En direct

LE RÉVEIL INDUSTRIEL

Anne-France Berthelon |  le 02/07/2018  |  EuropeArchitecture intérieure

SALON DE MILAN -

Entre les installations ultraphotogéniques, la multiplication des séries limitées des jeunes designers et le vivier que représentent les rééditions pour les fabricants, le design industriel s'est imposé brillamment, cette année à Milan.

Le nombre de visiteurs du 47e Salon du meuble de Milan, qui s'est déroulé du 17 au 22 avril, a crû de façon sensible à la foire de Rho (un quart de plus que pour l'édition précédente, soit plus de 430 000 entrées en provenance de 188 pays), ainsi qu'en ville pour le off, le Fuorisalone. De quoi démontrer que le premier salon mondial du secteur reste indétrônable, tant d'un point de vue économique que médiatique. Avec des installations dorénavant pensées pour être instantanément photographiées et partagées sur les réseaux sociaux, cette édition a conforté l'image transversale d'un « festival » qui ne se contente plus de cibler les seuls professionnels, mais s'adresse à un public de plus en plus vaste. Parmi les scénographies marquantes, Open Sky, de Philip K Smith pour COS ; The Diner, le restaurant éphémère à l'américaine construit par David Rockwell sous les voûtes en béton de la gare centrale ; et Typecasting, 200 meubles iconiques, prototypes compris, sélectionnés dans les archives ou les nouvelles éditons de Vitra par Robert Stadler.

Surprises danoises

En développant des matériaux plus responsables, les industriels boostent dans un même mouvement la créativité des designers. Réalisée en panneaux de particules de textiles recyclés brevetés par Really (groupe Kvadrat), l'étagère Shift, de Benjamin Hubert, semblait une excroissance naturelle et graphique du panneau d'isolation mural en feutre auquel elle est liée. Brillante idée. Idem pour la chaise monobloc empilable 1Inch Reclaimed, de Jasper Morrison pour Emeco, composée à 75 % de chutes de polypropylène récupéré dans des usines de moulage par injection, mélangé à 15 % de sciure.

Outre la conscience environnementale, c'est la culture même du design qui, à l'évidence, s'est invitée dans le Fuorisalone. Nilufar Depot rendait hommage à cette pionnière qu'était l'architecte italo-brésilienne Lina Bo Bardi. A Varedo, dans la Brianza, la villa construite en 1945 par l'architecte designer, éditeur de presse et cofondateur de la marque Tecno, Osvaldo [...]

Cet article est réservé aux abonnés AMC, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

LE RÉVEIL INDUSTRIEL

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX