Etat et collectivités

Les arbitrages sur le Grand Paris approchent, la crainte d’une réforme territoriale a minima grandit

Mots clés : Gouvernement - Transport collectif urbain

La ministre de l’Egalité des territoire en charge du Grand Paris, Cécile Duflot, a confirmé lundi 21 janvier que les arbitrages sur le super métro comme les questions d’avenir de la métropole seraient pris en février.

« Dès le mois de février, l’Etat prendra des décisions engageantes, déterminées et financées pour le calendrier du Grand Paris Express et pour l’avenir de la région capitale », déclarait lundi 21 janvier Mme Duflot lors de ses voeux à la presse.

Des arbitrages qui concerneront aussi bien les questions de transports (avec le très attendu séquençage des travaux de ce projet à 30 milliards d’euros) que de logement (contours d’une autorité organisatrice), de solidarité (hébergement d’urgence) et de gouvernance.

Les propos du Premier ministre Jean-Marc Ayrault début janvier, faisant le lien entre le Grand Paris et le schéma national des infrastructures de transports attendu pour le premier semestre, avaient été interprétés par certains acteurs comme un report déguisé.Il n’en sera donc rien mais certains acteurs expriment d’autres inquiétudes.

L’Association Grand Paris par exemple, s’inquiète d’une possible réforme a minima. « Le projet actuel de ne créer qu’un « Petit Paris du logement » n’est pas a la hauteur des besoins de l’Ile de France, qui n’a aucun sens sans un transfert des compétences d’urbanisme, de transport et de développement économique qui sont intimement liées » s’alarme l’association dans un communiqué.

Pour Antonio Duarte , son président :  » Le Premier Ministre a un rôle historique a jouer en dotant la capitale d’un cerveau indépendant du pouvoir jacobin et mettre fin a deux cent ans de capharnaum !… En tant qu’ancien Maire d’une grande métropole, il sait l’importance des gouvernements locaux pour définir une stratégie urbaine, attribuer des moyens budgétaires et coordonner des politiques publiques locales ambitieuses pour transformer un territoire en profondeur. Jean-Marc Ayrault doit proposer une réforme a la hauteur des enjeux pour sortir l’Ile de France de la crise économique, politique et urbaine qu’elle traverse ».

L’Association Grand Paris propose de doter la métropole de compétences budgétaires pour une véritable péréquation fiscale, de compétences d’urbanisme, de transport, de logement et de développement économique.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X