En direct

A Monaco, le premier caisson de la future extension marine est arrivé
Situé désormais à 100 m du rivage de Monaco, ce caisson a été acheminé par remorqueur depuis le port de Marseille, son lieu de fabrication. - © © C. W.

A Monaco, le premier caisson de la future extension marine est arrivé

Christiane Wanaverbecq (Bureau de Marseille du Moniteur) |  le 26/07/2018  |  Principauté de MonacoBouyguesBouygues ConstructionGroupe BouyguesMartin Bouygues

Le Prince Albert II  a inauguré, le 25 juillet, le premier des 18 caissons qui servira de rempart contre la houle de la mer au futur quartier L’Anse du Portier. Près de 2 milliards d’euros sont investis dans la création de l’extension marine de six hectares.

Le premier des 18 caissons trapé­zoïdaux en béton armé, qui composera la ceinture du futur quartier L’Anse du Portier à Monaco, est arrivé à destination le 22 juillet après un voyage en mer de quatre jours depuis le port de Marseille, lieu de sa fabrication.
Il a été officiellement inauguré, ce mercredi 25 juillet dans la soirée, par le Prince Albert II de Monaco accompagné de Monseigneur Bernard Parsi, archevêque de Monaco qui a béni le bloc de béton de 10 000 tonnes et de 27 m de haut, et de Martin Bouygues, le P-DG de Bouygues, dont la filiale Bouygues Construction construit l’infrastructure marine.

Situé à 100 m du rivage, le caisson a trouvé sa position définitive, mais il ne sera lesté que fin août après une série de calculs et de tests permettant de vérifier la solidité de l’embase sur lequel il va reposer.

Philippe Bonnave, le P-DG de Bouygues Construction (à g.), et Serge Telle, ministre d’Etat, lors de la cérémonie d’inauguration du premier des 18 caissons. (© C. W.)

Moment important et symbolique

Depuis l’hôtel Fairmont à Monte Carlo qui donnera sur la future extension marine de 6 hectares située à l’est de Monaco, Serge Telle, ministre d’Etat de la principauté, a commenté l’événement le qualifiant « de moment important et symbolique ». Cela marque pour lui la concrétisation d’un projet lancé en 2013 avec l’appel à candidature de la principauté pour désigner l’opérateur.

Coincé entre la mer et la montagne sur 2 km2, le territoire a besoin de grandir pour poursuivre son développement. Cela passe par une nouvelle extension marine. Elle fera suite à différents aménagements réalisés depuis la fin des années 1950, dont la construction du quartier de Fontvieille (1966-1973), qui ont permis à la principauté de gagner 40 hectares sur la mer.
Présent aux côtés de Serge Telle, Philippe Bonnave, P-DG de Bouygues Construction, a, lui, parlé de moment « émouvant » car il « voit aujourd’hui se concrétiser les études ». « C’est le résultat d’une somme de travail considérable. Il y a une dimension humaine avec de nombreux hommes mobilisés sur le projet. Le chantier sera labellisé « top site » car parmi les plus remarquables que nous réalisons dans le monde », a-t-il poursuivi notant avec satisfaction l’absence à ce jour « d’incidents majeurs ».

Dans les délais

« Nous avons réalisé 50 % de l’infrastructure maritime. La création des remblais a été rapide. La pose des caissons démarre un peu plus tard que prévu. Mais nous sommes dans les délais », a commenté de son côté Christophe Hirsinger, directeur de Bouygues Travaux publics MC, la société de projet associée à la société anonyme monégasque (SAM) Anse du Portier au sein du même groupement, lauréat du marché de concession.
Bouygues est à pied d’œuvre depuis avril 2017 pour réaliser l’infrastructure maritime dont le montant global de travaux est d’environ 1 milliard d’euros, soit la moitié du coût total de l’extension marine en comptant les aménagements terrestres.
Le chantier a démarré par le re­trait d’enrochements et le dragage de sédiments remplacés par 1,5 million de tonnes de granulat propre déposé au fond de la mer puis compacté. C’est sur ce socle que reposeront les 18 caissons dont la fabrication a démarré en septembre 2017 dans un « caissonnier » amarré au port de Marseille.

Plate-forme livrée en 2020

Après le premier bloc de béton arrivé dimanche dernier à Monaco, d’autres suivront acheminés par la mer sur un rythme de deux par mois jusqu’à la livraison finale l’été prochain. Imbriqués les uns dans les autres par un système de clés, ils agiront comme un rempart, contre les effets de houle en absorbant dans des chambres d’amortissement les vagues qui frappe­ront le nouveau littoral. Bouygues TP livrera la plate-forme en 2020. « Une fois la ceinture de caissons terminée, nous allons réaliser le terre-plein. Nous allons créer une forme de bassine qui sera remplie d’un remblai hydraulique. Nous avons choisi pour cela du sable de Sicile prélevé en mer à 120 m de profondeur et qui sera acheminé en plusieurs voyages à Monaco. Au total, nous apporterons 600 000 tonnes qui constitueront un remblai de 30 m de haut », a détaillé Christophe Hirsinger, directeur de Bouygues Travaux Publics MC.
Sur cette infrastructure en grande partie immergée consti­tuant le socle du futur quartier L’Anse du Portier, seront construits 60 000 m² de logements, principalement de grand standing, un parc public d’un hectare, des commerces (3 000 m² environ), une extension du Grimaldi Forum (9 000 m²), un port d’animation d’une trentaine d’anneaux, des équipements publics, dont un parking, ainsi qu’une promenade littorale et différents espaces de circulation ombragés (Renzo Piano et Valode&Pistre, architectes). Pour les travaux d’infrastructures terrestres, Bouygues sera associé à des partenaires monégasques, qui interviendront dès fin 2019. Le tout devra être achevé en 2025.

Financement
Titulaire de la concession d’aménagement, la SAM de L’Anse du Portier finance totalement la construction de l’extension marine de 6 hectares. Elle se rémunérera par la vente des logements et commerces. De son côté, l’Etat monégasque table sur une soulte de 400 millions d’euros versée par la SAM. Il estime également pouvoir récupérer 750 millions d’euros de recettes de TVA et de droits d’enregistrement du fait de la vente des biens immobiliers.
Le contrat de concession stipule par ailleurs que la SAM de L’Anse du Portier finance et met à disposition de l’État différents équipements : un bassin d’orage, un réseau d’eau potable amélioré, des locaux pour la Direction de l’Aména­gement urbain, le grand jardin d’un hectare, l’extension de 9 000 m2 du Gri­maldi Forum (centre de congrès et d’exposition), un port d’une trentaine d’anneaux, ainsi qu’un parking de 160 places.

Calendrier
Début 2013 : annonce du projet d’extension du territoire
Mai 2013 : appel à candidature internationale
2015 : études d’impact
Juillet 2015 : désignation du lauréat, le groupement SAM l’Anse du Portier/Bouygues Travaux Publics. Signature du Traité avec l’État qui porte sur l’ensemble du projet
Août 2015-mai 2017 : démarrage des études de conception et de protection de l’environnement
Juillet 2016 : entrée en vigueur de la loi de désaffectation
Août 2016 : début de la phase préparatoire aux travaux, mise en œuvre des actions de protection des espèces animales et végétales.
Février 2017 : mise en place de l’écran acoustique
Avril 2017 : début des travaux maritimes à Monaco par la phase de retrait des enrochements puis le dragage des sédiments pollués
Juin 2017 : début de la phase de dragage de la seconde couche de sédiments
Décembre 2017 : début de la mise en place du remblai
Été 2018 : début de la pose des caissons
Fin 2019 : fin de la phase de mise en place des caissons
2020 (premier semestre) : fin de la ceinture littorale
2020 (second semestre) : fin de l’infrastructure maritime et démarrage de la construction du nouveau quartier
2022 : fin de la construction des premières villas
2024 : fin de la construction du port et de l’extension du Grimaldi Forum
2025 : livraison de l’ensemble du quartier

Commentaires

A Monaco, le premier caisson de la future extension marine est arrivé

Votre e-mail ne sera pas publié

François

27/07/2018 08h:54

Beau projet! Une telle construction serait, à mon avis impossible sur le territoire français, compte tenu de la loi littoral. Je me trompe?

Votre e-mail ne sera pas publié

Gérard

28/07/2018 09h:59

L'article, utile et intéressant, fait injustement silence sur le véritable "inventeur" du projet, René Bouchet, ingénieur général des Ponts et Chaussées, qui proposait, dès la fin des années 80, l'adoption d'une telle solution en réponse aux volontés d'extension de la Principauté.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

50 outils pour la conduite de chantier

50 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 03/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur