Paysage

Les accotements routiers tiennent leur promesse énergétique

Mots clés : Démarche environnementale - Etat et collectivités locales - Réseau routier

La valorisation énergétique des produits du fauchage des accotements routiers bénéficie d’un coup de projecteur, avec le prix 2017 des Infrastructures pour la mobilité, biodiversité et paysages (IMBP) décerné à la direction interdépartementale des routes ouest. Initiateur de l’événement, l’institut des routes, des rues et des infrastructures pour la mobilité (Iddrim) prévoit une cérémonie de remise des prix à l’occasion des journées techniques de la route, les 7 et 8 février prochains à Nantes.

Le prix décerné à la direction interdépartementale des routes (Dir) de l’Ouest lève le voile sur le marché prometteur des 500 000 hectares de dépendances vertes des routes de France : le fauchage des accotements routiers peut enrichir les territoires, dès lors qu’ils mettent en place les moyens de valoriser l’énergie contenue dans la biomasse. Réuni par l’institut des routes, des rues et des infrastructures pour la mobilité (Iddrim) avec la participation de Paysage Actualités, le jury a départagé 12 dossiers jugés le 23 novembre dernier dans le cadre du concours Infrastructures pour la mobilité, biodiversité et paysages (IMBP).

 

Abeilles comblées

 

Le gisement de richesse caché dans les produits de fauchage des accotements s’ajoute à une révélation esthétique et écologique : avec la disparition des produits phytosanitaires, les fleurs reprennent leur place au bord des routes, et les abeilles s’en régalent. En complément du programme de la Dir consacré au « fauchage avec exportation en centre Bretagne », le principe de précaution a guidé les acteurs du programme Carmen, acronyme de Caractérisation des Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), porté par le centre d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema Ouest) avec l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) et l’association Ailes.

 

Cantonniers valorisés

 

Les premiers constats encouragent la valorisation des produits du fauchage : « Carmen a révélé de faibles concentrations de métaux lourds, sans danger pour les pollinisateurs », rassure Astrid Thomas Bourgneuf, chargée de la mission développement durable et territoires à la Dir Ouest. Au-delà du bilan technique du projet conduit entre  2015 et 2017, le prix récompense l’engagement et l’enthousiasme de l’équipe dirigée par Philippe Jossé, directeur du centre d’entretien et d’intervention de Loudéac (Cotes d’Armor) à la Dir Ouest : sous son impulsion, « les tâches ingrates de ramassage des déchets deviennent la première étape d’un processus productif », analyse Astrid Thomas Bourgneuf, « émerveillée par les compétences botaniques et pédologiques de ces ambassadeurs de la biodiversité ».

 

Concessionnaires consacrés

 

L’autre révélation du concours IMBP 2017 tient dans ce commentaire de Jean-Pierre Thibault, président du jury et inspecteur général au conseil général de l’environnement et du développement durable : « Les autoroutes reviennent en force ». Trois concessionnaires autoroutiers émergent, parmi les quatre mentions. Seule PME récompensée, l’entreprise champenoise Bongarzone a développé des ponts à faible  impact géomorphologique sur les cours d’eau franchis par les engins de travaux forestiers.

 

« Plutôt qu’une négociation foncière avec l’agglomération du voironnais, nous avons opté pour un projet commun, en nous appuyant sur les compétences du bureau d’études Biotech, familier de la mise en œuvre de mesures compensatoires en zones humides », explique Damien Cercueil, responsable de l’environnement chez Area (groupe APRR) qui décroche la mention « initiative prometteuse » pour l’échangeur de Mauvernay (Isère), sur l’autoroute A 48.

 

Usagers contemplatifs

 

Entre écologie et paysage, Vinci Autoroutes, lauréat de la mention « continuités écologiques », revendique une culture intégratrice : « Nous cherchons toujours à organiser le paysage au service des fonctionnalités écologiques », insiste Cédric Heurtebise, chargé de l’environnement au sein de la direction technique de l’infrastructure. En stimulant les fleurs sauvages sur l’aire de repos de Passy (Haute-Savoie), Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc (ATMB), titulaire de la mention « génie écologique », montre également la convergence entre biodiversité et plaisir contemplatif des usagers de la route: un thème que la prochaine édition de Paysage Actualités développera dans le dossier phare de sa première édition de 2018, en écho aux prix IMBP.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X