En direct

Evénement

Les Ardoisières d'Angers en flux tendus

JACQUES LE BRIGAND |  le 10/11/2000  |  Maine-et-LoireIndustrieFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Maine-et-Loire
Industrie
France
Valider

Un second atelier de fendage annoncé en 2001

L'optimisme est de rigueur aux Ardoisières d'Angers. Un marché très bien orienté, « à son plus haut niveau historique », qui, selon Didier Aubry, directeur du site, a permis à la filiale d'Imérys d'écouler tous ses stocks (2 000 tonnes). Ce coup de fouet a favorisé une hausse de 9 % de ses prix. L'usine tourne en flux tendus pour approvisionner Larivière, le distributeur du groupe, avec Point P l'un de ses deux principaux clients en France .

Créneaux spécialisés

Une situation propice aux projets. Après la mise en service, cet été, d'une descenderie (pour 10 millions de francs) qui donne aux camions un accès direct aux chambres d'excavation et assure près de 70 % de sa production, la rénovation de l'outil industriel de surface est la priorité de l'entreprise de Trélazé. Dans les cartons, la construction, en 2001, d'un second atelier de fendage (2 000 m2) : le bâtiment sur pilotis permettrait d'évacuer rapidement les déchets, avec des gains de productivité. Un coût estimé à 6,5 millions de francs mais le dossier reste suspendu à la signature de l'accord des 35 heures. Car, pour Didier Aubry, « cet investissement ne se conçoit que dans le cadre d'une autre organisation de travail. » Cette année, la production des Ardoisières d'Angers (242 salariés) sera de 16 500 tonnes pour une demande hexagonale de 340 000 tonnes, marché domestique dominé par les Canadiens et surtout les Espagnols. « Notre stratégie n'est pas de réaliser des volumes mais des produits de qualité qui supportent des tarifs plus élevés », souligne Didier Aubry. D'où la recherche de créneaux spécialisés : monuments historiques, bâtiments administratifs...

L'exercice 2000 devrait s'achever sur un chiffre d'affaires de 16,16 millions d'euros (106 millions de francs) contre 15,85 millions d'euros (104 millions de francs) l'an passé (avec l'activité du site de Noyant, fermé en juin 1999). Le résultat d'exploitation s'annonce positif après plusieurs années de pertes.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur