En direct

Le viaduc de la LGV SEA s’ancre dans la Dordogne
L'ouvrage ferroviaire de 1 239 mètres de long ouvrira en 2017. - © © LISEA

Le viaduc de la LGV SEA s’ancre dans la Dordogne

Claude Mandraut du Bureau de Bordeaux |  le 26/04/2013  |  Ouvrage d'artDordogneGirondeBâtimentTransports mécaniques

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Ouvrage d'art
Dordogne
Gironde
Bâtiment
Transports mécaniques
Valider

Le chantier de construction de viaduc de la Dordogne, plus grand ouvrage d'art de la ligne à grande vitesse SEA Tours-Bordeaux, a été officiellement lancé le 26 avril sur la base chantier de Saint-Loubès en Gironde en présence des élus, des représentants de l'Etat et du concessionnaire Lisea.

Après une phase préparatoire, qui a débuté en juillet 2012 avec la mise en place des estacades provisoires, le chantier du viaduc de la Dordogne, plus grand ouvrage d’art de la LGV SEA Tours-Bordeaux avec ses 1 319 mètres de long, peut démarrer.

Sous la maîtrise d'ouvrage du concessionnaire Lisea, le groupement COSEA, piloté par Vinci Construction, conduit ce chantier qui mobilise un investissement de 85 millions d’euros HT et plus de 40 entreprises .

Comprenant trois viaducs, dont un principal et deux pour chacun des accès nord et sud, l'ouvrage d'art sera composé de 19 piles en béton armé, et nécessitera la mise en œuvre de 22 000 m3 de béton pour les fondations, de 153 pieux forés, dont 58 en rivière, sans compter la mise en place de 10 grues à tour.

Sur les 19 piles, six sont ancrées en rivière, ce qui nécessite la création de huit batardeaux, dont deux à terre et six en rivière : quatre de 24 m de long sur 12 m de large et deux de 26,70 m de long sur 13 m de large. Ces deux derniers correspondent aux piles 11 et 12, points fixes de l’ouvrage. Ils permettent de réaliser des fondations profondes avec des pieux de 1,5 m à 2 m de diamètre jusqu’à 47 mètres NGF, forés sous charge de boue : 13 pieux pour les piles 11 et 12 et 8 pour les quatre autres. Après la réalisation des piles d’accès de 1 à 7, au nord, et de 16 à 19, au sud, terminées en janvier 2013, va commencer celle de la première pile en rivière (la 14) pour un chantier qui se terminera fin 2013. Suivra ensuite la construction des autres piles en rivière également terminées fin 2013.

22 000 m3 de béton pour les fondations

Parallèlement à ce chantier, deux  équipages mobiles sont en train d’être mis en place pour réaliser le tablier en encorbellement de la pile 15, en juin 2013, et des piles 14, 13 et 12 jusqu’en septembre 2014. Deux autres équipages mobiles sont prévus pour le tablier des piles 8, 9,10 et 11 de juillet 2013 à septembre 2014. Le béton est coulé sur place pour régler la hauteur des voussoirs.

Actuellement, la charpente métallique est en cours de pose sur le viaduc d’accès Nord jusqu’en novembre 2013. Dans la foulée, est programmée, d’octobre 2013 à mars 2014, la même opération sur le viaduc Sud.

La fin de ce chantier est prévue, pour le génie civil,  en mars 2015. Corniches, écrans de protection et étanchéité seront alors achevées. L’installation des équipements ferroviaires devrait durer un an et permettre de réaliser un an d’essais avant l’arrivée de la LGV.

Commentaires

Le viaduc de la LGV SEA s’ancre dans la Dordogne

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur