En direct

Les bétons entrent en action pour nettoyer et dépolluer

J. N. |  le 12/04/2013  |  Seine-Saint-DenisEuropeHauts-de-SeineFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Seine-Saint-Denis
Europe
Hauts-de-Seine
France entière
Valider

>Entretien - Autonettoyants ou dépolluants, les bétons se parent de nouvelles propriétés. Il reste cependant nécessaire de bien déterminer les lieux où les mettre en œuvre pour assurer leur efficacité.

Dépolluant pour le TX Aria ou autonettoyant pour le TX Arca, le principe de fonctionnement de ces bétons est le même. Il s’agit dans les deux cas d’une réaction photocatalytique à base de dioxyde de titane. « La dépollution concerne les gaz, en particulier les dioxydes d’azote », commence Olivier Fourcault, responsable de projets du service marketing et innovation chez Ciments Calcia. « Lorsque les molécules gazeuses sont en contact avec le dioxyde de titane présent dans le béton, elles sont transformées en dioxyde de carbone (CO2) et en eau (H2O) ou en nitrate de calcium sous l’action de la lumière », poursuit-il. Le principe est le même pour le béton autonettoyant, sauf que ce sont cette fois des composés organiques qui sont dégradés sous l’effet du dioxyde de titane, avant d’être ensuite lavés par la pluie. Ciments Calcia ayant déposé un brevet sur ces produits il y a une dizaine d’années, l’industriel dispose aujourd’hui de retours d’expérience. C’est le cas pour la rue Jean-Bleuzen, à Vanves (Hauts-de-Seine). En 2007-2008, sur cette voirie départementale à fort trafic (6 000 véhicules/jour) 300 m de chaussée ont été réalisés en béton dépolluant et autant en béton traditionnel. « Lors des pics de pollution, l’abattement peut atteindre 50 % sur le dioxyde d’azote », souligne Olivier Fourcault. Mais « l’efficacité de cette chaussée reste relative, tempère Claude Guihard, directeur de la voirie du conseil général des Hauts-de-Seine, puisque les pics de pollution ont été rares lors des deux premières années d’instrumentation ». De nouvelles mesures sont envisagées pour évaluer l’efficacité dans d’autres conditions climatiques et avec davantage de recul.

Imperceptibles variations de teintes

Par ailleurs, un square et une cour d’école en région parisienne ont été réalisés avec le TX Aria. Vis-à-vis des enfants qui fréquentent ces espaces, la pollution semble ne pas être remplacée par une autre : les produits issus de la réaction chimique sont présents en faible quantité.
En matière de béton autonettoyant, plusieurs bâtiments ont déjà été réalisés. Le plus ancien en France est la Cité des arts de Chambéry. Depuis 2001, des mesures de colorimétrie sont réalisées annuellement sur des points précis de l’édifice. « Les variations de teintes repérées par l’appareil sont invisibles à l’œil nu », indique le responsable de projets.
A Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), où la médiathèque a été réalisée en béton blanc autonettoyant, Olivier Blanchard - responsable des services techniques - observe que le matériau semble facile à nettoyer en cas de graffitis. Une propriété qui s’explique sans doute aussi par l’addition d’un hydrofuge de masse dans le TX Arca.
Ces produits ont été mis en œuvre sur le centre de recherche d’Italcementi, inauguré l’an dernier à Bergame (Italie). Ils ont contribué à l’obtention de la certification Leed platinum grâce à la réduction de la maintenance et à l’amélioration de la qualité de l’air environnant.

PHOTO - 714943.BR.jpg
PHOTO - 714943.BR.jpg - © CIR CIMENTS CALCIA
PHOTO - 714942.BR.jpg
PHOTO - 714942.BR.jpg - © CIR CIMENTS CALCIA
PHOTO - 714945.BR.jpg
PHOTO - 714945.BR.jpg - ©
PHOTO - 714697.BR.jpg
PHOTO - 714697.BR.jpg - ©
PHOTO - 714944.BR.jpg
PHOTO - 714944.BR.jpg - © Franck DELETANG
PHOTO - 716126.BR.jpg
PHOTO - 716126.BR.jpg - © CIMENTS CALCIA
OLIVIER FOURCAULT, responsable de projets, service marketing innovation chez Ciments Calcia.

Les bétons autonettoyants ou dépolluants agissent sur la vie du bâtiment à long terme. La version autonettoyante réduit les coûts d’entretien des façades. Le surcoût par rapport à un béton classique représente environ 20 euros/m². Quant aux bétons dépolluants, le surcoût représente environ 35 euros/m². Ces prix dépendent des dimensions de l’ouvrage, de son épaisseur et de la mise en œuvre : les bétons peuvent être coulés en place ou être préfabriqués pour réaliser des solutions bicouches avec les ciments TX Active qui contiennent le dioxyde de titane.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur