En direct

Le projet urbain autour du futur stade de Nantes se dévoile
Maquette du projet urbain YelloPark, avec l’emplacement du nouveau stade et d’une tour mixte d’une centaine de mètres. - © © Jean-Philippe Defawe

Le projet urbain autour du futur stade de Nantes se dévoile

Jean-Philippe Defawe (Bureau de Nantes du Moniteur) |  le 21/02/2018  |  ArchitectureBâtimentLoire-AtlantiqueAménagements extérieurs

Pour le lancement de la concertation publique préalable du projet YelloPark, le projet urbain conçu par Dominique Perrault Architecture (DPA) a été présenté ce mercredi 21 février au public. Avec une volonté de densifier le bâti pour créer des espaces verts, il prévoit la construction d’une tour signal d’une centaine de mètres de haut.

«Nous avons compris que nous étions dans un monde de passion» ont déclaré Jean-Pierre Tiffon et Serge Quentin, les deux garants de la concertation préalable qui s’ouvre jusqu’au 19 avril. De fait, ces derniers jours, les opposants à ce projet 100% privé ont largement fait valoir leurs arguments dans la presse locale. Parmi eux, Berdje Agopyan, l’architecte de l’actuel stade de la Beaujoire, compte parmi les plus virulents. «Je ne vais pas être langue de bois: il est temps d’arrêter de manipuler les Nantais et de retrouver un peu de bon sens. Je le répète, on peut sans difficulté enrichir le stade actuel, tout en conservant ses lignes uniques et à un coût très, très largement inférieur à celui d’un stade neuf» assure-t-il.

Une nouvelle génération de stade multi-activités

L’argument mérite d’être étudié, mais il doit faire face à deux paramètres majeurs: d’une part, le stade de la Beaujoire appartient à la ville de Nantes qui ne compte pas financer une telle opération (les précédents travaux de rénovation ont largement été pris en charge par le club) et d’autre part une simple rénovation ne conviendrait pas aux besoins exprimés par le FC Nantes. «Ce n’est pas un caprice personnel. On ne fait pas du neuf avec du vieux. Nos besoins portent sur l’accueil, l’hygiène et le confort, la sécurité et le risque attentat, la fluidité, l’accessibilité et une offre digitale avec le WiFi. Nous voulons une nouvelle génération de stade qui doit accueillir de nouvelles activités pour l’ensemble du grand ouest» explique son président, Waldemar Kita.

Le choix des architectes, l’américain HKS, qui sera associé au cabinet parisien Atelier Tom Sheehan et Partenaires (ATSP), va d’ailleurs clairement dans ce sens. L’esquisse sera dévoilée le 29 mars, mais selon Waldemar Kita, c’est «leur grande capacité à comprendre les enjeux d’exploitation d’un stade à travers différentes activités économiques» qui a été déterminant pour le FC Nantes, qui sera propriétaire de l’équipement à travers la holding de Kita, Flava group.

Un projet 100% privé

L’originalité du projet Yellopark est aussi et surtout son modèle économique. La construction de cette nouvelle enceinte de 40 000 places pour l’été 2022 repose sur un modèle inédit en France: la création d’un véritable quartier dont les opérations immobilières serviront à financer le stade estimé à 200 millions d’euros. A la manœuvre: le groupe d’ingénierie immobilière Réalités. «Nous avons accepté que l’ensemble de la marge du projet finance l’équipement» déclare à nouveau son président-fondateur Yoann Joubert. «On nous demande souvent alors quel est notre intérêt à agir ? Je réponds qu’il est fondamental car c’est l’avenir du groupe que de s’inscrire dans ce genre de grand projet urbain immobilier. YelloPark est pour nous l’acquisition d’un positionnement nouveau. Nous n’allons peut-être pas gagner d’argent pendant 10-20 ans, mais en fait, nous allons gagner plus que ça en nous différenciant. Sur ce métier-là, il n’y a qu’une poignée d’acteurs en France dont nous avons envie d’appartenir» explique l’entrepreneur.

Un projet urbain ambitieux

Ainsi donc, YelloPark sera un stade, mais surtout un projet urbain majeur. Les garants ont d’ailleurs insisté sur ce point, «il ne faut pas que le stade cristallise les passions. La concertation portera autant sur le futur stade que sur le projet urbain».

Confié à Dominique Perrault Architecture, à travers «La fabrique de la ville», le projet urbain devrait être à la fois ambitieux et vertueux par le réemploi des matériaux du stade et l’objectif d’en faire un «territoire à énergie positive». Sont notamment envisagés, entre 1 500 et 2 000 logements, des bureaux, un complexe «sport-santé-bien-être», un parc urbain, une école, un food-court et des commerces de proximité, une halle marché, un parking silo et une passerelle en liaison douce au-dessus du périphérique. Quelque 6 000 emplois indirects et 4 000 emplois directs sont envisagés.

Une tour signal

En optant pour des grands ensembles urbains à côté du stade, le projet présenté par «La fabrique de la ville»  permet de livrer un maximum d’espace vert sur la parcelle en minimisant les emprises bâties au sol, celui-ci étant fortement pollué à l’arsenic naturel. L’intelligence de ce projet est qu’il prend une certaine distance par rapport au tissu d’habitat individuel situé à proximité. La trame urbaine commence à la hauteur des maisons puis remonte progressivement en intensité pour tutoyer la couronne du stade. Les urbanistes sont allés jusqu’à proposer de réaliser un immeuble de grande hauteur d’une centaine de mètres afin d’éviter que le stade n’écrase le quartier. Cette tour signal, qui ferait écho à la tour Bretagne dans le centre-ville, pourrait avoir une programmation mixte avec des bureaux, des logements et un hôtel.

Pour cela, il faudra bien sûr attendre la fin de la concertation et la validation de son bilan par la Commission nationale du débat public (CNDP). Les maîtres d’ouvrage devront ensuite intégrer les grandes idées de ce bilan. C’est à cette condition que Nantes Métropole cédera «au prix des Domaines» les 23 hectares du site dont elle est propriétaire.

Le FC Nantes et Réalités espèrent obtenir le permis d’aménager et les premiers permis de construire pour le premier trimestre 2019 afin de pouvoir lancer les travaux du stade pour la fin 2019.

Commentaires

Le projet urbain autour du futur stade de Nantes se dévoile

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX