En direct

Les bailleurs sociaux, partenaires privilégiés de « Vill’Age bleu »

le 31/01/2014  |  Collectivités localesYonneNièvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Yonne
Nièvre
Valider

Précurseur en 2007 d’un habitat groupé pour des personnes âgées autonomes, la Mutualité française bourguignonne adapte ses « Vill’Age bleu » aux besoins des territoires. Le projet de Brinon-sur-Beuvron, dans la Nièvre, a lancé le concept. Faute de bailleur social intéressé, la communauté de communes du Val du Beuvron prend en charge l’aménagement de sept logements dans une ancienne bâtisse au cœur du village et y adjoint une maison médicale. « Cette exception qui confirme la règle est une bonne réponse dans les milieux très ruraux », explique Michel Martin, président de la société mutualiste.

Gestionnaire de quatre sites Vill’Age bleu en Côte-d’Or et initiatrice d’une demi-douzaine d’autres dans le même département, dans la Nièvre et dans l’Yonne, la Mutualité française bourguignonne privilégie le partenariat avec les bailleurs sociaux. Maîtres d’ouvrage, ils financent le programme et le construisent selon un cahier des charges. Maisonnettes ou appartements d’une surface de 55 à 70 m 2 forment une petite unité dimensionnée en fonction de la population du bassin de vie, au cœur du village ou dans un quartier urbain desservi par des commerces de première nécessité et des services publics. Une salle polyvalente indépendante abrite une chambre d’hôte réservée notamment à l’accueil de la famille, un équipement cuisine et un équipement informatique.

Financements croisés

Un accompagnateur social réside sur place ou à proximité. Des prêts des caisses de retraite, des mutuelles et des fondations complètent les aides à la pierre octroyées par l’Etat pour la construction de logements locatifs sociaux. L’encadrement des loyers et des plafonds de ressources accordent aux résidants locataires les aides personnalisées au logement (APL). En retour, la Mutualité française garantit le versement des loyers. « Nous réfléchissons à l’accès des classes moyennes, sans doute en élargissant le programme à des logements non aidés », précise Michel Martin.
Les nouvelles réglementations d’accessibilité et RT 2012 font évoluer le cahier des charges avec des équipements systématiques et optionnels ainsi que des recommandations environnementales : alternative au béton, récupération des eaux de pluie, énergie solaire, etc. Créé à l’origine pour le maintien des populations dans les bourgs de 3 000 à 3 500 habitants, le concept s’exporte à la demande des élus, dans un milieu le plus souvent urbain.

PHOTO - 771004.BR.jpg
PHOTO - 771004.BR.jpg - © TRIA ARCHITECTES

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur