Le promoteur immobilier espagnol Colonial en pleine tourmente

Defawe Philippe |  le 02/01/2008  |  France entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Immobilier
Valider

Mercredi, l'action de Colonial - qui possède notamment la foncière française SFL - a été suspendue à la Bourse de Madrid en raison de circonstances pouvant perturber les transactions.
Colonial était en chute libre lors des deux dernières journées de cotation, son emblématique patron a quitté le navire, le groupe a commencé à vendre des actifs pour dégager des liquidités et pourrait poursuivre notamment en vendant SFL.

Son président Luis Portillo a en effet annoncé vendredi soir qu'il quittait le conseil d'administration, accompagné de plusieurs administrateurs, et selon des informations de presse, il chercherait à vendre sa part de 40,64% du groupe.
Ce dernier vient aussi d'annoncer, lundi et mardi, deux opérations de cession d'actifs pour faire entrer des liquidités. Il a vendu des terrains et immeubles à des fins logistiques à Abertis pour 201 millions d'euros, et une tour à Barcelone à la caisse d'épargne catalane La Caixa pour 107 millions d'euros.

Selon le quotidien Expansion de mercredi, Inmobiliaria Colonial cherche à éviter l'asphyxie financière. Le groupe a des problèmes pour payer les intérêts de son crédit syndiqué, et sa dette au 30 septembre était de 8,9 milliards d'euros.
Le journal ajoute qu'une des pistes étudiées par le conseil est la vente de la part de M. Portillo à de nouveaux actionnaires disposés à injecter des liquidités dans le groupe.
Colonial possède notamment le contrôle de la société foncière lyonnaise (SFL), qu'il détient à près de 85%, et selon le journal Cinco Dias, le groupe va vendre 24% du français.
SFL est spécialisée dans les immeubles de prestige pour les bureaux et les commerces à Paris et en proche banlieue. Dans les bureaux, elle détient pour 3,32 milliards d'euros d'actifs.
Pour que SFL puisse continuer à profiter du statut de société immobilière d'investissement cotée en 2008, il faut que son actionnaire principal, jusqu'ici Colonial, ne possède pas plus de 60% du capital.
Colonial est aussi disposé à se défaire de 15% du groupe d'infrastructures FCC, selon le journal, qui cite des sources proches de Colonial.
Sur les neuf premiers mois de l'année 2007, Colonial a enregistré un bénéfice net de 356,8 millions d'euros, pour un résultat opérationnel (Ebit) de 662,6 M EUR et un chiffre d'affaires de 629,4 M EUR. La valeur de tous ses actifs était de 13,6 milliards d'euros. Sa dette représentait donc 66,8% de ce total.
©AFP

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur