En direct

Les bactéries, ouvrières de rénovation

dominique errard, françois sagot, bernard reinteau, michel octernaud, nathalie bougeard, bertrand escolin, Annick Loreal, Laurent Miguet, Remy Mario, Thierry Thomas |  le 27/11/1998  |  RénovationCultePatrimoineDeux-SèvresTravaux publics

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Rénovation
Culte
Patrimoine
Deux-Sèvres
Travaux publics
Valider

-Sur les églises de Thouars et d'Argenton-Château dans les Deux-Sèvres, un traitement de biominéralisation répare les dégâts de la pollution et du temps.

Les églises romanes du Poitou ont beaucoup de mal à résister à la pollution et aux intempéries. Au fil du temps, l'épiderme protecteur du calcaire - le calcin - perd son rôle protecteur. Pour enrayer ces dégradations, une nouvelle technique est actuellement expérimentée sur deux églises des Deux-Sèvres, à Thouars et à Argenton-Château, le biominéralisation ou « carbonatogénèse ». « Cette technique consiste à consolider l'épiderme du calcaire à partir du travail des bactéries non pathogènes. Celles-ci sont mises en culture, imprégnées dans la pierre et nourries avec un liquide. A partir de quelques jours, on constate un début de consolidation de la pierre grâce à la reconstitution d'un voile de calcite en surface », explique Jean-Pierre Blin, conservateur régional des monuments historiques.

L'expérience a d'abord été conduite de façon préventive sur les restaurations récentes de l'église Saint-Médard de Thouars. Elle est actuellement développée de façon curative sur le portail roman du XIIe siècle de l'église d'Argenton-Château dont les sculptures sont en très mauvais état. « Sur le portail d'Argenton, nous avons prolongé l'expérience conduite sur Thouars. Nous utilisons un mortier biologique avec la même bactérie. Celle-ci est mélangée avec de la poudre de tuffeau - la pierre qui servit à construire le portail de l'église d'Argenton. La pâte ainsi obtenue est utilisée pour reboucher les micro-fissures », précise Jean-François Loubière, responsable du département recherche et développement de la société Calcite Bioconcept.

Pour Argenton, l'objectif est de reconstituer une partie des éléments manquants mais aussi de travailler sur les sculptures. « Il ne s'agit pas de refaire des sculptures mais de réparer les joints », souligne François Jeanneau, architecte en chef des monuments historiques. Cette technique mise au point à partir de travaux universitaires par la société Calcite et le Laboratoire de recherche des monuments historiques est très prometteuse pour la restauration des monuments historiques. Elle permet à la pierre de garder une certaine porosité, de faciliter la circulation des flux à l'intérieur même de la pierre, ce que ne font pas forcément les produits classiques. Elle offre également l'avantage de conserver les parements originaux et de protéger la pierre en éliminant les bactéries pathogènes.

Les premières expériences ont commencé sur Thouars en 1993. Le passage à la phase « industrielle » vient juste de débuter. Le traitement de biominéralisation doit durer trois mois. Après ce laps de temps, les bactéries seront rendues inertes. Il sera peut-être possible d'en réveiller un certain nombre pour qu'elles refassent du calcaire si besoin est.

FICHE TECHNIQUE

Maître de l'ouvrage : DRAC Direction régionale des affaires culturelles.

Direction scientifique : Geneviève Orial, Laboratoire de recherche des monuments historiques.

Maître d'oeuvre : François Jeanneau, architecte en chef des monuments historiques.

Entreprises : Calcite Bioconcept.

PHOTO : La technique consiste à consolider l'épiderme du calcaire à partir de bactéries non pathogènes mises en culture, imprégnées dans la pierre, et nourries avec un liquide.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur