Performance énergétique

Les bureaux consomment 422 kWhEP/m2 par an

Mots clés : Gestion et opérations immobilières - Lieux de travail

L’Observatoire de l’Immobilier Durable a présenté mercredi 31 janvier les principaux indicateurs énergétiques et environnementaux des bâtiments tertiaires. Bilan : malgré les baisses de consommation énergétique, on est loin du compte.

L’indicateur 2017 de consommation énergétique surfacique en énergie primaire pour les bureaux se situe à 422 kWhEP/m2.an. Une consommation en baisse de 2% par an depuis 2012, en phase avec les objectifs de la Loi de transition énergétique. Le problème, souligné par Loïs Moulas, directeur général de l’Observatoire de l’Immobilier Durable qui présentait mercredi 31 janvier les principaux indicateurs énergétiques et environnementaux des bâtiments tertiaires, c’est que l’objectif de 40% de réduction des consommations énergétiques à l’horizon 2030 implique un indicateur de 257 kWhEP/m².an. « Nous sommes loin du compte aujourd’hui lorsque l’on constate que 66% des bâtiments de bureaux se situent en classe E, F et G de l’échelle DPE », note ainsi Loïs Moulas. Même constat pour les autres classes de bâtiments tertiaires comme les commerces ou encore les bâtiments de logistiques.

En revanche, les bâtiments de bureaux rénovés depuis 2008 et les bâtiments ayant une certification environnementale en construction ou en rénovation ont de meilleures performances énergétiques, respectivement 370 kWhEP/m².an et 398 kWhEP/m².an. Des performances rendues possibles « par un suivi des consommations énergétiques qui se fait de manière de plus en plus fine, et évolue d’un sujet de reporting vers une approche de pilotage énergétique permettant de nouvelles applications telles que l’effacement ou encore les stratégies d’achat d’énergie », explique l’OID.

L’analyse de la base de données de l’OID a ainsi permis d’identifier les principaux facteurs d’influence des consommations, notamment la localisation, la typologie, la certification et les démarches de sensibilisation des occupants, et de constituer des groupes de bâtiments aux profils de consommation similaires.

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Les bureaux à la traîne : il faut réagir !

    L’enquête 2017 de l’OID nous l’annonce avec force médiatisation depuis quelques jours : les immeubles de bureaux de l’important panel étudié consomment plus de 400 kWhep/m2.an. Alors disons-le d’emblée, c’est une très mauvaise performance. En moyenne dans l’habitat, la consommation est presque 2 fois inférieure, alors que les locaux sont habités 7 jours sur 7 et que les consommations d’eau chaude sanitaire y sont naturellement beaucoup plus importantes. Circonstance aggravante, le taux de rotation des bureaux est assez élevé et les occasions de rénover et d’améliorer les performances thermiques et énergétiques sont plus fréquentes que dans le résidentiel. Il est urgent de mettre la pression sur ce secteur en retard, et qui ne progresse qu’à pas beaucoup trop lents. Tous les outils existent, c’est une question de volonté. Si la trajectoire suivie depuis le Grenelle de l’Environnement avait été la bonne, on serait plus proche aujourd’hui des 200 kWhep/m2.an ! Paul Brejon
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X