En direct

Le stade Maracaña à Rio : la cathédrale du foot
Vue aérienne du stade Maracaña à Rio de Janeiro (Brésil) - © © Flickr.com

Le stade Maracaña à Rio : la cathédrale du foot

CATHERINE SABBAH |  le 27/08/2010  |  Internationalretro_maracanaSportRénovationCulte

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
International
retro_maracana
Sport
Rénovation
Culte
Europe
Architecture
Travaux publics
Valider

Construite pour la Coupe du monde de football en 1950, la célèbre arène brésilienne de 88.000 places accueillera à nouveau cette manifestation planétaire en 2014, après quelques travaux de rénovation.

Personne n'est apparemment capable de donner le décompte exact des places du stade Maracaña, à Rio de Janeiro au Brésil. Souvent présentée - y compris par le Guinness Book des records qui lui attribue 180.000 places - comme la plus grande du monde avec 200.000 places, l'arène ne pourrait en fait accueillir "que" 155.000 spectateurs. Le stade a pourtant connu des records d'affluence : le 16 juillet 1950 pour la première finale de la Coupe du monde de l'après-guerre, 172.772 supporters auraient payé leur place et plusieurs dizaines de milliers d'autres auraient escaladé les grilles pour voir finalement perdre le Brésil contre l'Uruguay.

Concept

En 1947, aucun des pays d'Europe épuisés par la guerre n'est capable d'organiser la Coupe du monde de football dont la dernière remonte à 1938. C'est au Brésil, seul candidat, que revient cet honneur pour lequel il s'engage à construire en deux ans un stade de 200.000 places où "la victoire sera plus belle et la défaite plus terrible". L'équipe choisie à l'issue du concours lancé en 1947 par la ville de Rio est nombreuse. Pour respecter le délai et loger le plus possible de spectateurs, les architectes Raphael Galvao, Pedro Paulo, Bernardes Bastos, Orlando Azevedo et Antonio Dias Carneiro optent pour une structure ovale de 317 m sur 279 m qui culmine à 32 m. Les places assises sont réparties entre tribunes hautes et basses et distantes du centre du terrain de 126 m au maximum. Une fosse de 3 m de large sépare le public de la pelouse accessible par quatre tunnels. La structure est simple, en amphithéâtre dont les accès sont soulignés par deux immenses rampes inscrites dans le prolongement de l'axe majeur. Les tribunes sont partiellement couvertes, sur toute la circonférence du stade pour protéger les spectateurs de la pluie et surtout du soleil.

Chantier

Aucune prouesse technique ni architecturale ne figure au palmarès des concepteurs de Maracaña, si ce n'est la taille de l'édifice : à lui seul, le stade s'étend sur 86.000 m2, plus de 200.000 m2 avec le complexe comprenant le gymnase, le stade d'athlétisme et la piscine construits à côté. La construction a occupé jusqu'à 3.500 ouvriers, a englouti 650.000 m3 de bois et utilisé plus de 40.000 camions de matériaux. L'arène, inaugurée le 16 juin 1950, est encore un chantier et attendra quinze ans de plus pour fêter sa dernière pierre. Les tribunes de presse sont inexistantes, les sanitaires insuffisants, mais le mythe est né et fonctionne encore 50 ans plus tard. A la suite de vibrations suspectes, et après la mort de trois personnes causée par l'effondrement d'un grillage et la chute des supporters qui s'y appuyaient, le stade a été fermé à plusieurs reprises.

Lifting

En 2000, pour son cinquantième anniversaire, la ville, son propriétaire, a décidé de le remettre aux normes internationales en lui offrant un petit lifting et en réduisant le nombre de places accessibles. La rénovation a coûté 30 millions de dollars et procuré une surprise aux ingénieurs structures. Le plus grand temple de football du monde était rongé par des habitudes bien plus corrosives que les ravages du temps : la manie des supporters brésiliens de se "soulager" en dehors des urinoirs publics ! "L'urine a rongé les piliers et murets des rampes d'accès aux gradins, fréquentés par des milliers de supporters, Les dégâts sont si importants qu'il a fallu doubler les investissements destinés à la récupération de la structure en béton armé des principales rampes d'accès aux gradins du stade", déclarait l'ingénieur chargé des travaux, Luis Eduardo Cardoso. En 2014, le stade Maracaña accueillera à nouveau la Coupe du monde. Fin août 2010, le coup d'envoi des travaux de rénovation (estimés à 237 millions d'euros) a été donné par les autorités locales. Le but d'améliorer la circulation et la visibilité des spectateurs, qui ne seront plus que 83.000 à pouvoir entrer dans le fameux temple du football brésilien. La fin du chantier est prévue pour décembre 2012.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur