En direct

Le sud de la ville en voie de désenclavement
PHOTO - 13882_843627_k2_k1_1983313.jpg - © ILEX-EGIS SUR FOND GEOPORTAIL

Le sud de la ville en voie de désenclavement

CHRISTIANE WANAVERBECQ |  le 06/07/2018  |  Bouches-du-RhôneFrance entière

Marseille -

En octobre, la mise en service de la totalité de la rocade L2, construite pour contourner Marseille par l'est, permettra d'éliminer du centre-ville une partie du trafic de transit. Dans le prolongement de la L2, le boulevard urbain sud (BUS), livré en 2022, assurera la continuité de la circulation et améliorera la situation dans une ville parmi les plus embouteillées de France.

Long de 8,5 km, le BUS traverse Marseille du nord au sud, du croisement de l'autoroute est (A50) jusqu'à la Pointe-Rouge (voir carte) . « C'est 20 à 30 % de véhicules qui n'auront plus besoin de traverser l'hypercentre. Cela représentera aussi un gain de temps indéniable pour les 200 000 habitants de la métropole qui se rendent à Marseille ou ceux qui transitent entre Aix-en-Provence, au nord, et Aubagne, à l'est », affirme Jean Montagnac, président du conseil de territoire Marseille-Provence. Le BUS aura surtout pour grande vertu de désenclaver les quartiers sud de la cité phocéenne. Dans cette partie qui héberge 24 % de la population, la seule alternative à la voiture est le bus avec des temps d'attente entre deux arrêts dépassant souvent les quinze minutes.

Conçu dans les années 1970 comme une voie rapide, le BUS est pensé pour accueillir des transports en commun (BHNS… ), ainsi que des voies piétonnes et cyclistes. Projet également paysager, il requalifiera les noyaux villageois sur son parcours.

Deux ponts. Au sud, de la traverse Parangon au chemin Vallon de Toulouse, le futur axe sera en 2 x 1 voie puis en 2 x 2 voies jusqu'à l'échangeur Florian, là où le trafic est plus important. Au nord, sur le dernier kilomètre, il sera en partie enterré. Il terminera son parcours par deux ponts sur l'Huveaune d'une centaine de mètres, un dans chaque sens. Pour ces deux ouvrages qu'il veut qualitatifs et dont le coût est estimé à 20 millions d'euros, le maître d'ouvrage a lancé une consultation de groupement de conception-réalisation. Trois équipes sont en lice : Bouygues-Rudy Ricciotti ; Eiffage-Strates ; Razel-Bec-Lavigne & Chéron Architectes. Le lauréat sera choisi cet été.

Conçu dans les années 1970 comme une voie rapide, le BUS est pensé pour accueillir des transports en commun.

Les travaux se dérouleront en plusieurs tranches géographiques. Le projet est composé du sud au nord de trois sections. Elles sont elles-mêmes découpées en tranche à l'instar du tronçon Florian-Sainte-Marguerite de 3 kilomètres, pour lequel Egis et Ingérop assurent le suivi de chantier.

Sur cette partie, les travaux ont démarré le 1er octobre 2017 au niveau de l'échangeur Florian, là où le BUS se connectera à la L2. Le groupement conduit par GTM Sud est titulaire du premier des sept marchés (lire ci-contre). D'un montant de près de 70 millions d'euros HT, il comprend la réalisation de trois tranchées couvertes, la démolition d'un autopont, effective depuis début mai, le dévoiement des réseaux d'eaux pluviales et usées, ainsi que la gestion de la circulation. Avec leurs ouvrages annexes, les tranchées constituent une infrastructure à deux tubes unidirectionnels et à 2 x 2 voies pour une longueur totale de près d'un kilomètre. Elles seront séparées par des zones de « paralumes » permettant la ventilation naturelle. Et aux extrémités, elles seront prolongées par des trémies, elles aussi équipées de « paralumes ».

Le chantier est complexe en raison d'un trafic de 50 000 véhicules par jour, d'un environnement urbain dense et d'un sol difficile. « Grâce à la modélisation, nous avons fait une étude de circulation précise avec comptage de véhicules par secteur. Le chantier s'est donc adapté aux contraintes de circulation et de libération des emprises foncières », explique Philippe Idrac, directeur de projet, GTM Sud. D'ailleurs, le groupement utilise en partie la technique de la taupe pour les terrassements. « Cela permet en effet de creuser sous la dalle créée pour maintenir la circulation », poursuit-il.

Mi-juin, le groupement, qui mobilise une centaine de salariés, avait réalisé la moitié des parois moulées. Il terminera le chantier début 2020 en même temps qu'un pont sur l'Huveaune. Le choix d'intervenir en priorité dans la partie nord du BUS répond à deux objectifs : établir un signal fort avec des aménagements majeurs montrant que le projet est une réalité et permettre la mise en service d'une section en lien direct avec la L2.

Maîtrise d'ouvrage : métropole Aix-Marseille-Provence. Maîtrise d'œuvre de conception sur 8,5 km : Egis France/SMM/Ilex/Mascarelli.

Maîtrise d'œuvre de réalisation de Florian-Sainte-Marguerite : Egis Villes et Transports, Ingérop. Travaux de tranchées couvertes : GTM Sud (mandataire), Soletanche Bachy, Botte Fondations, Intertravaux, Marenco, Sogea Sud-Est, Eurovia Méditerranée. Composition des trois équipes de maîtrise d'œuvre en lice pour les ponts sur l'Huveaune : Eiffage Génie Civil/Aracadis/Eiffage Métal/Icop Spa/ Strates/Tangram Architectes ; Bouygues TP/Rudy Ricciotti/ Lamoureux et Ricciotti/Setec TPI/STOA ; Razel-Bec/Lavigne & Chéron Architectes/agence APS/SCE/Antea Group/Franki Fondation/Barbot Fayat Metal/Berthold. Coût du BUS : 300 M€ d'euros TTC, 67 % de subventions du conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

Une vingtaine d'appels d'offres

Le projet est composé du sud au nord de trois sections : Traverse Parangon-Chemin du Roy d'Espagne (1,7 km, 22 millions d'euros) ; Chemin du Roy d'Espagne-Avenue de-Lattre-de-Tassigny (1,5 km ; 25 millions d'euros) ; Avenue de-Lattre-de-Tassigny-Echangeur Florian (1,8 km, 40 millions d'euros).

La métropole Aix-Marseille-Provence attribuera une vingtaine de lots pour des travaux organisés en plusieurs tranches géographiques. Sur la tranche Florian-Sainte-Marguerite, qui a commencé, la métropole doit notifier les marchés M2 (équipement des tranchées couvertes) et M4 (VRD/aménagements paysagers pour Vallon de Toulouse/Sainte-Marguerite). Elle vient de lancer la consultation pour M5, autre marché voiries sur Verdillon/Vallon de Toulouse, et pour M7 (éclairage/SLT/systèmes). En septembre, elle en prévoit une nouvelle pour les voiries (M6) sur Florian-Verdillon. Pour chacune des deux dernières sections (Sainte-Marguerite-de-Lattre-de Tassigny-Parangon), elle consultera le trimestre prochain pour désigner une maîtrise d'œuvre de suivi d'exécution.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur