Profession

Les architectes du Grand Est se tournent vers l’Europe

Mots clés : Architecture

L’initiative Région Architecture du Grand Est, qui a tenu ses troisièmes Assises à Strasbourg, part à la recherche de territoires européens désireux, comme elle, de faire jouer à la profession un rôle actif dans les politiques locales.

Pionnier en France, et bientôt fédérateur en Europe ? Vendredi dernier, le monde de l’architecture du Grand Est a tenu à Strasbourg les troisièmes Assises de «Région Architecture», son initiative originale de démarche participative qu’il a lancée en 2015, dans le but de faire jouer à la profession un rôle moteur dans l’édification de la nouvelle région. A l’occasion de cette rencontre-bilan, il a annoncé partir à la recherche d’autres régions en Europe qui se seraient engagées dans une démarche similaire. «Nous déposerons, en janvier, un dossier auprès du programme européen «Europe Créative». Ce sera en quelque sorte un appel à manifestation d’intérêt auprès de territoires qui s’organiseraient sur un modèle comparable à Région Architecture, ailleurs en Europe», précise Jean-François Briand, directeur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture (Ensa) de Strasbourg.

 

Plus de mille signataires de l’Appel

 

Pour sa demande, le Grand Est pourra s’appuyer sur les débuts positifs de son initiative. Ils ont été rappelés lors des Assises strasbourgeoises. L’Appel initial de juillet 2015, lancé par les conseils régionaux de l’Ordre, les écoles (Ensa de Strasbourg et Nancy, Insa Strasbourg), les syndicats d’architectes et les maisons de l’architecture a été rejoint par 1 150 signataires. «Région Architecture» est identifiée par les institutions (Etat, conseil régional) comme un contributeur de référence au développement des politiques de la région, en particulier celles qui ont trait au patrimoine. Elle a d’ailleurs franchi un cap en 2017 en se constituant en une association, présidée par Lorenzo Diez, le directeur de l’Ensa de Nancy.

 

Faire avancer la recherche et l’innovation

 

Par ailleurs, le collectif à l’origine de l’appel avait identifié quelques thématiques susceptibles de fédérer cette région Grand Est très hétérogène. La conception architecturale autour de la viticulture en fait partie. Elle s’est traduite l’an dernier par une université d’été «Architecture et Champagne» à Châlons-en-Champagne, qui devrait être reproduite en 2018.

Autre cheval de bataille, la stimulation de la recherche et de l’innovation avance, en direction de l’accueil de doctorants dans les agences d’architecture de la région.

Les travaux à venir entendent faire progresser plusieurs des sujets contenus dans les 41 propositions du Livre blanc de janvier 2016. «Booster le financement de la R&D dans les entreprises de la filière», action de l’architecture dans la ruralité, identification de maîtres d’ouvrage prêts à «relever les défis» de l’innovation que leur poseraient de jeunes agences, «patrimoine d’hier et d’aujourd’hui» ont occupé les ateliers prospectifs vendredi. Président du nouveau conseil régional de l’Ordre du Grand Est, Jean-Marc Charlet ajoute l’objectif d’une «ouverture plus large» aux entreprises de construction, dans le contexte où la FFB, l’interlocuteur naturel de Région Architecture, s’est elle aussi réorganisée à l’échelle de la nouvelle région.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X