Le secteur du bricolage continue de progresser en France
Concurrentes des négoces en matériaux, les enseignes de hard discount ont vu la progression de leur part de marché se tasser à +2,5% en 2006 contre +10% un an plus tôt. (Doc Kingfisher) - ©

Le secteur du bricolage continue de progresser en France

Defawe Philippe |  le 14/06/2007  |  France Conjoncture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
France
Conjoncture
Valider

Avec une hausse de ses ventes de 5,20% en 2006, le marché du bricolage conserve une croissance solide en France. Depuis le début de l'année, "on enregistre un développement record" du marché du bricolage, +6,8% par rapport à la même période de 2006, a souligné la fédération des magasins de bricolage (FMB)., sans préciser les dates, qui a attribué cet engouement au "beau temps de ce début de printemps".
En dix ans, la progression de ce marché a été de 30%.

En 2006, le marché global du bricolage (dont le rayon jardin des magasins) a représenté 20,14 milliards d'euros et celui du jardinage 5,9 milliards.
Au total, chaque ménage a dépensé en moyenne 754 euros pour le bricolage et 233 euros pour le jardinage.

Quelque 82% de Français pratiquent le bricolage actuellement contre 66% en 2002, selon l'Observatoire Cetelem. Et le contexte demeure favorable: envies d'aménagement et de décoration, augmentation du temps libre, boom de la construction prometteur pour les années à venir, et contraintes actuelles du pouvoir d'achat sont autant de facteurs qui incitent les Français à bricoler.
Les grandes surfaces de bricolage (GSB) se développent essentiellement par l'extension des surfaces de ventes (+4% en 2006), a relevé la FMB qui a évalué à 2.467 le nombre de magasins (+55 par rapport à 2005).

Les enseignes de hard discount ont vu la progression de leur part de marché se tasser à +2,5% en 2006 contre +10% un an plus tôt, a indiqué la FMB qui a constaté par ailleurs que les frontières entre bricolage, jardinage, décoration, et ameublement, s'estompent.
Les services deviennent "des atouts majeurs pour le secteur", a-t-elle observé. Le développement du conseil, la simplification des outils et la diffusion d'explication sur le "comment faire soi-même" devient un enjeu déterminant et les initiatives des magasins se multiplient en ce sens, a-t-elle souligné.
Reste cependant à développer d'autres services tels que le financement de projets, la livraison, la location de camionnettes et le service après-vente.
Autre tendance de fond, les femmes sont de plus en plus nombreuses à s'adonner au bricolage. Les magasins doivent ainsi s'adapter à leur nouvelle clientèle en proposant notamment des outils plus faciles d'utilisation, plus légers, en prodiguant des conseils et en développant la partie décoration.

Repères


Les GSB ont réalisé un chiffre d'affaires de 13,81 milliards (+7,9%) et ont représenté près de 70% du marché. Environ 60% de ce chiffre d'affaires est réalisé par deux grands groupes: Adéo (Leroy Merlin, Weldom, Bricoman) et Kingfisher (Castorama et Brico Dépôt).
Le secteur du bricolage, très concentré, emploie 67.000 personnes, soit +25% en six ans.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil