En direct

Le tri postal mute en centre des congrès

MILENA CHESSA |  le 21/08/2015  |  GirondeMeurthe-et-MoselleEtat

6/6 -

A Nancy, les congressistes ont remplacé les employés de La Poste dans un bâtiment des années 1970 dont la mutabilité avait été anticipée.

Conserver et réhabiliter ou démolir et reconstruire ? La question s’est posée en 2007, lors du concours international de maîtrise d’œuvre pour la réalisation du centre des congrès à Nancy (Meurthe-et-Moselle), près de la gare TGV, à l’emplacement d’un bâtiment de tri postal des années 1970.

Après avoir étudié les deux possibilités, les lauréats de la consultation - Marc Barani, architecte mandataire et Christophe Presle, architecte associé - optent pour la conservation. « En préservant le bâtiment existant, nous avons pu organiser le nouvel équipement de manière originale, dans un rapport vertical et ouvert à la ville », explique Marc Barani. De plus, chaque élément du programme a trouvé son juste positionnement : les petites salles de commission dans l’ancien tri postal, et les deux grands amphithéâtres de 850 et 300 places dans la nouvelle extension. Un vaste hall, traversé par des escalators, forme désormais le trait d’union entre ces deux halles de béton et de verre.

Une flexibilité prévue dès l’origine.

La reconversion du tri postal a été relativement simple à concevoir, car sa mutabilité avait été anticipée par l’agence nancéienne d’architecture André-Prouvé qui l’a réalisé entre 1964 et 1973. Les circuits d’acheminement du courrier avaient été externalisés en façade ouest pour laisser place à l’intérieur à de grands plateaux libres, donc flexibles. Une fois ces équipements techniques déposés, le bâtiment pouvait changer d’usage. « C’est l’intuition que nous avons eue, et que l’architecte Claude Prouvé avait eue avant nous », souligne Marc Barani qui a pu discuter du projet avec son confrère avant d’engager la phase d’études. Son associé, Christophe Presle, avait indiqué dans le « Moniteur » du 14 septembre 2012 que « la machine à trier le courrier se transformait en machine à gérer les flux de congressistes ».

Après un an d’exploitation, le lieu a fait la preuve de sa fonctionnalité et de son attractivité. « Nous avons pu accueillir jusqu’à cinq événements en simultané, soit 4 900 personnes », se réjouit Béatrice Cuif-Mathieu, directeur général de Grand Nancy Congrès & Evénements. En se transformant, l’ancien tri postal a ouvert son enveloppe à la ville. Le rez-de-chaussée, autrefois opaque, est à présent transparent et, à chaque étage, se perçoit l’activité interne. Des foyers aux espaces réceptifs, le complexe propose à ses utilisateurs une multitude de belvédères.

Entre héritage et hérésie.

« Le patrimoine fait partie de la vie, affirme Marc Barani. Une société qui conserve tout se fige et meurt, tandis qu’une société qui jette tout perd sa culture et son vivre ensemble. Le patrimoine existe dans cette tension entre héritage et hérésie. » Ces deux termes, on s’en souvient, constituaient le thème qu’avait choisi l’architecte en 2012 lorsqu’il était commissaire général d’Agora, la biennale d’architecture, d’urbanisme et de design de Bordeaux. Il avait alors clos la manifestation en définissant le patrimoine comme étant « tout ce qui est disponible ». De quoi laisser augurer aux futures générations d’architectes de nombreux chantiers de reconversion.

PHOTO - 856760.BR.jpg
PHOTO - 856760.BR.jpg
PHOTO - 856758.BR.jpg
PHOTO - 856758.BR.jpg
PHOTO - 856755.BR.jpg
PHOTO - 856755.BR.jpg
PHOTO - 857154.BR.jpg
PHOTO - 857154.BR.jpg
PHOTO - 856759.BR.jpg
PHOTO - 856759.BR.jpg
PHOTO - 857336.BR.jpg
PHOTO - 857336.BR.jpg
PHOTO - 856756.BR.jpg
PHOTO - 856756.BR.jpg

Maîtrise d’ouvrage : Communauté urbaine du Grand Nancy ; Solorem, mandataire. Maîtrise d’œuvre : Atelier Marc Barani, architecte mandataire ; Christophe Presle, architecte associé. BET : Artelia (TCE), VS-A (façade), Francis Fontanez (acoustique), Ducks Scéno (scénographe), CL Design (signalétique). Principales entreprises : Eiffage Construction (gros œuvre, terrassement, fondations), Permasteelisa (menuiseries extérieures, occultations). Surface : 19 000 m² Shon. Coût global des travaux : 55,6 M€ HT.

Commentaires

Le tri postal mute en centre des congrès

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX