Événement

Le Tour de France de la construction : Etape 16 : Pau – Bagnères-de-Luchon (197km)

A l’occasion du Tour de France 2012, lemoniteur.fr et Europcar vous proposent de suivre la Grande Boucle d’une manière originale qui relie le monde du cyclisme à celui de la construction, histoire de faire la course en tête sans quitter le casque de chantier ! Aujourd’hui, gros plan sur la seizième étape qui se court le 18 juillet entre Pau et Bagnères-de-Luchon.

Une entreprise

Vignes et Fils (Argelès Gazost) : quatre générations de bâtisseurs

 

En prenant les commandes, en 1988, de l’entreprise familiale de construction Vignes et Fils, Francis Vignes est devenu le représentant de la quatrième génération à la tête de cette PME de la vallée du Lavedan spécialisée en terrassement, maçonnerie, charpente, couverture, zinguerie, menuiserie et carrelage. Autant dire que l’entreprise d’Argelès Gazost  est intervenue peu ou prou dans tous les villages et stations de ski à 30 km à la ronde (Cauterets, Luz, Soulan).

Dans les années 1900, les brassiers allaient de village et village construire murs, maisons et ouvrages d’art, louant moyennant gîte et couvert leur bras et leur savoir-faire. Dominique Vignes, charpentier, et  Joseph Lacrampe, brassier maçon, ignoraient en cette fin du 19 ème siècle que leurs enfants respectifs, Antoine et Marie, une fois mariés, structureraient l’activité en créant l’entreprise Vignes Antoine. Celle-ci  se spécialisera en usant de dynamite, dans la construction de murs de soutènement et ponts pour équiper les routes. Elle participera notamment, à la construction de l’observatoire du Pic du Midi.

En 1949, André Vignes rejoint son père après des études aux Ponts-et-Chaussées. Ses trois autres frères intégreront également la société, alors que l’entreprise se développe et exploite une carrière. Depuis 1988, Vignes et Fils a diversifié son activité avec la création d’une entité dédiée à la façade, la Maison du crépi (10 salariés). Avec Vignes et fils (28 salariés), les deux structures totalisent un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros HT. « Depuis 2000, j’ai également développé une agence immobilière et nous faisons un peu de promotion. Le chantier le plus récent est une extension de la station de ski de Hautacam ». La crise ne l’atteint pas, le Tour passe régulièrement et les touristes continuent d’affluer dans ce coin des Pyrénées.

 

 

Un homme

 

Antoine Béguère, rugbyman, maire de Lourdes et entrepreneur du bâtiment

 

Né à Lourdes, c’est dans sa ville qu’Antoine Béguère, entrepreneur en bâtiment, ancre sa vie et son action politique. Après avoir considérablement développé l’entreprise familiale, il est élu conseiller municipal en 1935. Engagé entre 1939 et 1940, il est réélu en 1945. La même année, il devient conseiller général du canton de Lourdes, puis maire de la ville en 1953. Il y entreprend d’importants travaux d’habitat et d’urbanisme. On lui doit, entre autres, la basilique souterraine Saint-Pie X, construite en 1958.

Élu sénateur des Hautes-Pyrénées en 1959, il siège dans les rangs des Républicains indépendants.  Mais, c’est le rugby qui constitue sa grande passion. Ancien joueur, il assure la présidence du FC Lourdes de 1946 à 1960, menant sept fois son club à la victoire en championnat de France. C’est d’ailleurs lors d’un match opposant son équipe au SU Agen qu’il succombe à une crise cardiaque. Antoine Béguère est également le grand-père de Philippe Douste-Blazy, ancien ministre, député et lui aussi maire de Lourdes de 1989 à 2000.

 

Un ouvrage

 

L’observatoire du Pic du Midi, paradis des astronomes 

 

 

En 1706, l’astronome François de Plantade choisit le pic du Midi pour l’observation « scientifique » d’une éclipse totale du soleil. Il s’y rendra régulièrement pour effectuer des mesures barométriques, et c’est au cours d’une montée, qu’il meurt, en août 1741, à 500 m du sommet. De Plantade sera suivi dans ses expériences par d’autres scientifiques tels Gaspard Monge et l’astronome Jean Darcet qui évoque déjà la construction d’un observatoire. En 1873, une station météorologique provisoire est installée au col du Sencours à l’initiative de Charles Champion du Bois de Nansouty, général en retraite, qui s’occupe des installations et effectue des relevés.

Son associé, l’ingénieur Célestin-Xavier Vaussenat, parcourt le pays à la recherche de fonds pour la construction de l’observatoire définitif, et  donne de nombreuses conférences pour faire la promotion du site et des études scientifiques qui pourront y être menées. En 1877, une liaison télégraphique est installée. Les souscriptions arrivent et la construction de l’observatoire au sommet du Pic démarre en juillet 1878 après un long et pénible travail de terrassement et de fondation commencé en 1875. Les travaux ne peuvent se faire que pendant les quelques mois où le sommet n’est pas couvert de neige et aisément accessible à pied ou à mulet, entre la fin juillet et la mi-octobre. Le principal souci est alors est de protéger les ouvriers de la foudre qui s’abat fréquemment sur ce pic isolé en été.

Plusieurs paratonnerres sont érigés et reliés au lac d’Oncet voisin par un épais câble métallique de plus d’un kilomètre. Les travaux des premiers locaux s’achèvent en 1882. Comme les fondateurs sont dans l’impossibilité d’assurer la gestion de l’observatoire, ils en font don à l’Etat, avec la dette afférente. L’établissement devient alors un observatoire national placé sous l’autorité du Bureau Central Météorologique de Paris et Célestin Vaussenat  en sera son premier directeur. 

 

 

Demain, sur lemoniteur.fr, suivez prochaine étape du Tour entre Blagnac et Brive-la-Gaillarde.

 

Pour découvrir chaque étape, cliquez ic i

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X