En direct

Marseille: Adim Provence et Reichen et Robert & Associés redonneront vie au J1
Le suspens a pris fin: le projet pour la halle J1 du port de Marseille a été dévoilé. Il est porté par le groupement Adim Provence (groupe Vinci), Banque des Territoires (groupe Caisse des dépôts) et l’agence d’architectes-urbanistes Reichen et Robert & Associés. - © Adim Provence/Banque des Territoires/Reichen et Robert & Associés
Video

Marseille: Adim Provence et Reichen et Robert & Associés redonneront vie au J1

Christiane Wanaverbecq (Bureau de Marseille du Moniteur) |  le 11/01/2019  |  ProjetsBouches-du-RhôneCaisse des DépôtsVinci

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Projets
Bouches-du-Rhône
Caisse des Dépôts
Vinci
Valider

A l’issue de sa transformation dans le respect de son architecture, l’ancien hangar maritime J1 abritera un hôtel Marriott, plusieurs restaurants, 10 800 m2 de bureaux et espaces de coworking, une piscine installée sur une panne côté sud, une « Game Life Arena », espace dédié aux jeux vidéo avec amphithéâtre... Pour créer ce pôle multifonctions, Adim Provence associé au groupe Caisse des dépôts investira autour de 100 millions d’euros. Sa mise en service est prévue en 2023.

Ni le promoteur Adim Provence, ni le constructeur Vinci Construction, ni l’investisseur, la Banque des territoires (groupe Caisse des dépôts), ni les architectes de l’agence Reichen Robert & Associés n’étaient représentés vendredi 11 janvier après-midi, date choisie par le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) pour dévoiler le projet lauréat de l’appel à manifestation d’intérêt lancé en juin 2017 pour reconvertir le hangar maritime J1 avec en toile de fond l’objectif de renforcer l’interaction ville-port.
C’est Jean-Marc Forneri, le président du conseil de surveillance du GPMM, et Renaud Paubelle, le directeur de l’aménagement, qui étaient à la manœuvre pour expliquer le choix du jury international réuni pour la dernière fois le 19 décembre dernier. Un choix qui a ensuite été validé par le directoire du GPMM le 9 janvier 2019, à l’issue de 18 mois de procédures, dans « un timing parfaitement respecté », a insisté Jean-Marc Forneri, rappelant qu’il avait annoncé que le lauréat serait choisi début 2019.

Quatre critères

Quatre critères étaient déterminants : la création de valeur « sûre et pérenne » pour GPMM qui va percevoir des redevances, la crédibilité technique et financière du projet, son caractère innovant et durable et enfin, l’équilibre d’ensemble.

Selon Jean-Marc Forneri, les quatre projets retenus lors d’un premier tour l’été dernier étaient « de grande qualité et se tenaient » (voir notre diaporama). Celui défendu par le groupement conduit par Adim Provence répondait le mieux à chacun des quatre critères. La présence de la Banque des Territoires (groupe Caisse des dépôts) a sans doute été un atout de poids.
« Le parti pris architectural simple qui préserve les transparences visuelles sur les espaces maritimes, une programmation plurielle, équilibrée entre économie et loisirs, offrant de nombreux loisirs, et puis un groupement solide et qualitatif qui permet d’imaginer le projet dans la durée », sont les différents arguments mis en avant par Renaud Paubelle, directeur de l’aménagement. Jean-Marc Forneri a, lui, rappelé l’expérience du cabinet Reichen Robert & Associés dans la transformation de bâtiments industriels citant les Docks Vauban au Havre, la Grande Halle de La Villette à Paris, les Grands Moulins de Pantin, etc. Des références qui confortent le GPMM dans son choix. L’enjeu pour le port et les collectivités partenaires est en effet de faire du J1 une nouvelle vitrine et de permettre aux Marseillais de se réapproprier le littoral et le site.

Sur le même sujet Halle J1 à Marseille : les quatre projets finalistes en images

Programmation plurielle

Pour cela, Adim Provence et ses partenaires ont imaginé un pôle multifonctions proposant cinq « expériences inédites ». Dans le premier espace, baptisé « Le Lab du Port », des bureaux (8 000 m2) et un espace de coworking (2 000 m2) seront notamment réservés aux incubateurs d’innovation et à la formation en lien avec le monde maritime.

