En direct

Les alternatives à la sortie du marché des chaudières B1 classiques

PASCAL POGGI |  le 05/11/2018  |  France entièreChauffage

La directive européenne ErP impose pour les chaudières des exigences qui sortent du marché les chaudières B1 classiques. Des solutions se mettent en place.

La directive ErP

Depuis le 26 septembre 2018, le règlement n° 813/2013, pris en application de la directive ErP, impose un rendement saisonnier de chauffage supérieur à 75 % pour les chaudières de type B1 et un taux de NO inférieur ou égal à 56 mg/kWh PCS, quel que soit le type de chaudière murale à gaz. Conséquence, les chaudières B1 classiques ne peuvent plus être mises sur le marché. Celles-ci sont définies comme « un disposi tif de chauffage des locaux par chaudière à combustible comportant un coupe-tirage antirefouleur, destiné à être raccordé à un conduit à tirage naturel évacuant les résidus de combustion à l'extérieur de la pièce où est installé le dispositif de chauffage, et qui prélève l'air comburant directement dans cette pièce ». Cependant, grossistes et installateurs peuvent écouler leurs stocks.

Comment remplacer les 2 millions de B1 ?

Quelque 2 millions de chaudières B1 classiques sont installées en France. Selon Poujoulat, environ 1 million sont raccordées à des conduits individuels maçonnés et 1 million à des conduits collectifs, dont l'alvéole technique gaz, la VMC gaz, les conduits Shunt ou Alsace. Le problème est simple : que faire en cas de remplacement de ces vieilles chaudières ? Les chaudières B1 classiques ont une température de fumées de l'ordre de 130 à 160 °C, contre 60 à 120 °C pour les chaudières de type B ou C basse température, et 35 à 80 °C pour celles à condensation de type B ou C (chaudière étanche). Les nouvelles chaudières B1 basse température (BT) et bas NOx ainsi que celles à condensation de type B ou C proposées par les constructeurs répondent aux exigences européennes, mais elles ne peuvent être installées que sur conduits collectifs.

Sur conduit individuel, pas de chaudière B1

Comme le rappelle le Syndicat national de la maintenance et des services en efficacité énergétique (Synasav), l'arrêté du 22 mars 2017 relatif aux bâtiments existants interdit les chaudières B1, même conformes à la directive, en raccordement individuel de moins de 10 m de [...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur Artisans, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur