Les artisans et l’apprentissage : « Tous mes salariés ont été mes apprentis »
Yoann Bardoux, entreprise YBE

Les artisans et l’apprentissage : « Tous mes salariés ont été mes apprentis »

Laurent Duguet |  le 29/04/2020  |  100 % eau et énergie Moi, artisan Artisan plombierPlomberieSeine-et-Marne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
100 % eau et énergie
Moi, artisan
Artisan plombier
Plomberie
Seine-et-Marne
Valider

Le Moniteur des Artisans donne la parole à des chefs d’entreprise qui croient en l’apprentissage et accueillent régulièrement des apprentis. Yoann Bardoux, plombier-chauffagiste à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), employant 5 salariés, nous fait part de son investissement dans la transmission des savoirs.

« Mon entreprise, créée en 2007, est spécialisée dans l’installation et la maintenance, pour les particuliers ou l’industrie. J’ai formé une vingtaine d’apprentis du BTP CFA d’Ocquerre, où j’ai moi-même effectué mon pré-apprentissage à 14 ans et obtenu mon CAP. Le formateur du CFA est mon ancien employeur – je n’ai été salarié que dans une entreprise avant de créer la mienne – et il m’arrive d’y dispenser des interventions ponctuelles en plomberie-chauffage.

L’entreprise compte toujours deux ou trois apprentis simultanément et, actuellement, j’ai un apprenti en CAP et un en BP. Quant au rythme, il est adapté à chaque situation : une semaine d’école et trois semaines en entreprise ou un rythme d’alternance hebdomadaire. Soyons clairs : pour le peu que rapporte un apprenti, il n’est évidemment pas question de gagner d’argent, le sujet n’est pas là.

Chaque apprenti a un maître d’apprentissage pour apprendre le métier, faire attention à la technique et à la sécurité. Nous les faisons intervenir sur la pose de chaudière, sur du débouchage ou sur des raccordements électriques. Nous sommes en quelque sorte son deuxième parent, car ce rôle demande du temps et beaucoup de patience. J’en ai eu des plus têtus que d’autres, des plus compliqués, mais tous sont rentrés dans le moule. Dès que j’en ai les moyens, j’embauche mes apprentis et mes salariés sont tous passés par ce cheminement. Quand ce n’est pas possible, je les dirige vers d’autres entreprises. Mes salariés sont mieux payés, 20 à 30 % de plus que la moyenne, mais je m’y retrouve en qualité de travail sur les chantiers. »

Commentaires

Les artisans et l’apprentissage : « Tous mes salariés ont été mes apprentis »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur