En direct

Légère reprise des ventes de logements sur l'agglomération bordelaise

Christiane Wanaverbecq (Bureau Sud-Ouest du Moniteur) |  le 02/05/2013  |  TechniqueBâtimentGirondeEtat

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Technique
Bâtiment
Gironde
Etat
Valider

Avec 616 ventes nettes en trois mois, l'activité de l'immobilier connaît un léger frémissement sur l'agglomération bordelaise a révélé l'observatoire de l'immobilier du Sud-Ouest lors de la présentation de la première analyse de l'activité au cours du premier trimestre.

 Après une année 2012 difficile qui s'est soldée par un recul de 35 % des ventes nettes par rapport à 2011, l'activité semble mieux démarrer sur l'agglomération bordelaise avec une offre commerciale qui se stabilise autour de 2 300 logements disponibles (10,5 mois théoriques de vente au rythme des 12 derniers mois). D'après l'analyse de l'activité de la promotion immobilière au premier trimestre présentée le 26 avril dernier par l'Observatoire de l'Immobilier du Sud-Ouest, le secteur enregistre 616 ventes nettes en trois mois, soit une hausse de 25 % par rapport au premier trimestre 2012.

Mais, d'après Laurent Escobar, directeur associé d'Adéquation, maître d'œuvre de l'étude, «on se situe plutôt dans une faible activité par rapport à 2011 et 2010 ». En effet, la progression des ventes nettes reste faible en comparaison des reculs enregistrés au 1er trimestre 2011 (794 ventes, soit - 23%) et au 1er trimestre 2010 (1 027 ventes, - 60 %).

Des chiffres à nuancer

Ces chiffres sont aussi à nuancer au regard du taux de désistement passé de 8 à 18 % en un an, ainsi qu'à de très forts retraits de commercialisation : 563 logements en 2012 et 128 logements depuis début 2013.

Parmi les autres évolutions constatées figure une progression équivalente des ventes à occupants et à investisseurs, alors que les années précédentes, le marché était plutôt porté par ces derniers : « Des efforts particuliers ont été faits pour vendre à des primo-accédants», a confirmé Pascal Bertrand, président de la fédération des promoteurs immobiliers d'Aquitaine-Poitou-Charentes. D'ailleurs, sur l'agglomération bordelaise, au cours du premier trimestre 2013, près de 40 % des ventes se sont faites dans des programmes à moins de 3 300 euros/m2 (hors parking) contre 30 % en moyenne en 2012.

Augmentation des prix de l'offre

En termes de prix de l'offre restant disponible, tant sur la ville de Bordeaux que sur les communes périphériques, Adéquation souligne une augmentation. Elle est plus sensible sur la ville-centre, soit, 3 750 euros/m2, hors parking, contre 3 500 euros/m2 en 2012. Sur la périphérie, la moyenne est passée de 3 338 euros/m2 à 3 400 euros/m2.

«En rajoutant le prix du parking, on augmente de 280 euros le prix au m2 habitable. L'impact est important par rapport à d'autres villes-centre, car les contraintes de sous-sol à Bordeaux sont plus élevées et renchérissent d'autant le coût de la construction. De plus, la CUB impose un parking par logement. Cette obligation entraîne une variation de 15 000 euros sur le prix unitaire. C'est 10 à 15 % de clients qui ne peuvent pas acheter de logements», souligne le président de la FPI.

Commentaires

Légère reprise des ventes de logements sur l'agglomération bordelaise

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Traité des baux commerciaux

Traité des baux commerciaux

Date de parution : 12/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur