En direct

Le projet « Versailles Chantiers » remanié

N. M. |  le 18/11/2011  |  TransportsCollectivités localesArchitectureAménagementParis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Collectivités locales
Architecture
Aménagement
Paris
Seine-et-Marne
Yvelines
Travaux publics
Rénovation
Valider
Aménagement urbain -

Trois ans et demi auront été nécessaires à François de Mazières pour remanier le dossier Versailles Chantiers, conformément à ses engagements de campagne. Cette opération, qui remonte à une dizaine d’années, vise à réaménager le quartier autour de la gare de Versailles Chantiers (65 000 voyageurs par jour), à l’occasion de sa rénovation-extension (90 millions d’euros HT). « Nous avons toujours été favorables à cet aménagement urbain mais nous souhaitions l’améliorer sur plusieurs points », indique François de Mazières.

Signe identitaire

Avec l’aide de l’Arep, la Ville a donc repris le projet élaboré par la précédente municipalité. La dalle centrale autour de laquelle s’articulait le plan-masse initial disparaît. Les étangs Gobert, bassins aujourd’hui asséchés qui alimentaient en eau le château de Versailles, sont préservés.
La 2 x 2 voies destinée à relier l’avenue de Sceaux à la gare et qui traversait l’étang carré est remplacée par une voie à double sens réservée aux bus. Allégé (de 53 000 à 40 000 m 2 Shon), le programme immobilier ne comprend plus de centre commercial ni de cinéma multiplexe. Il se répartit entre des logements (entre 16 000 et 24 000 m 2 au lieu de 4 000 m 2 ), des bureaux et 1 500 m 2 de commerces de proximité. Mais le parking de 670 places est maintenu. Enfin, la halle fin XIX e vouée à démolition est en partie conservée. « On préserve les commerces et cinémas de centre-ville et on évite d’accroître le trafic dans un secteur déjà très engorgé tout en sauvegardant le signe identitaire que sont les étangs Gobert », commente François de Mazières.
Les modifications ont conduit la Ville à supprimer la ZAC créée en 2003. Nexity, qui avait été désigné comme aménageur, a déposé un recours. La municipalité propriétaire des terrains (achetés à la SNCF et RFF pour 10 millions) lancera un appel à candidatures auprès de promoteurs « le moment venu ». Les immeubles seront construits de part et d’autre de la future gare routière. Les dépenses incombant à la Ville pour ce projet se montent à 38 millions d’euros (gare routière, voiries et accès, parc relais, etc.). Au final, avec les subventions, elle ne déboursera que 22,2 millions, deux fois moins que prévu. Plus qualitatif, ce projet se révèle aussi moins onéreux pour les finances communales.

CARTE - 601582.BR.jpg
CARTE - 601582.BR.jpg - ©
Calendrier

1 er semestre 2012 : démolitions
2 e semestre 2012 : réalisation de la voie de franchissement
Printemps 2013 : ouverture au public des étangs Gobert
2013 à 2016 : rénovation et extension de la gare
2016 : mise en service du pôle d’échanges multimodal
A partir de 2015 : premières livraisons du projet immobilier

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur