auprès de directeurs immobiliers.

NR-PRO, 1er comparateur indépendant des primes liées aux Certificats d’Economies d’Energie a interviewé 196 petites et moyennes communes réparties sur 83 départements et dont la taille varie entre 2000 et 80 000 habitants. L’étude montre que 78% des directeurs immobiliers interrogés ont déjà entendu parler du dispositif des Certificats d’Economies d’Energie. En revanche, seuls 35% l’ont déjà utilisé. Ce faible pourcentage s’explique, entre autres, par une méconnaissance de l’ensemble des travaux ouvrant droit aux CEE.

 

Nbre d’habitants 2000 à 5000 5000 à 10.000 10.000 à 20.000 20.000 à 40.000 40.000 à 80.000
Nbre de communes interrogées 54 43 37 35 27
Connaissent le dispositif des CEE 55% 83% 92% 100% 100%
L’ont déjà utilisé 20% 51% 67% 85% 92%

 

 

Alors que plus de 80% des communes comptant plus de 5 000 habitants ont déclaré bien connaître le
dispositif, ce ratio tombe à 55% pour les communes de 2000 à 5000 habitants. De plus, seules 20% de
ces dernières ont déjà utilisé le dispositif alors que beaucoup d’entre elles ont déclaré avoir réalisé des
travaux ouvrant droit aux CEE.

 

Une majorité des communes passent par un obligé ou une intercommunalité

 

Parmi les communes interrogées, 50% « vendent » leurs CEE à un obligé (bien souvent sans savoir
qu’elles peuvent mettre en concurrence les obligés pour comparer les primes). Seules 9% déposent
leurs dossiers de Certificats d’Economies d’Energie directement à l’administration. 41% passent par une
intercommunalité ou un syndicat d’électricité qui traite les dossiers et se charge de redistribuer la prime aux communes.
2 raisons ont été invoquées dans le fait de ne pas déposer les dossiers directement : le manque de
ressources et le seuil de 20 Gwh cumac demandé pour chaque dépôt de dossier.
Les collectivités témoignent également d’un intérêt très vif pour les CEE qu’elles perçoivent comme un
outil incitatif pour initier des projets et faire baisser le coût de leurs travaux.

 

Chaudières, éclairage public, isolation : opérations les plus mises en oeuvre

 

Les travaux les plus fréquemment mis en oeuvre par les collectivités sont le remplacement de chaudière
(54 réponses), l’éclairage public (39 réponses) et l’isolation (61 fois).
Parmi les autres opérations citées par les communes interrogées, il ya les travaux sur le réseau de
chauffage urbain, la régulation de systèmes de chauffe, les variateurs vitesse sur moteurs, les
programmateurs d’intermittence, le calorifugeage de canalisations et l’installation de systèmes de
commande d’éclairage sur détecteur avec gradation.

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X