En direct

Evénement

Le soleil donne des couleurs au marché

le 26/09/1997  |  France entièreMaison individuelleLogementImmobilierArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Maison individuelle
Logement
Immobilier
Architecture
Hérault
Bouches-du-Rhône
Alpes-Maritimes
Vaucluse
Gard
Corse-du-Sud
International
Professionnels
Valider

- En Paca et Languedoc-Roussillon, le marché de l'habitat pavillonnaire se porte plutôt bien. - Dopé par le prêt à taux zéro et par un foncier relativement bon marché, le secteur attire de plus en plus d'entreprises victimes de la crise du logement collectif.

De tous les rêves des Français, celui d'une maison individuelle est sans doute le mieux partagé. Surtout au sud de l'Hexagone, où la douceur du climat et l'accessibilité des centres-villes renforcent ce désir qui se concrétise de plus en plus, si l'on en croit les professionnels du secteur. Sur toute la façade méditerranéenne, les constructeurs, petits ou gros, affichent des carnets de commandes plutôt bien garnis. L'année 1996 a été bonne. Le premier trimestre 1997 l.est également.

Le succès du prêt à taux zéro n'est sans doute pas étranger à cette tendance. En Provence-Alpes-Côte-d'Azur 7 805 prêts ont été accordés l'an dernier et 1 700 contrats supplémentaires ont été signés au cours des trois premiers mois de 1997. « Les années précédentes, les financements par PAP fonctionnaient par à-coups, quand les crédits étaient débloqués. Aujourd'hui, grâce au taux zéro, le marché est plus fluide », confirme Jean-Claude Novet, le président de l'Union régionale des cons-tructeurs de maisons individuelles (URCMI) de Languedoc-Roussillon.

Redistribution des cartes

A l'intérieur du marché de la maison individuelle, les cartes ont été redistribuées suite à la poussée de la demande et des nouvelles exigences des clients. Les grands groupes spécialisés, qui autrefois vendaient sur catalogue, se trouvent désormais concurrencés par une myriade de PME qui proposent une offre diversifiée. En intégrant les données architecturales et en maîtrisant les coûts, les constructeurs indépendants ont gagné du terrain. Ce qui a eu d'ailleurs pour conséquence immédiate le rachat d'un grand nombre d'entreprises locales par les majors du secteur.

« Aujourd'hui, la demande de la clientèle s'est affinée, souligne Mireille Lhardy, la déléguée de l'URCMI pour la région Paca. La qualité entre davantage en compte. En outre, une majorité des personnes désirant construire arrivent avec un terrain et un financement. Notre rôle se borne alors à faire coïncider la maison dont ils rêvent avec leurs possibilités financières réelles. »

Des potentialités foncières inexploitées

Même si, dans certaines villes comme Aix-en-Provence, Nice ou Cannes, le prix du terrain est un frein au développement du marché, les potentialités foncières du Sud sont immenses. Et souvent mal exploitées. « Dans le Vaucluse, les Alpes de Haute-Provence ou le Haut-Var, on peut construire de belles maisons à un prix raisonnable sans s'éloigner à plus de 40 km des principaux centres économiques, observe Mireille Lhardy. Pourtant, la demande la plus forte porte justement sur les zones où la pénurie de terrains constructibles est déjà très sensible. » « Dans ces secteurs, comme à Nîmes ou à Montpellier, l'offre foncière reste très insuffisante, ajoute Jean-Claude Novet. Les lotissements permettaient de répondre à la demande, mais la nouvelle génération d'élus locaux freine pour autoriser de nouvelles zones d'habitations individuelles groupées ».

En Corse, le marché de la maison individuelle semble moins porteur. En Balagne par exemple, région pourtant dynamique, trois maisons seulement ont vu le jour en 1996 (contre 128 logements collectifs). Situation paradoxale, dans la mesure où le problème de l'offre foncière ne se pose pas. Beaucoup de clients potentiels possèdent en effet leur propre terrain et seraient très intéressés de construire « au village ». Toutefois, la majorité d'entre-eux renoncent à leur projet, car ils possèdent déjà une maison familiale. « Dans ce cas, explique un responsable local du BTP, c'est le marché de la rénovation qui prend le relais. La maison individuelle génère d'importants chantiers de réhabilitation, de modernisation ou d'extension ».

Mises en chantier de maisons individuelles en 1996

- PACA : 22 681 (dont 2 156 en individuel groupé). - LANGEDOC-ROUSSILLON : 12.254 (dont 2 645 en individuel groupé). - CORSE : 1 483 (dont 137 en individuel groupé).

Le coût moyen d'une maison

Une maison individuelle de 100 m2 sur un terrain de 1000 m2 situé dans une zone périurbaine, coûte en moyenne :

950 000 francs à Marseille ;

900 000 francs à Montpellier ;

300 000 francs à Ajaccio.

ALAIN ARZIARI, « Un secteur vital pour les jeunes architectes» Le président de l'Ordre Paca évoque la place des architectes sur le marché de la maison individuelle.

Les architectes peuvent-ils renforcer leur présence sur ce créneau ?

ALAIN ARZIARI. Les architectes, pour des raisons multiples, comme le seuil des 170 m2, une concurrence déloyale de la part de l'administration elle-même, ou l'absence de lobbying dans les ministères, ont délaissé pendant des années la maison individuelle. Or, il est vital, notamment pour les jeunes architectes, qu'ils puissent y intervenir de façon croissante. Les enjeux sont variés : la lutte contre le travail clandestin, la qualité des constructions, moins de mitage du territoire, d'ailleurs de plus en plus décrié. Il est paradoxal de constater que l'on demande aux architectes de respecter un volet paysager dans leurs projets ; une règle très atténuée lorsqu'ils n'interviennent pas.

Quelles voies emprunter ?

Il faut donner une plus grande formation économique aux jeunes architectes, leur apprendre à monter un dossier adapté à « ceux qui construisent pour eux-mêmes ». Il est également très important de développer des partenariats, à la fois avec les industriels au travers de filières pour mettre au point des matériaux préfabriqués et réduire les coûts de construction, et avec les banques pour définir des projets de qualité. Les CAUE ont, de ce point de vue, un rôle important à jouer. L'Ordre va encourager le mouvement en mettant en place, dès cette rentrée, des formations spécifiques au montage de dossiers de maisons individuelles. C'est un premier pas vers l'exercice de métiers d'architectes différents.

La position de l'Ordre régional sur le seuil des 170 m2?

Le directeur de l'architecture, François Barré, a fait il y a quelque temps une déclaration très importante : « L'architecture est d'intérêt public et démarre de ce fait dès le premier mètre carré ». Si le seuil disparaît, nous pensons qu'il est indispensable de prévoir des mesures transitoires pour les « porteurs de récépissé » et les « maîtres d'oeuvre en bâtiment ». L'idée serait, une fois arrêtée la délivrance de « patentes », de créer une liste de professionnels soumis à une déontologie, à une obligation d'assurance, etc. Bref, codifier l'exercice de leur activité jusqu'à extinction de celle-ci en prévoyant parallèlement des mesures de formation continue.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur