En direct

"Le risque est que tout nouveau projet d'aménagement soit baptisé écoquartier"

Catherine Charlot-Valdieu et Philippe Outrequin |  le 24/11/2009  |  France entièreDéveloppement durableAménagementDroit de l'urbanismeEnvironnement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Quartier
France entière
Développement durable
Aménagement
Droit de l'urbanisme
Environnement
Santé
Architecture
Urbanisme
Réglementation
Technique
Valider

Catherine Charlot-Valdieu et Philippe Outrequin, fondateurs de l'association SUDEN pour la promotion du développement urbain durable et auteurs d'ouvrages sur l'urbanisme durable, donnent leur définition de l'écoquartier.

Le terme "écoquartier" est parfois distingué du "quartier durable". Le premier relève davantage de l'écologie alors que le second comprend aussi les dimensions économiques, sociales et participatives (en supposant la mise en œuvre d'une démarche de développement durable). La confusion est relativement importante et fréquente, mais, à la suite des orientations données par Jean-Louis Borloo, ministre d'État et du Meeddem, le terme "écoquartier" l'a emporté et il est utilisé aujourd'hui en France indifféremment pour les deux types de projet.
Dans la mesure où, d'une part, l'Etat n'a défini ni l'écoquartier ni des objectifs pour les projets d'écoquartier et où, d'autre part, la dimension environnementale suffit à justifier l'appellation d'écoquartier, le risque est que tout nouveau projet d'aménagement soit baptisé écoquartier - et en particulier les projets localisés dans des terrains difficiles à mettre en valeur (sols pollués, proximité d'infrastructures bruyantes, etc) - y compris les projets de quelques dizaines de logements.

Il s'agit donc de veiller, comme le souligne le document d'accompagnement de la charte des écoquartiers de Lille Métropole, à ne pas déqualifier l'appellation d'écoquartier par des choix d'une ambition insuffisante pour certains thèmes ou par une localisation incohérente avec les objectifs du Plan Local d'Urbanisme (PLU), et notamment de son Projet d'Aménagement et de Développement Durable (PADD), ou incompatible avec une gestion durable du sol ou encore en limitant le projet d'écoquartier à une vitrine déconnectée de la stratégie de développement pour l'ensemble de la ville.

3 obligations

C'est pourquoi, lorsqu'ils s'engagent dans un projet de quartier durable, les décideurs politiques doivent s'attacher à définir une démarche projet d'aménagement d'un morceau de ville. Trois obligations structurent cette démarche projet :

    - répondre aux enjeux majeurs de la planète: effet de serre, épuisement des ressources naturelles, préservation de la biodiversité.
    - répondre aux enjeux locaux de la commune ou de l'agglomération: en termes d'emploi et d'activités, de mixités, d'équité sociale; en participant au besoin d'attractivité des villes (mobilité, culture, etc); et en répondant aux attentes des habitants et des usagers et en améliorant leur qualité de vie (réduction des nuisances, qualité globale environnementale mais aussi architecturale, d'usage des bâtiments et des espaces publics, synergie territoriale, synergie thématique, etc).
    - contribuer à la durabilité de la commune ou de l'agglomération : stratégie d'amélioration continue, reproductibilité ou transférabilité, etc.

        1 définition

        Nous proposons donc la définition suivante pour un projet de quartier durable ou d'écoquartier :
        Un projet de quartier durable (ou d'écoquartier) se caractérise par la mise en œuvre d'une démarche projet visant à répondre - à son échelle - aux enjeux globaux de la planète et aux enjeux locaux afin d'améliorer la qualité de vie de ses habitants et usagers, et à contribuer à la durabilité de la ville, l'écoquartier étant avant tout un morceau de ville.

        4 réflexions

        Cette démarche projet doit être l'expression d'une volonté politique et doit se caractériser par une nouvelle façon de penser et d'agir qui se manifeste par :

          - une approche "systémique" : raisonnant en cycle (cycle de l'eau, cycle de l'énergie et cycle des matériaux); raisonnant en écosystème (gestion des déchets, gestion des flux); et centrée sur la cohérence économique, ce qui a aussi à voir avec la faisabilité économique des projets.
          - une démarche qui associe le sensible (architecture) et l'ingénierie technique et économique (performance et évaluation).
          - la prise en compte du long terme : économie de ressources naturelles, investissements évités (réseaux), prévention et lutte contre le changement climatique.
          - une nouvelle gouvernance : la participation des différents acteurs et particulièrement des habitants- citoyens ; des partenariats multiples (public-privé, entreprises-clients, etc.) et de nouvelles règles de marché (Partenariat public-privé, dialogue compétitif, etc.); une nouvelle culture urbaine, pluridisciplinaire et transversale.

              On remarquera que les piliers du développement durable ne structurent pas cette définition (contrairement aux définitions et référentiels traditionnels). Ceux-ci sont utilisés pour l'analyse de chacun des thèmes.

              Les démarches françaises existantes

              On distingue différents types de démarche que nous pourrions classer ainsi :

              • les démarches structurées sur les piliers du développement durable qui cherchent à limiter les impacts du projet de quartier pour chacun de ces piliers (y compris les démarches de type « commissioning » structurées sur un système de management comme la démarche HQE®), comme la démarche de l'Anru et celles du Certu-Meeddem à ce jour ;
              • les démarches encore partiellement structurées sur les trois piliers du développement durable mais avec une réflexion opérationnelle et des objectifs de développement durable, comme la démarche des Éco Maires ;
              • les démarches « désincarnées » ou à dire d'expert(s) comme la démarche @ménagement durable® de la Dreif ;
              • les démarches intégrées structurées sur des grandes orientations et des objectifs qui répondent à des enjeux (faisant intervenir les trois piliers du développement durable dans un deuxième temps) comme la Charte des écoquartiers de Lille Métropole Communauté Urbaine ou la démarche de la Région Ile-de-France (cf. appel à projets Nouveaux Quartiers Urbains). Rappelons que pour la prise en compte des enjeux locaux, certaines de ces démarches s'appuient sur un diagnostic partagé de développement durable du quartier (et du territoire dans lequel est situé le quartier), comme la démarche HQE2R.

              Enfin rappelons que quelques bureaux d'études privés ont structuré leur méthode sur les 5 finalités et les 5 critères de développement durable définis par le Meeddem (ex MEDDAT) dans la circulaire du 13 juillet 2006.

Commentaires

"Le risque est que tout nouveau projet d'aménagement soit baptisé écoquartier"

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur