Événement

Le Tour de France de la construction : Etape 13 : Saint-Paul-Trois Châteaux – Cap d’Agde (217 km)

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

A l’occasion du Tour de France 2012, lemoniteur.fr et Europcar vous proposent de suivre la Grande Boucle d’une manière originale qui relie le monde du cyclisme à celui de la construction, histoire de faire la course en tête sans quitter le casque de chantier ! Aujourd’hui, gros plan sur la treizième étape entre Saint-Paul-Trois Châteaux et le Cap d’Agde.

Une entreprise

SAP (Bollène) des centrales nucléaires aux marchés classiques du bâtiment

 

 

« A Bollène, je suis extrêmement bien localisé pour développer mon activité dans plusieurs départements limitrophes au Vaucluse : l’Ardèche, le Gard, la Drôme et les Bouches-du-Rhône » explique Pierry Di Dio qui dirige la PME SAP (Société d’Application de Peinture), une structure familiale spécialisée dans le secteur industriel et nucléaire. Créée par son père, elle compte aujourd’hui 60 personnes et réalise 6 millions d’euros de chiffres d’affaires. Au tableau de chasse de l’entreprise, de nombreux marchés dans les centrales nucléaires implantées le long de la vallée du Rhône qui ont nourri une progression constante de son chiffre d’affaires et de ses résultats au cours des dernières années. Avec pour point d’orgue à cette marche en avant, une double récompense fin 2011 : le Prix Moniteur de la Construction catégorie second œuvre en région Méditerranée suivi du Prix national de la construction second œuvre du Moniteur, auquel postulait l’ensemble des lauréats régionaux de ce prix. Fort de son savoir-faire sur des chantiers complexes et à forts enjeux de sécurité, cette PME a décidé de s’intéresser aux marchés classiques du bâtiment.

 

 

Un homme

Jean Le Couteur, l’inventeur du Cap d’Agde

 

On lui doit l’Eglise de Bizerte, la Cathédrale du Sacré-Cœur d’Alger ou encore l’Agora d’Evry, mais Jean Le Couteur est surtout l’inventeur du Cap d’Agde. En 1968, il est nommé architecte en chef de la Ville d’Agde et décide d’en faire la station balnéaire de la Méditerranée par excellence.

Fils de médecin de marine, Jean Le Couteur, né à Brest en 1916, est passionné par la mer et décide de construire la ville en demi-cercles concentriques autour du plan d’eau. Les habitats collectifs encerclent le port et les villages de vacances émergent près des plages. Les routes cloisonnent la ville et créent un contraste avec  « les chemins accueillants » au cœur de la cité. Jean Le Couteur rêve d’une ville colorée, respectant la nature et les perspectives. Visionnaire, il considère que « l’architecture est éphémère mais [que] l’urbanisme engage l’avenir pour les siècles».

Jean Le Couteur décède en 2010, à l’âge de 93 ans, quelque temps avant les 40 ans d’Agde. Il a voulu faire de cette ville le lieu de prédilection des vacanciers cherchant tant la chaleur du sud que le calme ambiant. Initialement prévu pour héberger 60.000 personnes, Agde accueille chaque année près de 200.000 vacanciers et est devenue, sans conteste, l’une des destinations phares du bassin méditerranée.

 

 

Un ouvrage

Le Pont Saint-Esprit, chef d’œuvre du  l’architecture moyenâgeuse

 

 

En passant par Pont-Saint-Esprit, les coureurs auront le privilège d’admirer le pont du même nom, datant du Moyen Age et très bien conservé. Long de 919 mètres et soutenu par 25 arches, le pont Saint-Esprit est considéré comme un chef d’œuvre architectural qui relie la Provence au Languedoc. Edifié entre 1265 et 1309 par les Frères Pontifes, il avait pour vocation initiale de faciliter les mouvements de population lors des croisades, même si, à l’origine, les chariots y circulaient à vide pour ne pas abimer l’édifice. Au XVème siècle, une tour sera construite sur l’ouvrage pour abriter la chapelle Saint-Nicolas, ainsi qu’une prison.

En sept siècles, ce symbole de l’architecture moyenâgeuse a fait l’objet de nombreux réaménagements. Au XVIème siècle, l’arche orientale, détruite, est remplacée par 3 petites arches. Au XVIIème siècle, des travaux de restauration sont réalisés. Au XIXème  siècle, un grand projet de réaménagement est lancé : le tablier est élargi pour permettre aux chariots de se croiser et une ouverture est créée pour permettre le passage des bateaux à vapeur.

En 1966, le Pont Saint Esprit est classé aux Monuments Historiques. Aujourd’hui, 19 des 25 arches du pont sont d’origine et font du Pont Saint Esprit le plus ancien pont du Rhône.

 

 

 

Prochaine étape sur lemoniteur.fr : Limoux-Foix

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X