En direct

Les architectes devraient rester sous la tutelle de la Culture

DOMINIQUE ERRARD |  le 18/05/2012  |  ImmobilierPolitique socialeArchitectureCultureEtat

Selon nos informations, les architectes devraient rester sous la protection du ministère de la Culture et à la Communication du gouvernement Ayrault. Ce serait une déception pour eux qui réclament notamment depuis longtemps d’être rapprochés des autres professions de l’aménagement du cadre de vie au cœur d’un nouveau ministère.

Les architectes se seraient bien vus en haut de l’affiche. Rattachés à un vaste ministère des Territoires, du Logement et de la Ville, et à l’Ecologie. A la fois professionnels du cadre de vie et acteurs-clés du développement durable au cœur du quotidien des Français, de la politique de l’habitat et visionnaires de l’évolution des villes, un tel ministère les aurait comblé. Mais il n’en est rien. Selon nos informations, ils devraient rester attachés au ministère de la Culture et à la Communication du gouvernement Ayrault. Une tutelle dont ils cherchent pourtant à se défaire depuis quelques années tant, selon eux, elle les enferme et les cantonne dans un rôle artistique.

Espoir déçu

Pourtant, présidents de l’Ordre et des syndicats n’ont pas ménagés leurs efforts depuis quelques années pour faire savoir qu’ils voulaient quitter cette tutelle. A grand renfort de lettres adressées aux précédents président de la République et gouvernement demandant leur rattachement au ministère de l’Ecologie (Bernard Figiel, président de l’Ordre en 2007), et de prises de position tout au long de l’actualité de la profession (« Parce que l’architecture n’est pas le seul fait culturel, nous ne voulons pas rester marginaux sous une tutelle marginale », Lionel Dunet, président de l’Ordre en 2008), les représentants des organisations professionnelles d’architectes ont dit combien cette tutelle n’était plus adaptée aux nouvelles attentes des Français. L’objectif est aujourd’hui pour la profession de rejoindre un ministère regroupant dans l’idéal le logement, la ville, les territoires… aux côtés des autres professions de la conception du cadre de vie (urbanistes, paysagistes, ingénieristes et économistes de la construction…). Parmi les derniers appels dans ce sens, celui de Paul Chemetov, architecte et urbaniste, et Guy Burgel, professeur d’université, paru dans « Le Monde » du 30 avril dernier et qui déplorent le manque de politique urbaine : « Il faut un grand ministère régalien des villes et des territoires ». Ou encore celui de l'Union nationale des syndicats français d'architectes (Unsfa) qui a écrit à François Hollande avant la formation du gouvernement. Objectif: affirmer que « la place de la profession d'architecte est auprès du ministre qui aura la responsabilité des territoires et de la ville, de l'urbanisme, de la construction et du logement... » ( pour lire la lettre cliquez ici ) Le récent débat sur le logement précédant le 1er tour de l’élection présidentielle ( "Architectes et politiques débattent sur le logement" ) organisé par Lionel Carli, président de l’Ordre des architectes, a remis cette question au centre de l’actualité de la profession en cette année électorale. Invités à débattre avec les conseillers de l’Ordre, les représentants des partis politiques (UMP, PS et EELV) n’ont pas manqué d’abonder en faveur d’une évolution de la tutelle pour qu’elle prenne en compte l’étendue des réponses apportées par la profession. Mais le maintien à la Culture, face au Logement, à la Ville, à l’Ecologie et au Développement durable dispersés dans autant de ministères et délégations du gouvernement Ayrault semble aller à l’opposé de l’objectif recherché par la profession.

Tutelle inappropriée

Les différends qui se sont multipliés ces dernières années entre les architectes et leur tutelle restent d’actualité : « Pour avancer sur le dossier de la réforme de l’enseignement initial (Habilitation à exercer en nom propre) comme sur bien d’autres, il nous faut quitter notre tutelle culturelle inappropriée et absente », déclarait Philippe Klein, président de l’Union nationale des syndicats français d’architectes (Unsfa), en 2009. Son successeur, Marie-Françoise Manière, est toujours sur cette ligne. Plus récemment, la parution du décret abaissant le recours obligatoire à l’architecte révèle l’impuissance de la Culture à lutter contre le lobby efficace des constructeurs de maisons individuelles via le ministère du Logement.

Bien entendu, il faudra attendre que soient publiées les attributions des différents ministères pour valider la tutelle de la Culture. « Il est trop tôt pour connaître le sens qu’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, donnera à son action en faveur des architectes et de l’architecture », constate Lionel Carli, qui souhaite un premier rendez-vous. Ce dernier craint néanmoins « que les mêmes schémas ne soient reconduits ».

A votre avis…

Pensez à participer à notre sondage (en page d’accueil) :

Dans le nouveau gouvernement, le ministère de la Culture reste la tutelle des architectes. Ces derniers doivent-ils demander leur rattachement à un autre ministère ?

Commentaires

Les architectes devraient rester sous la tutelle de la Culture

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX