En direct

Les candidats chouchoutent les maires
L'AMF avait convié les 11 candidats à la présidentielle à la Maison de la Radio. - © © J.I.

Les candidats chouchoutent les maires

Jessica Ibelaïdene |  le 22/03/2017  |  Etatwww.lemoniteur.fr/amf

Le 22 mars, l’Association des maires de France a reçu les 11 candidats à la présidentielle (ou leur représentant) à la Maison de la Radio, afin d’entendre leurs propositions pour les communes.

« Nous ne voulons pas de déclaration d’amour, nous voulons des preuves ! » D’emblée, André Laignel, premier vice-président de l’Association des maires de France (AMF), donne le ton de la journée. Les élus locaux s’étaient déplacés en nombre à la Maison de la Radio afin d’écouter les 11 candidats à la présidentielle.

C'était la première fois que l’AMF « invitait les candidats à exprimer leur point de vue », a tenu à souligner François Baroin, président de l’association. En effet, jusque-là, elle envoyait une liste de questions aux candidats à la présidentielle afin de prendre connaissance de leurs positions pour les collectivités locales. Et c’était « la première fois que tous les visages de cette présidentielle étaient présents », a-t-il ajouté, évoquant le débat du 20 mars sur TF1.

Cet exercice nouveau devait faire en sorte que les candidats soient moins tentés « d’enrober leur propos grâce à une plume agile », a témoigné André Laignel. Certains ont essayé malgré tout, en restant très généraux. Et deux se sont faits représenter.

C’est aussi « la seule fois qu’ils vont parler des territoires », a-t-il complété, sous-entendant que le sujet des collectivités est peu évoqué dans la campagne. Alors même que les candidats, dans leurs interventions, ont mis volontairement en avant l’importance des collectivités locales, l’attachement des citoyens aux communes, et le rôle majeur des maires, bien entendu.

La baisse des dotations en question

Les principaux points de crispation des communes ont été abordés au cours des différentes interventions. A commencer par la question des dotations. Un point de convergence réunit les candidats : la baisse de ces dernières années ne peut continuer.

Si certains proposent de les augmenter, comme Nathalie Arthaud ou Philippe Poutou, la surprise est venue de François Fillon. Il persiste en expliquant qu’elles baisseront encore, mais il a revu considérablement son chiffre : alors qu’il prévoyait une coupe de 20 Mds sur le quinquennat initialement, il a évoqué cette fois 1,5 Md par an, soit 7,5 Mds sur cinq ans.

La libre administration confortée

Tous les candidats ont exprimé leur attachement à la libre administration des collectivités, bien que les méthodes divergent. François Fillon est même allé plus loin en annonçant vouloir modifier l’article 72 de la Constitution (1). Le but : ne plus décider de nouvelle dépense pesant sur les communes sans que des ressources correspondantes y soient associées.

Emmanuel Macron était attendu au tournant. En cause : sa proposition de supprimer la taxe d’habitation pour 80% des ménages. Hué par la salle à l’évocation de cette mesure, le candidat a souhaité « lever tous les doutes » qui pouvaient exister.

« L’Etat remboursera à l’euro près ces dégrèvements, a-t-il assuré. Les maires conserveront leurs pleins pouvoirs de taux, avec un principe: que les éventuelles augmentations ne seront pas prises en charge par l'Etat mais par les contribuables. » De là à convaincre les élus présents…

Organisation territoriale : un sujet toujours aussi passionnel

Concernant l’organisation territoriale, les candidats sont loin d’être unanimes. D’un côté, les partisans d’une stabilité institutionnelle. « La clarté se crée dans la durée », a martelé Benoît Hamon. Ce qui n'exclut pas de nouvelles fusions de communes ou redéfinitions des limites d’intercommunalités. Une éventualité que laissent Nicolas Dupont-Aignan ou François Fillon par exemple, sur la base du volontariat, pour en finir avec des choix imposés « par le haut ».

De l’autre côté, les partisans d’une nouvelle réforme. David Rachline, représentant Marine Le Pen, a réaffirmé la volonté de la candidate du FN de supprimer les intercommunalités et les régions. D’autres vont plus loin en souhaitant l’abrogation des lois Maptam et NotRe, à l’image de Jean Lassalle.

C’est également le cas de Jacques Cheminade, qui veut par ailleurs revenir aux anciennes régions, et de Jean-Luc Mélenchon. Par la voix de François Cocq, le "candidat de la France insoumise" a exprimé sa volonté de « refondre l’organisation territoriale », en soumettant la question aux citoyens.

Malgré de nombreux points de divergence, les candidats sont souvent allés dans le sens des revendications de l’AMF (2). De quoi espérer une meilleure coopération pour le quinquennat à venir entre l’Etat et les collectivités. Une démarche que nombre d’élus appellent de leurs vœux et qui semble, comme l’ont laissé entendre les interventions de la journée, faire consensus auprès des candidats.

(1) Article 72 de la Constitution : "Les collectivités territoriales de la République sont les communes, les départements, les régions, les collectivités à statut particulier et les collectivités d’outre-mer régies par l’article 74. (...) Dans les conditions prévues par la loi, ces collectivités s'administrent librement par des conseils élus et disposent d'un pouvoir réglementaire pour l'exercice de leurs compétences"

(2) Les revendications de l'AMF ont été compilées dans un manifeste, disponible sur le site de l'association.

Commentaires

Les candidats chouchoutent les maires

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur