Transport et infrastructures

Le rapport Rufenacht préconise d’investir 18 milliards pour doter le Grand Paris d’une façade maritime

Mots clés : Collectivités locales

Antoine Rufenacht, ancien maire (UMP) du Havre et commissaire général au développement de la vallée de la Seine a rendu public, le 22 février, le rapport remis le 15 février à François Fillon. Ses propositions nécessiteraient d’investir 18 milliards d’euros pour aménager et dynamiser le territoire allant du Grand Paris à la Normandie.

 

Concernant la gouvernance de l’Axe Seine, ce projet de Grand Paris jusqu’au Havre, le Commissaire propose l’installation d’une conférence composée à parité de 15 personnes pour l’État, 15 pour les collectivités territoriales (3 régions, 6 départements, les agglomérations) et 15 pour le monde économique. Il souhaite que le Commissariat général soit pérennisé avec un effectif étoffé. Ce « bras armé » serait une force de proposition, mais pourrait porter, également, la mise en œuvre des projets retenus.

 

LGV Paris-Normandie : décision avant juin ?

En matière d’investissement, il retient quatre projets majeurs structurants pour l’Axe Seine, représentant une enveloppe globale de 18 milliards d’euros.

Le « paquet ferroviaire » en constitue bien sûr l’essentiel avec la ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN). Le débat public s’est achevé le 30 janvier à Caen et la commission nationale devrait rendre ses conclusions le 21 mars. « Elles seront exploitées dans les meilleurs délais », a assuré François Fillon en recevant le rapport et « l’ensemble des besoins en infrastructures recensés sera expertisé ». Antoine Rufenacht espère que RFF prendra une décision d’investissement avant juin.

Le Commissaire a également évoqué les liaisons fret franciliennes au service des ports du Havre et de Rouen. L’objectif est de créer des débouchés à l’est de Paris pour les marchandises venant du Havre.

Pour la route, le rapport a ciblé deux projets structurants. L’achèvement de l’autoroute A104 (Francilienne), entre Méry-sur-Oise et Orgeval pour la desserte du port fluvial d’Achères. Et la création du contournement à l’est de Rouen, faisant liaison entre l’A28 et l’A13.

Pour les ports, l’importance d’une desserte fluviale de Port 2000 au Havre reste d’actualité. Les options d’écluse ou de bateaux mixtes pouvant naviguer en mer ou sur fleuve étant écartées, le Commissariat retient l’idée d’une « Chatière », un passage à travers une digue du port du Havre permettant d’accéder directement du fleuve à la mer.

 

Fusion des ports

Enfin, Antoine Rufenacht a proposé des transformations institutionnelles. La plus spectaculaire est la fusion des ports de Paris, Rouen et du Havre. Le GIE Haropa créé récemment entre ces ports n’est pas suffisant selon lui.

Il propose également le rapprochement des trois universités de Caen – Le Havre et Rouen en une Univesité de Normandie.

Enfin, il prône la fusion des écoles de commerces de Rouen Business Scholl, l’École de Management de Normandie (Caen et Le Havre) avec l’Essec, installée à Cergy Pontoise.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X