En direct

Le tram d'Avignon sur de bons rails

Mathieu Dejeu |  le 09/03/2018  |  ArchitectureRéalisationsVaucluseFrance entière

Infrastructures -

En construction, la ligne sera composée de différents types de voies, adaptées au contexte et aux usages.

Dans un an, un tramway sonnera à nouveau sous les remparts d'Avignon. Plus de quatre-vingt-six années se se-ront alors écoulées depuis le passage de la précédente rame. L'exploitation du premier réseau, lancée en 1899, avait cessé faute d'argent. Cet hiver, les rails de son successeur commencent à apparaître dans les rues de la ville.

Les travaux ont débuté en septembre dernier et se poursuivront jusqu'en janvier 2019.

La communauté d'agglomération du Grand Avignon a confié la construction de la voie ferrée à un groupement formé par Alstom Transport et quatre filiales de la société NGE : Agilis, EHTP, Guintoli et TSO (mandataire). « Nous intervenons à toutes les étapes des opérations, depuis le terrassement jusqu'à la pose des caténaires », souligne Jean Bernadet, président de TSO.

Une voie, trois techniques . Le projet prend la forme d'une ligne de 5,2 km. Elle reliera le quartier de Saint-Chamand, qui abrite la gare d'Avignon-Sud, à la porte Saint-Roch, qui marque l'entrée du centre historique. Si un incident affecte une partie de la ligne, deux zones de retournement sont prévues afin de maintenir le service. Le budget de l'opération se monte à 117 millions d'euros HT. En parallèle, deux lignes de bus à haute fréquence sont aménagées pour un coût de 18 millions d'euros HT. Une première mouture du projet prévoyait une seconde ligne de tram de 9 km, mais la collectivité a jugé en 2014 l'investissement trop lourd.

Pour bâtir ces nouvelles voies ferrées, TSO emploie trois modes de pose. Outre le procédé traditionnel avec des traverses bétonnées, l'entreprise a recours à un système en « jaquette » (lire p. 55) . Et à des modules en béton préfabriqués de type « ladder track » pour les tronçons engazonnés (lire p. 54) . Ils forment une traverse longitudinale continue sur laquelle sont fixés les rails. Cette technique est utilisée pour la première fois en France. Sur l'ensemble du parcours, la plate-forme affiche une largeur d'environ 6,20 m et une portance de 50 MPa.

Soudure avec des fils-électrodes fusibles. Le chantier utilisera 20 000 mètres linéaires (soit 1 040 t) de rails. Ils sont constitués d'acier de nuance R260 sur les lignes droites et les courbes de rayon supérieur à 150 m. Dans les autres courbes plus serrées, une nuance R290 GHT, plus résistante, a été choisie. La société Voestalpine fournit ces équipements en barres de 18 m. « Nous avons de très bons retours sur la durabilité de ces matériaux », indique Jean-Claude Butstraen, directeur de projet tramway de TSO. L'écartement entre les deux rails s'élève à 1 435 mm, le standard européen.

L'assemblage des différentes parties nécessite environ 1 200 soudures. Celles-ci sont effectuées à l'arc électrique avec des fils-électrodes fusibles. En comparaison des autres méthodes électriques, cette approche se révèle bien plus rapide. « Elle réduit également considérablement la quantité de déchets à traiter », ajoute le directeur. La torche et le rail sont raccordés à un même générateur. Le rapprochement des deux objets produit ainsi un violent courant électrique. Le fil de métal placé à l'extrémité de la buse chauffe, fond et se dépose sur la surface en fusion de la pièce. Une bobine, fixée sur un dévidoir automatique, fournit en continu la matière nécessaire.

Le réseau accueillera dix rames Alstom Citadis Compact. Elles seront alimentées par des caténaires à 750 V. Pour loger ces engins, un centre de maintenance est en construction sur la place des Maraîchers de Saint-Chamand. Le bâtiment devrait être inauguré en mai prochain. Pour la ligne, il faudra patienter jusqu'en septembre 2019.

Maîtrise d'ouvrage : communauté d'agglomération du Grand Avignon, Tecelys (maîtrise d'ouvrage déléguée). Maîtrise d'œuvre : Edeis (mandataire), SCE, Safege et Ilex. Entreprises (lot plate-forme et voie ferrée) : TSO (mandataire), EHTP, Agilis, Guintoli, Alstom Transport.

PHOTO - 11835_727043_k2_k1_1730210.jpg
PHOTO - 11835_727043_k2_k1_1730210.jpg
PHOTO - 11835_727043_k3_k1_1730219.jpg
PHOTO - 11835_727043_k3_k1_1730219.jpg

Commentaires

Le tram d'Avignon sur de bons rails

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX