Entreprises de BTP

Les artisans du BTP de plus en plus engagés dans la prévention des risques professionnels

Mots clés : Artisanat - Hygiène et sécurité du travail - PME - Produits et agents dangereux

D’après une étude publiée par la Capeb, en partenariat avec l’OPPBTP, 85% des entreprises artisanales assurent mettre en place des actions visant à améliorer la sécurité et les conditions de travail de leurs employés. Si une grande majorité des TPE répondent à leurs obligations de prévention (EPI, visites médicales…), plus rares sont celles à vérifier les produits dangereux ou à suivre les accidents du travail.

 

Faute de temps et de moyen, les entreprises artisanales du BTP ne se soucieraient guère de la sécurité sur les chantiers. Une idée reçue que les résultats d’une étude publiée par la Capeb, la Chambre nationale de l’artisanat, des travaux publics et paysagistes (CNATP), l’Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail (IRIS-ST) et l’OPPBTP tendent à balayer.

Après une première étude en 2016 portant sur la réalisation du Document unique, ces quatre organismes ont tenté, d’une part, d’identifier les principales actions de prévention mises en place par les TPE et d’autre part sur la perception de la sécurité au travail par les chefs d’entreprise. Premier enseignement : une large majorité des professionnels interrogés (85%) assure engager des actions visant à améliorer la sécurité et les conditions de travail au sein de leur entreprise. Avec la mise à disposition d’Equipements de Protection Individuelle (89%) ou d’aides à la manutention (81%).

 

Des actions peu formalisées

 

L’étude révèle par ailleurs que si les TPE respectent leurs obligations réglementaires – suivi des visites médicales (94%), remise d’EPI (85%), formations liées à la sécurité (68%), une minorité prend la précaution de vérifier les produits dangereux (36%) et de suivre les accidents du travail (45%). Sans surprise, les actions de prévention sont très peu formalisées à l’écrit, les professionnels intervenant le plus souvent sur des chantiers de particuliers. A l’inverse de l’organisation des grandes entreprises où une personne est dédiée à la sécurité.

 

Coût financier

 

Parmi les autres points soulevés par l’enquête, une entreprise sur deux avoue rencontrer des difficultés à mettre en place des actions de santé et à impliquer leurs salariés sur ces sujets (64%). Les professionnels interrogés évoquent comme freins le manque de temps, les coûts financiers et la non adaptation des outils. « Ces résultats montrent que les chefs d’entreprise ont une vision positive de la prévention, même s’ils ont du mal à impliquer leurs salariés sur les questions de santé et de sécurité. Il faut donc les aider et mieux les accompagner pour lever ces freins », a déclaré la Capeb.

Les résultats de cette enquête donnent l’occasion à l’OPPBTP de présenter deux nouveaux outils en ligne : « Mon DOC Unique Prem’s » et Prévention-BTP-en-direct ». Simple et visuel, le premier (www.mondocuniqueprems.fr) accompagne le chef d’entreprise étape par étape dans sa démarche de prévention (conseil à appliquer, évaluation, suivi des actions…). Le second (www.preventionbtpendirect.fr) est un service d’assistance par téléphone ou par chat doté d’une base de 400 questions/réponses.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X