Chantiers

Le terminal fret de Bâle-Mulhouse, concentré du savoir-faire régional du BTP

Mots clés : Entreprise du BTP - PME

Chantier majeur de la moitié sud de l’Alsace, la construction pour 40 millions d’euros du nouveau terminal cargo de l’Euroairport Bâle-Mulhouse active les compétences les plus poussées de nombreuses PME et agences locales de groupes.

Salué par les entreprises lauréates comme un modèle de maîtrise d’ouvrage « réellement soucieuse de mieux-disant », l’aéroport de Bâle-Mulhouse  leur donne l’occasion d’exprimer le meilleur de leur savoir-faire. Et, fait rare également apprécié des intéressées, de le faire savoir ouvertement à l’environnement extérieur.
La performance technique s’est manifestée dès la phase de terrassement. Lauréate de ce lot de 3 millions d’euros, Climent TP a accompagné le déplacement  d’1 million de mètres cubes de déblais et remblais par un système de guidage par GPS,  afin de déterminer le plus précisément possible la quantité nécessaire de béton, l’onéreux matériau retenu pour le revêtement en raison des besoins de l’activité future. « Nous avons appliqué une tolérance altimétrique réduite à plus ou moins 5 millimètres », souligne Jimmy Papin, conducteur de travaux de la PME indépendante de 280 salariés basée à Voujeaucourt (Doubs).  Pour ce chantier qui lui a procuré 27 000 heures de travail, Climent TP a installé un laboratoire de contrôle-qualité des remblais qui a validé la progression du terrassement tous les 80 centimètres.
La pose des 27 000 tonnes d’enrobés pour la VRD et les chaussées aéronautiques est revenue à l’agence Eurovia de Colmar (Haut-Rhin) pour un montant de 6 millions d’euros qui a mobilisé une équipe de 30 personnes, soit un cinquième des effectifs. La situation  en zone gravitaire lui a imposé des poses de réseaux jusqu’à  – 7 mètres de profondeur. La collecte des eaux pluviales a requis la pose de 5,5 km de canalisations d’un diamètre variant de 16 centimètres à 2 mètres.
La voie était alors libre pour l’intervention express de Mader. Le groupe coopératif de 200 salariés à Guebwiller (Haut-Rhin) a exécuté en sept mois le lot gros œuvre de 5,3 millions d’euros.

Si l’hiver clément a été son allié, la prouesse s’explique d’abord par la maîtrise de l’art de la préfabrication logé dans sa filiale EG Prefab. Cette préfabrication a concerné 266 poteaux, 5 110 m2 de panneaux ainsi que les poutres allèges de la façade inclinée des bureaux, maintenue étayée jusqu’à la pose de la charpente métallique. « Ce terminal restera à coup sûr comme l’un de nos chantiers de référence », confirme le gérant Jean-Marc Kornacker.

 

Poutres climatiques

 

L’enjeu essentiel du maintien constant dans l’année d’une température intérieure de 15 à 25 degrés pour les besoins de la chimie-pharmacie bâloise repose grandement sur les 260 « poutres climatiques » de Cofely-Axima. Alimentés par batterie, ces blocs rectangulaires de diffuseurs nichés dans les faux-plafonds peuvent envoyer alternativement du chaud ou du froid, au moyen de deux conduites pour chacun,  représentant un total de 10 km de tuyauteries.

« La répartition des diffuseurs dans l’ensemble du terminal permettra de répondre à la modularité des cellules de stockage de marchandises », souligne Daniel Dellenbach, le patron de la direction régionale Nord-Est basée à Richwiller près de Mulhouse. La filiale de GDF-Suez empoche ici un contrat de 3,1 millions d’euros.

 

Démarche HQE

 

Le souci de performance énergétique et environnementale a amené le maître d’ouvrage à solliciter une assistance dès l’amont à sa démarche HQE visant à obtenir la certification NF Bâtiment tertiaire. La mission a été confiée à l’agence de Strasbourg  d’Elan (groupe Bouygues). Moyennant un surcroît d’investissement de 700 000 euros soit 3 % du budget total, la construction vise les 14 cibles de la HQE, dont 4 en niveau très performant : choix intégré des produits et procédés de construction, chantier à faible impact environnemental, gestion de l’eau et pérennité des performances environnementales. « Le contrôle précis des mouvements de terres, l’infiltration totale des eaux pluviales des toitures et leur récupération ainsi que l’atteinte du BBC ont représenté les principaux défis »,  souligne Mathieu Heller, responsable du pôle construction durable Est.  Le bâtiment fret se conforme, en niveau « très performant », à deux exigences supplémentaires d’Afilog (association française représentant la logistique) relatives aux conditions de travail et à son adaptation aux particularités du process. 

Focus

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Aéroport de Bâle-Mulhouse
Maîtrise d’œuvre : groupement Franc Architectes – Sogeti – Cetec – Dadi Enviro
Coordonnateur sécurité : Socotec
Bureau de contrôle : Apave
Assistance à maîtrise d’ouvrage HQE : Elan France
Entreprises : Mader (gros œuvre), Scherberich (ouvrage d’art et génie civil), Sogycobois (charpente bois), Nestadour (charpente métallique), Face (couverture –étanchéité- bardage), Cofely-Axima (chauffage, ventilation, climatisation),  Climent TP (terrassement), Eurovia (VRD), Colas Grands Travaux (béton)
Surface : 30 500 m2 dont 21 000 m2 de stockage
Calendrier : janvier 2013 – janvier 2015
Coût : 40 millions d’euros HT

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X