En direct

Le robot de démolition qui bouscule les habitudes

Conrad Feeling |  le 22/06/2012  |  BâtimentLot-et-GaronneTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bâtiment
Lot-et-Garonne
Technique
Valider

Le suédois Husqvarna a surpris en concevant lui-même un robot de démolition qui s’attaque à un monopole.

Dans la gamme des matériels consommateurs d’outils diamantés, fer de lance du développement d’Husqvarna, les robots démolisseurs DXR font figure d’exception. « Le robot est un produit de niche et il le restera », affirme Anders Ströby, vice-président en charge des matériels de construction. Ces engins électriques télécommandés, dont le marché français ne représente que quelques dizaines d’unités par an, ont au départ été mis au point pour l’industrie nucléaire avant d’être adaptés à la démolition des bâtiments et aux travaux souterrains. Husqvarna s’est positionné en trois ans comme un sérieux concurrent de Brokk qui a joui du monopole pendant des décennies. « Nous avons affaire à des primo-acquéreurs et à des possesseurs de Brokk qui veulent diversifier leurs fournisseurs. La clientèle est en attente. Nous apportons de la fraîcheur au marché, mais nous devons faire nos preuves. » Le constructeur suédois s’est donné les moyens de ses ambitions : la puissance, avec un moteur électrique de 22 kW, la compacité avec une largeur de 7,8 m et un profil surbaissé qui offre une bonne vision pendant le travail, un bras télescopique d’une portée (marteau inclus) de plus de 5 m, des stabilisateurs réglables individuellement. La télécommande à écran couleur de 90 mm innove avec sa liaison Bluetooth insensible aux perturbations externes.

Un matériel puissant qui innove

Fabrice Encognère, gérant d’ADECB, entreprise de sciage, de carottage et de microdémolition dans le Lot-et-Garonne, s’est laissé tenter : « J’avais deux Brokk, dont un 180 que je devais renouveler. Brokk avait le monopole des robots, mais n’avait que peu évolué ces dernières années. J’ai essayé le 310 de Husqvarna et j’ai été séduit. C’est un matériel puissant, efficace et qui innove. Sa radiocommande est vraiment très complète et performante. Je conserve mes outils qui sont compatibles. Encore fallait-il que leur service après-vente soit à la hauteur. C’est le cas. Après 350 heures d’utilisation, je suis très satisfait. Ça fait du bien de voir un concurrent arriver. Brokk va être obligé de se bouger ! » Depuis peu Husqvarna propose sa propre pince de démolition (274 kg pour une force de broyage de 45 t). Autres équipements appréciés : le harnais à arc en aluminium réglable et un système pratique de détente des chenilles caoutchouc qui facilite leur remplacement.

PHOTO - 645550.BR.jpg
PHOTO - 645550.BR.jpg - ©
PHOTO - 645549.BR.jpg
PHOTO - 645549.BR.jpg - © husqvarna
PHOTO - 644948.BR.jpg
PHOTO - 644948.BR.jpg - ©

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Construire, rénover et aménager une maison

Construire, rénover et aménager une maison

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur