Événement

Le Tour de France de la construction : Etape 20 : Rambouillet – Paris (120 km)

A l’occasion du Tour de France 2012, lemoniteur.fr et Europcar vous proposent de suivre la Grande Boucle d’une manière originale qui relie le monde du cyclisme à celui de la construction, histoire de faire la course en tête sans quitter le casque de chantier ! Aujourd’hui, gros plan sur la dernière étape qui se court le 22 juillet entre Rambouillet et Paris.

 

 

Une entreprise

Colas Ile-de-France Normandie, la route et plus si affinités

 

Spécialisée dans les travaux routiers, Colas Ile-de-France Normandie présente la particularité d’intégrer une activité bâtiment qui représente 20% du chiffre d’affaires (575 millions d’euros en 2011). Si l’entreprise mène actuellement plusieurs opérations de réhabilitation de logements sociaux, son chantier phare reste la réalisation des stations Autolib’ (voitures électriques en libre-service), à Paris et en première couronne, en partenariat avec ETDE, autre filiale de Bouygues Construction.

Sur les 2 650 salariés de la société, seuls ceux du siège, soit environ 80 collaborateurs, sont basés à Magny-les-Hameaux. Ils y  côtoient les chercheurs du Campus Scientifique et Technique (CST), le laboratoire central de recherche du groupe. 

Depuis 2011, l’entreprise est présidée par Bernard Sala, précédemment à la tête de Colas Est. S’il avoue ne suivre les étapes de l’épreuve cycliste que lors de ses vacances en famille en Corse, il apprécie la Grand Boucle car, dit-il, « elle donne une image un peu plus positive de la route, encore trop souvent synonyme de nuisances ». 

 

Un homme

Henry Bernard, l’architecte français d’après-guerre

En rejoignant les Champs Elysées, les coureurs passeront  à proximité de la Maison de la Radio, qui se dresse au bord de la Seine, dans le 16e arrondissement de Paris.  Pièce maitresse de l’œuvre architecturale d’Henry Bernard (1912 – 1994), ce bâtiment circulaire de 100.000m² a été mis en chantier en 1952. Il  représentait alors  le plus important chantier public lancé à Paris depuis la guerre

En 1975, la société Radio France y installe son siège social et des travaux de remise aux normes seront lancés en 2005. Henry Bernard, le concepteur de cet édifice atypique a été formé à l’Ecole des Beaux-Arts. Il  est tellement passionné d’urbanisme que lorsqu’il est fait prisonnier pendant la Seconde Guerre mondiale, il fonde à Stalback (Prusse orientale) l’atelier d’architecture qu’il dirigera jusqu’à sa libération.

En 1938 Bernard est lauréat du Grand Prix de Rome, une reconnaissance qui lui permet de décrocher les plus grands projets du moment. Il devient alors architecte des Bâtiments Publics et Palais Nationaux, puis urbaniste en chef de la Ville de Grenoble et de l’Atelier Parisien d’Urbanisme, avant d’imaginer les plans du Palais de l’Europe de Strasbourg, construit en 1974. En 1968, ultime consécration, Henry Bernard est élu membre de l’Académie des Beaux-Arts et en dévient le président de 1988 jusqu’à sa mort, six ans plus tard.

 

Un ouvrage

Les Maisons Prouvé de Meudon, naissance de l’habitat industrialisé

 

 

 

Pour rejoindre Paris, les coureurs passeront par Meudon (Hauts-de-Seine), ville d’exposition du constructeur Jean Prouvé (1901 – 1984). Dès 1937, Jean Prouvé, ferronnier de formation, construit des bâtiments légers et préfabriqués pour le Ministère de l’Air. A la fin de la seconde guerre mondiale, le Ministère de la Reconstruction lui demande de trouver une solution nouvelle et économique pour répondre aux besoins urgents de logements. Jean Prouvé se met rapidement à l’œuvre et dévoile son prototype en 1949 : des maisons préfabriqués, qui seront qualifiées de « maisons usinées ».

Entre 1950 et 1952, les 14 maisons industrielles Prouvé sont construites à Meudon. Elles sont composées de panneaux de bois et de métal préfabriqués et sont posées sur pilotis, afin de corriger la déclivité du sol accidenté. Les maisons se regroupent dans  un lotissement boisé où les voies de circulation sont très étroites pour laisser le plus de place possible aux voies piétonnières : les maisons Prouvé deviennent très vite synonymes de tranquillité.

Aujourd’hui, les maisons Prouvé sont toujours remarquables et le doivent à la passion de leurs occupants qui les entretiennent par amour de l’architecture Prouvé.

 

 

Pour découvrir chaque étape, cliquez ic i

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X