Le second baptisé « le J1 Fun et Arty » abritera la « Game life Agora », une salle de jeux en réalité augmentée également dédiée aux e-sports », ainsi qu’un amphithéâtre. Abrité dans une boîte située à la jonction entre le hangar et l’esplanade, cet espace sera prolongé par « une canopée qui flotte au-dessus des abords du J1 », selon les mots de Renaud Paubelle. Au bout sera aménagé un « jardin du retour », baptisé ainsi pour faire référence aux plantes exotiques que les marins marseillais ramenaient de leur voyage et de leurs expéditions en Afrique et en Asie. « On a souvent reproché au port de couper les Marseillais de la mer, de leur mer. Le parvis créera une continuité entre la place de la Joliette et les bassins portuaires, et plus loin la baie de Marseille », a affirmé Jean-Marc Forneri.

Hôtel Marriott

Dormir, manger et prendre soin de soi sont les trois dernières expériences qu’offrira le J1 réaménagé. Ainsi, un hôtel Marriott de 130 chambres, répartis entre le R+2 et le R+3 (soit 6 500 m2), sera installé sur les deux derniers niveaux. Parmi les activités de loisirs et de remise en forme prévus figure la piscine installée le long du quai côté sud. Plusieurs restaurants, dont celui proposé par l’hôtel Marriott, et des halles gourmandes trouveront également leur place.
Enfin, le J1 offrira différents services telle une conciergerie maritime dédiée au nautisme et à la grande plaisance, car « le J1 sera un lieu d’accostage pour les yachts », a rappelé Jean-Marc Forneri.
Ses propositions doivent maintenant être affinées. Il reste en effet à déterminer le type de commerces et à connaître les gestionnaires des restaurants. C’est tout l’enjeu des négociations à venir entre le groupement et le GPMM pour aboutir à la signature au printemps de la convention d’occupation temporaire. « Nous signons un contrat pour 70 ans. Donc, c’est un contrat qui sera extrêmement précis, extrêmement rigoureux qui va imposer au gagnant un certain nombre de contraintes, qui va nous imposer également des contraintes. Nous discuterons très finement les conditions financières », a déclaré le président du conseil de surveillance du GPMM.

Le projet en vidéo:

Un exemple d’architecture industrielle
Conçu par l’architecte Gaston Castel, le J1 (J comme Joliette, nom du quartier) est l’un des deux hangars maritimes conservés sur les cinq construits. Il est aujourd’hui le dernier vestige significatif d’un complexe en béton armé composant la gare maritime de la Joliette édifiée par la chambre de commerce de Marseille à la fin des années 1920. Le J1 fut le seul hangar pourvu de deux étages et à être couvert d’une grande charpente métallique. Surplombant deux postes à quai, le J1 servait tout particulièrement au conditionnement des fruits et légumes. Par la suite, il a servi au trafic des passagers à destination de la Corse et du Maghreb.
Oublié des Marseillais, particulièrement après la destruction de son fronton côté terre pour faciliter la circulation automobile, le J1 a été l’objet de plusieurs projets de reconversion. Il a fait à nouveau l’objet de toutes les attentions en 2013 lorsque Marseille fut la capitale européenne de la culture. En 2014, le GPMM avait lancé un premier appel à candidature avec l’objectif d’ouvrir le port sur la ville et vice-versa.
La consultation lancée en juin 2017 concernait les trois niveaux et les abords du bâtiment industriel situé à proximité de la place de la Joliette et du Mucem : soit, 10 000 m2 de terre-pleins, 150 mètres linéaires de quai et le plan d’eau (4 000 m2) attenant au sud du site. La moitié du rez-de-chaussée sera conservée pour les besoins de l’activité portuaire. L’appel à projet comptait une option. Les candidats pouvaient proposer des projets pour l’aménagement de la partie sud de la digue du large (700 ml), qui jouxte le J1.

Commentaires

Marseille: Adim Provence et Reichen et Robert & Associés redonneront vie au J1

Votre e-mail ne sera pas publié

Benoît

12/01/2019 19h:19

Bjr je pense que c'est une très bonne idée d un endroit qui a était abandonné pendant de longues années c un bord a quai qui était mal exploiter redonner le bord a quai a la population de Marseille et aux touristes qui sont de plus en plus nombreux c la la continuité des terrasses du port délaissé ce belle endroit au détriment des embarquement du Maghreb qui ne a causé que des problèmes de débarquement circulation voleur qui ne rendait pas cette endroit attractif surtout après l installation des parvis de la major et du mucuen un nouveau souffle a Marseille

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à la construction parasismique

Initiation à la construction parasismique

Date de parution : 06/2019

Voir

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur