En direct

« Le rail mieux que la route pour transporter les centrales à béton »

Laurent Miguet |  le 16/02/2001  |  SommeHaut-RhinFrance entièreCollectivités localesBéton

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Somme
Haut-Rhin
France entière
Collectivités locales
Béton
Matériel de chantier
Transports
Pas-de-Calais
Nord
Produits et matériels
Transports mécaniques
Valider

ALBERT BINGLER, Directeur de Cime 3000, concepteur et fabricant de centrales à béton à Kingersheim (Haut-Rhin)

Pour acheminer deux centrales à béton sur le chantier de l'aéroport de Roissy, pour Orsa Bétons, vous avez mobilisé un convoi ferroviaire de 240 m de long entre Mulhouse et l'Ile-de-France. Quels avantages présente ce mode de transport ?

Si nous avions mobilisé 14 camions au lieu de 12 wagons, cela aurait exigé trois semaines. Compte tenu des contraintes horaires qui s'imposent désormais aux transporteurs routiers, l'acheminement des éléments préfabriqués par voie ferrée a permis de gagner un temps considérable, malgré les contraintes de transbordement entre la gare du Blanc-Mesnil et le site du chantier de Roissy. Le gain de temps dans l'acheminement se cumule avec un montage plus facile et plus rapide, grâce à l'arrivée simultanée de l'ensemble des pièces. Sur le plan financier, le rail ne coûte pas plus cher que la route. D'ailleurs, en ce mois de février, nous livrons deux autres centrales par train, à Calais et à Lille.

Avez-vous trouvé à la SNCF des interlocuteurs désireux de faciliter la mise en oeuvre de ce convoi ferroviaire exceptionnel ?

J'ai trouvé une grande ouverture d'esprit et beaucoup de compétences, aussi bien dans la discussion sur les prix que dans l'assistance technique à la conception de la centrale, dont les éléments ne pouvaient excéder 3,15 m de large.

Pensez-vous que le transport ferroviaire de centrales à béton ouvre un créneau nouveau pour les fabricants de ces matériels ?

Il n'existe malheureusement presque plus de fabricants français. Le marché se trouve de plus en plus dominé par des assembleurs qui s'adaptent difficilement à des demandes spécifiques. En revanche, une forte demande potentielle se manifeste dans l'industrie du béton.

(1) Ces deux centrales, qui produiront 80 000 m3 dans les deux prochaines années, totalisent une capacité de 162 m3/heure. Chacune d'elles comprend 4 silos à ciments de 80 tonnes, 5 trémies de granulats de 35 m3 et un malaxeur de 2 m3.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur